RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La déchéance de nationalité contre le terrorisme ?

Le gouvernement français persiste dans sa volonté de maintenir l’Etat d’urgence, alors qu’il n’est plus nécessaire. Pour preuve la spectaculaire chute du nombre de perquisitions dans le cadre de cet Etat d’urgence, alors qu’elles avaient été relativement élevées lors des premiers jours.

Selon toute vraisemblance, le Parlement devrait voter la mise en place de l’Etat d’urgence dans notre Constitution et avec lui entériner la déchéance de nationalité.

Outre l’extrême gravité que cela implique, en particulier au niveau de nos libertés, en total contradiction avec ce que nous avons nommé “ l’esprit Charlie ”, il serait important de revenir sur ce que va impliquer la déchéance de nationalité et voir plus en détails qu’elles seront les conséquences d’une telle décision.

D’abord, selon les propres termes du premier ministre, cette déchéance de nationalité ne devrait s’appliquer qu’aux binationaux. Rien que cette information doit alerter chacune et chacun d’entre nous. En impliquant que ceux qui auraient une double nationalité, cette mesure tant a démontrer qu’il y aurait deux peuples français : ceux ayant des origines, et étant aussi citoyens d’un autre pays, et ceux purement français. Ceci s’imbriquant parfaitement dans les théories nauséabondes de l’extrême-droite qui depuis des années veut nous faire croire qu’il y aurait des français différents.

La déchéance de nationalité remet donc en cause la vision qui existe depuis la Révolution française à savoir qu’il n’y a qu’un peuple français. La République est une et indivisible, cela signifie qu’en dépit des origines que peut avoir telle ou telle personne, ses croyances, ses convictions : cette personne est française, au même titre qu’une autre. Ainsi, une personne ayant la double nationalité franco-marocaine, de confession musulmane a selon nos principes les mêmes droits, et devoirs qu’une personne issue d’une famille traditionnel française. C’est cette vision de notre République que la déchéance de nationalité veut remettre en question.

Certes, cette déchéance ne s’appliquera qu’aux personnes identifiées comme terroristes. Or si la déchéance de nationalité ne s’applique qu’à ces personnes, indirectement cela signifie que le gouvernement ne considère que potentiellement terroriste seulement ceux ayant la double nationalité. Une vision encore une fois erronée de la chose lorsqu’on sait que les actes terroristes perpétués en France l’était en majorité par des français sans double nationalité.

Et puis il y a l’argument tellement évident qu’il est impossible de ne pas l’évoquer. Croyez-vous sincèrement qu’une personne n’étant pas effrayer à l’idée de tuer des hommes, des femmes, des enfants, se sentant prêt à se faire exploser au milieu de nul part, et n’ayant aucun scrupule à commettre des massacres renoncera à la simple idée de se voir retirer sa nationalité française ?

Le gouvernement est en train de réaliser ce que souhaite le Front national, et ce que même la droite n’avait pas osé mettre en place une telle mesure. Les députés et sénateurs communistes et du Front de gauche ont d’ores et déjà annoncé qu’ils se prononceraient contre ce projet, tandis que en dehors des sphères parlementaires, les mobilisations citoyennes et populaires devront s’intensifier pour tenter de faire reculer le gouvernement.

»» http://unmilitant.blogspot.fr/2016/02/la-decheance-de-nationalite-contre-le.html
URL de cet article 29900
  

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.