Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La coopération internationaliste cubaine et le prix Nobel de la paix.

De tous les prix Nobel celui qui est évidemment le plus politique est celui de la Paix. Le Comité Nobel de la très atlantiste Norvège a traditionnellement récompensé des personnes physiques ou des personnes morales dont l’œuvre soutenait le système établi (le capitalisme monopoliste). Rien que pour les États Unis, quatre présidents, autant de secrétaires d’État et deux vice-présidents ont été couronnés par ce prix, quelquefois à juste titre, il est vrai. Seules des circonstances extraordinaires ont obligé le comité à reconnaître les mérites d’acteurs non conformes à la pensée unique. Par exemple : Rigoberta Menchú pour sa participation et son soutien à la lutte indigène au Guatemala ou encore Rodolfo Pérez Esquivel pour sa lutte en faveur des droits de l’homme en Argentine pendant la dictature des années 70. Mais, il a le plus souvent favorisé un représentant du système dominant qui aurait parfois plutôt mérité la comparution devant une cour pénale. Ainsi, la fin de l’agression étatsunienne contre le Vietnam a permis de distinguer non seulement le patriote vietnamien Lê Ðức Thọ qui a décliné cet honneur, mais aussi le secrétaire d’État nord-américain de l’époque, Henry Kissinger, dont les exploits dans les promotions de dictatures un peu partout dans le monde sont largement connus et lui ont presque valu une inculpation criminelle dans plusieurs pays, y compris en Europe.

Le dernier prix Nobel a été attribué à quatre organisations tunisiennes, dont la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) qui, selon Françoise Petitdemange sur le site Réseau international, a pour porte parole Souhayr Belhassen. Actuellement présidente d’honneur de la FIDH, cette ancienne journaliste aurait, selon la même source, joué un rôle de désinformation majeur dans le déclenchement des événements en Libye. On se souvient qu’elle avait reçu de François Hollande l’insigne de Chevalier de la Légion d’honneur en novembre 2012, peut-être en remerciement pour ses services (1).

Cacher leur activité criminelle est une opération nécessaire pour blanchir certains personnages et leur permettre ainsi de se présenter devant le Comité Nobel. De même, afin de leur dégager le champ, des faits concernant d’autres acteurs plus méritoires se doivent d’être masqués pour gommer ce qui aurait pu faire d’eux des candidats à l’obtention du prix.

La chute de l’apartheid fut l’occasion pour le Comité de changer le statut de Mandela, de terroriste, d’après le concept occidental, à militant pour la paix, tout comme le représentant du système honni, Frederik De Klerk, se transforma en homme de bonne volonté. Mais cette manœuvre a permis bien autre chose, à savoir occulter un peu plus l’énorme contribution apportée par la coopération cubaine dans la défaite de l’armée sud-africaine en 1989, la libération de l’Angola et l’indépendance de la Namibie.

Rappelons qu’à l’époque la collaboration cubaine s’est heurtée non seulement à l’agression armée de l’Afrique du Sud – avec l’appui de tous les pays occidentaux États-Unis en tête, mais aussi à l’opposition du dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Par ailleurs, l’entreprise d’occultation de cet exploit est toujours d’actualité, puisque Andreï Gratchev, principal conseiller de Gorbatchev, n’hésite pas à affirmer, en septembre 2015 lors d’une conférence à Moscou (2), que les Cubains n’avaient alors pour seul objectif que « d’exporter leur révolution » en Afrique et que la chute de l’apartheid n’est que le fruit de l’action des « forces internes » de ce système.

Or, rien que pour cette action la collaboration cubaine méritait la reconnaissance mondiale. Mandela, qui a réservé son premier voyage, en dehors du continent, à Cuba, l’a reconnu en soulignant que la dernière bataille des troupes cubaines contre les Sud-Africains à Cuito Cuanavale « fut le tournant décisif dans la lutte pour libérer le continent et notre pays du fléau de l’apartheid ! ». Mandela a ajouté que« les internationalistes cubains ont apporté une contribution à l’indépendance, la liberté et la justice en Afrique sans précédent » (3).

La présence de Raul Castro aux obsèques de Mandela a démontré que les dirigeants sud-africains qui lui ont succédé n’ont pas non plus oublié cette action solidaire.

