RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La vie continue ou la résilience à l’envers

Comme le temps passe ! Déjà six mois que l’on s’est promis, coronavirus oblige, de changer de monde, de substituer rapidement au monde réputé coupable « le monde d’après ». Tout devrait changer, on sait désormais identifier toutes les grosses bêtises du passé à condamner dare-dare, toutes les imprudences qui nous ont rendu si vulnérables. Jupiter soi-même promettait de se réinventer. C’était juste au moment où il déclarait martialement mais sans armes efficaces la guerre au vilain virus. On en profita cependant pour se souvenir que lesdites bêtises et imprudences étaient dénoncées depuis trente ans au moins par des « prophètes de malheur ». Comme le ralentissement de la marche délirante du monde nous donnait brutalement du temps on les lut enfin ou on les relut, plus attentivement cette fois. Ceux d’entre eux qui étaient encore vivants furent même invités à reprendre la parole.

Le temps semblait enfin venu de songer à porter sérieusement remède à la crise écolo-climatique.

L’intense cogitation dura exactement deux mois, soit le temps du confinement. Du moins pour les citoyens subitement sidérés par l’évènement exceptionnel que constituait cette crise sanitaire mondiale et ses nombreuses conséquences socio-économiques. Dès le déconfinement prononcé ils reprirent leurs esprits, réalisèrent que la vie d’avant valait franchement la peine d’être vécue, qu’il était temps de pouvoir retourner chez son coiffeur, que le sort de la planète n’allait tout de même pas les empêcher de vivre leur vie insouciante. Voilà pour les citoyens ordinaires, du moins ceux qui ne se posent que trop rarement les bonnes questions. Et pour les « décideurs » ? Tout bien pesé, ils ne tourneront pas le dos à la Chine dont le monde entier dépens désormais. A ce jeu de dupes il y aurait trop à perdre. Il faut donc subir l’écrasante domination. La Chine passera Hong-Kong à la moulinette de sa terrifiante dictature. Puis viendra le tour de Taïwan. Et, nous laisserons faire pour la bonne marche des affaires. Vous avez dit dictature ? Tout le monde chez nous ne semble pas être convaincu par cette évidence. Certains envient ce formidable système nommé pudiquement « crédit social » qui permet de tenir en respect toute une population. C’est plus qu’un laboratoire, c’est une réalité tangible – et bien sûr monstrueuse - qu’il pourrait être tentant de copier demain en Occident pour mater de vraies résistances contre l’hydre capitaliste susceptibles d’éclore enfin.

Il fallait donc être bien naïf pour croire aux promesses de changement radical. Comment ce que les hommes et les femmes de pouvoir – politique, économique et financier – se sont refusés à mettre en œuvre pendant trente ans pourrait-il survenir dans la précipitation d’une crise sanitaire inattendue ? Il y aura bien sûr quelques aménagements à la marge, surtout pour préserver l’essentiel des intérêts des classes dominantes si bien insérées dans les arcanes du capitalisme mondialisé. Les écologues et climatologues les plus avisés s’échinent à nous le dire : il est grand temps d’entrer en résilience, peut-être est(il même déjà trop tard. Pourtant, au lieu d’organiser la résistance contre la dégradation accélérée des écosystèmes nous préférons résister aux discours et actions des écologistes les plis convaincus. Une résilience à l’envers en quelque sorte. Ces écologistes que l’on ne veut pas voir convaincants sont même traités de « khmers verts » ou de « terroristes ». Qui sont les vrais terroristes ? Les activistes de la FNSEA qui inondent de Glyphosate les serres d’un paysan bio ou les citoyens qui réclament par des manifestations pacifiques l’interdiction de ce pesticide mortel ? Poser la question c’est évidemment déjà y répondre !

En France, la rentrée va être calamiteuse. L’urgence de l’été fut au remaniement ministériel. Le nouveau gouvernement, très clairement de droite désormais, ne pourra que renforcer la « résilience à l’envers ». Ainsi, il ne faudra rien attendre en ce qui concerne la nécessaire réforme du système de santé qui permettrait de mieux parer aux inévitables pandémies à venir. Le tandem Castex-Bachelot, fossoyeur de l’hôpital public sous Sarkozy sont bien récompensés pour leurs bons et loyaux services d’hier. Pour changer de monde il va falloir bien autre chose que le simple ripolinage des vieilles figures politiques du désastreux passé. Le changement ne viendra donc pas du sommet de la pyramide politique. C’est au bas de la société que bougent les choses. De plus en plus de villes et villages sont maintenant dirigés par des écologistes. Les citoyens convaincus de l’impérieuse Résilience doivent sérieusement les aider dans la rude tâche qui leur incombe. Car, il ne manquera pas d’ennemis du changement pour leur mettre des bâtons dans les roues. Nous n’avons plus rien à perdre. Surtout pas le temps !

Yann Fiévet

URL de cet article 36406
  

Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La gauche n’a pas la moindre putain d’idée du monde dans lequel elle vit.

José Saramago

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.