Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Grèce attire plus les investisseurs que la Suisse,

A l’heure où la Grèce est prête à être étrillée par des créanciers de plus en plus dénués d’humanité, voici un indicateur financier qui montre à quel point ce pays subit des foudres de nature plus subjectives qu’effectives.

Cet indicateur financier et économique s’appelle « foreign direct investment ». Il s’agit des flux de capitaux investis par des firmes transnationales au sein d’un pays A.
Si le flux est positif, cela signifie que des capitaux ont été investis à l’intérieur du pays. Si au contraire, ils sont négatifs, cela revient à un désinvestissement de ces mêmes firmes transnationales.

On constate qu’en 2013, un pays comme la Grèce aurait reçu selon la Banque mondiale pour près de 3 milliards de dollars d’investissements venus de l’étranger soit 6 fois plus qu’en 2010...

Pour la même période, les autorités suisses – BNS en tête – nous présente le pays comme étant très attractif, avec une monnaie très forte, tenant le rôle de valeur refuge. Or, pour l’année 2013, la Suisse a connu une hémorragie sèche de plus de 8 milliards de dollars, soit un recul de 130% par rapport à 2010 !

Le monde financier marche sur la tête à moins que ce ne soit les gouvernants...

Nous avons reçu ce printemps les estimations pour les investissements directs des firmes transnationales en Europe pour l’année 2014. Ils auraient augmenté de 13% dans l’UE pour une valeur de 267 milliards de USD. Les heureux élus sont la Grande-Bretagne (61 milliards de $), les Pays-Bas et le Luxembourg évidemment avec sa politique fiscale 100% gagnante.

En revanche, l’Allemagne (-2.1 milliards de $), France (-6.9 milliards de $) sont en tête des perdants...

Pas un mot sur la Suisse ! Silence radio. Nous avons droit en revanche à des sondages sur l’image que les investisseurs ont du pays. A quoi cela sert-il que l’investisseur se plaise à venir en Suisse pour une séance de travail, et qu’il en retire ses « billes » ?...

La valeur de ce genre d’information s’approche de zéro aussi longtemps que nous n’avons pas le volume des flux d’investissements directs. La réalité ne change pas et la méthode Coué n’influera jamais sur les chiffres. A moins que ces études ne servent qu’à endormir la vigilance du citoyen ?

Quant à la Grèce dont les indicateurs financiers ne sont pas pires qu’ailleurs, il est utile de rappeler que ce pays possède des gisements d’or qui font saliver les très chères firmes transnationales. A tout ceci, s’ajoute la construction du gazoduc de l’allié russe qui présente de sérieuses perspectives économiques à ce pays malmené...

Il est à craindre que l’enjeu relève plus de l’avenir de la démocratie, du pouvoir et de l’autonomie d’un Etat et des droits des citoyens. La Grèce pourrait ainsi représenter une sorte de laboratoire sur lequel on testerait une potentielle mutation d’une gouvernance publique classique vers une gouvernance de style oligarchique dominée par les marchés financiers.

Le sort de la Grèce est à observer de très près et les concessions non financières qui seraient accordées pourraient être plus déterminantes que les aspects financiers purs. A suivre donc...

»» https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2015/06/19/la-grece-attire-plu...
URL de cet article 28829
   


Vous avez une minute ?

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.