D’autres hauts-faits accomplis par la coopération cubaine pour la paix et le progrès des peuples ont été, et continuent d’être, hélas, complètement occultés. Notamment dans le domaine médical.

Si la contribution de Cuba à la chute de l’apartheid la faisait mériter, au même titre que Mandela, le prix Nobel de la Paix, la coopération médicale cubaine est unique dans l’histoire de la solidarité internationale.

Pourtant, même si leur besogne est de plus en plus difficile, les soutiens du système continuent de cacher au monde les actions des médecins cubains et leurs résultats. C’est ainsi que :

- Est pratiquement passé sous silence le fait que, dès 1990 et jusqu’en 2009, plus de 20 000 enfants irradiés à Tchernobyl ont été soignés à l’hôpital de Tarara à Cuba (4). Au même moment le gouvernement ukrainien votait des résolutions contre Cuba à l’ONU !

- Très peu de médias ont mentionné la présence de plus de 400 professionnels de santé cubains (dont au moins 165 médecins) venus en Afrique de l’Ouest pour combattre le virus Ebola.

- Cette information est la plupart du temps ignorée : la moitié des médecins actifs en Haïti, lors du tremblement de terre de 2010, étaient des Cubains et ceux-ci sont encore aujourd’hui présents dans l’île.

- Pas un mot n’a été dit sur l’existence de la Brigade Henry Reeve (du nom d’un patriote des Etats-Unis venu lutter pour l’indépendance de Cuba) créée par les autorités cubaines pour faire face à toute catastrophe à travers le monde. La liste des peuples qui ont bénéficié de sa solidarité n’a cessé de s’allonger : Népal (2014), Pakistan (2005), Indonésie (2006), Chili (2010 et 2015), etc. (5). Malheureusement, le président Obama n’a pas accepté l’offre de Fidel Castro lors du passage de l’ouragan Katrina à New Orleans en 2005. Aujourd’hui la situation serait peut-être tout autre.

- Aucun média n’a déclaré que plus de 120 pays ont reçu l’aide solidaire médicale de plus de 135 000 collaborateurs cubains depuis 1963, date de la première action de ce type en Algérie, alors que ces données publiques sont disponibles à l’ONU (6).

- Est totalement méconnue l’existence de l’École Latino-Américaine de Médecine (ELAM), créée en 1999 près de La Havane, d’où à ce jour 25.000 élèves provenant de 74 pays différents issus de familles modestes sont sortis diplômés après avoir reçu une formation gratuite (7). Seule condition pour y être admis : le respect de l’engagement de repartir soigner les gens sans ressources de son propre pays.

- Personne n’a entendu parler des 76 accords de coopération que Cuba a signés avec autant de pays, et que réalisent 50 000 professionnels de santé (dont 25 000 médecins), enseignants et entraîneurs, tous volontaires.

Ajoutons que fréquemment les médecins cubains sont rejetés par leurs homologues locaux, médecins libéraux, qui paradoxalement n’acceptent pas qu’ils délivrent gratuitement des soins aux pauvres, qui souvent habitent dans des zones difficiles d’accès et ne peuvent s’offrir leurs services (8).

- Jamais ne s’est manifesté le moindre intérêt pour la méthode d’alphabétisation des adultes appelée « Moi je peux », grâce à laquelle plus de 10 millions de personnes ont appris à lire et écrire (9). Plusieurs pays d’Amérique Latine. (Bolivie, Venezuela, Équateur, etc .) ont, par ailleurs, grâce à des campagnes utilisant ce système, été déclarés territoires libres d’analphabétisme par l’UNESCO. La méthode est disponible en plusieurs langues et a été adaptée aux particularités des pays africains (10).

- Jamais mentionnés les résultats de la Mission Miracle, massive campagne cubano-vénézuélienne de soins et d’opérations des yeux qui a permis à plus de 3,5 millions de personnes d’Amérique latine et d’Afrique de récupérer la vue (11).

- Dans le domaine politique enfin, très peu de médias ont signalé qu’actuellement c’est à La Havane et sous la garantie cubaine, entre autres pays, que les accords de paix entre guérilla et gouvernement colombiens sont en train d’être négociés pour en finir avec un conflit qui dure depuis 1948.

Bien entendu toutes ces actions bénéficient surtout à des gens particulièrement déshérités, dont le système capitaliste n’a que faire, ni pour les soigner ni pour les éduquer. Les volontaires cubains apportent un secours à ceux qui en ont besoin mais pas pour obtenir un quelconque prix, et les métropoles riches, développées et bien-pensantes gagneraient en honneur à reconnaître l’activité solidaire de Cuba. « Honorer, honore » enseignait José Martí.

Les peuples d’Amérique latine, indépendamment de la tendance politique de leurs gouvernements, ont largement joui de cette solidarité, qui a franchi les frontières des continents. Même si le système et le pouvoir médiatique font tout leur possible pour retarder ce moment, le jour viendra où les rayons de cette solidarité internationale transperceront les murs du Comité Nobel, et ses membres découvriront – comme l’UNESCO, l’OMS et la FAO, que les médecins cubains et d’autres professionnels luttent contre les maladies et l’ignorance aux quatre coins du monde. Parions que cette coopération deviendra de plus en plus incontournable (12) et que ces actions finiront par obtenir la reconnaissance qu’elles méritent.

J.C. Cartagena et Nadine Briatte

NOTES

(1) http://reseauinternational.net/de-lassassinat-de-muammar-gaddhafi-a-lo...

(2) Conférence de M. A. Gratchev à bord du Kandinsky, à quai dans la gare fluviale de Moscou, dans le cadre de la Croisière des Amis de l’Humanité le 17 septembre 2015.

(3) http://www.legrandsoir.info/discours-historique-de-nelson-mandela-le-2...

(4) http://elpais.com/diario/2009/04/06/sociedad/1238968811_850215.html

http://www.sld.cu/sitios/chernobil/

(5) https://es.wikipedia.org/wiki/Brigada_Henry_Reeves
http://www.cubadebate.cu/etiqueta/brigada-henry-reeve/

(6) http://www.granma.cu/cuba/2014-11-21/la-escuela-latinoamericana-de-med...

(7) http://www.ecured.cu/index.php/Escuela_Latinoamericana_de_Medicina
https://es.wikipedia.org/wiki/Escuela_Latinoamericana_de_Medicina
http://www.granma.cu/cuba/2014-11-21/la-escuela-latinoamericana-de-med...

(8) http://www.ecured.cu/index.php/Colaboraci%C3%B3n_M%C3%A9dica_Cubana
http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2014/03/25/25-00...

(9) http://www.cubadebate.cu/noticias/2014/10/30/programa-yo-si-puedo-supe...

(10) http://www.ecured.cu/index.php/Programa_cubano_de_Alfabetizaci%C3%B3n_...
https://es.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9todo_de_alfabetizaci%C3%B3n_%22Yo,_s%C3%AD_puedo%22

(11) http://misionmilagro.com/buscar/misionmilagro-com
https://es.wikipedia.org/wiki/Misi%C3%B3n_Milagro
https://www.youtube.com/watch?v=_9e5cNc4e_g

(12) 228 maires du Chili, toutes tendances politiques confondues, viennent de demander à la Ministre de la Santé chilienne de signer des accords avec Cuba pour que leurs administrés bénéficient des soins des médecins cubains dans leurs communes.
http://www.navarro.cl/navarro-y-225-alcaldes-pidieron-a-ministra-de-sa...
Une manifestation pour soutenir cette demande a réuni des milliers de personnes dans les rues de Concepción.
http://www.cronicadigital.cl/2015/10/17/mas-de-3-mil-personas-marcharo...


URL de cet article 29463
   
Même Thème
Les Cinq Cubains (éditions Pathfinder)
Une sélection d’articles de l’hebdomadaire The Militant depuis 13 ans sur le combat pour libérer Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Les Cinq Cubains, connus sous ce nom à travers le monde, ont été condamnés par le gouvernement U.S. sur des chefs d’accusation de « complot » fabriqués de toutes pièces et ont reçu des sentences draconiennes. Ils sont emprisonnés depuis leur arrestation après les rafles du FBI en 1998. Leur « crime » ? Avoir surveillé les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.