Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Le beurre, l’argent du beurre, la fermière et l’industrie financière

Il était une fois dans le pays aux cent milles vaches et autant de fermières, une production de lait, sans équivalent en Europe. Les paysans, fiers de leur travail, avaient su par leur dur labeur, répondre au besoin de lait, des nourrissons et enfants de la Nation. Les fermières elles, contribuaient tout autant à cette production ainsi qu’à la transformation de ce lait en beurre et multiples fromages.

Au cours des années, pour améliorer la distribution de tous ces produits, une entreprise industrielle proposa ses services…marchands. Il s’agissait pour elle, de récupérer la matière première, le lait, et par un procédé industriel automatique de le mettre en boite puis de le diffuser. Les paysans n’auraient plus ainsi les soucis, ni du transport, ni de la diffusion, ni de la vente de tous ces produits, réduisant d’autant la gestion.

La vie aurait pu ainsi continuer longtemps, permettant à chacun de vivre de son travail, paysans et entreprises, aussi dignement que possible. Sauf que l’entreprise alléchée par l’objectif de profit, se mit, en s’appuyant sur les dérégulations européennes successives, décidées par les Etats, de mettre en concurrence les producteurs de lait du monde entier, car le transport, mondialisation libérale et pavillons de complaisance obligeaient.

Ne coûtait plus un penny, du « Royaume de Thatcher », c’est vous dire si ça ne coûtait rien et tant pis pour le réchauffement de la planète. A force de tirer les prix vers le bas, de nombreuses fermes ne purent plus tenir et furent obligés de vendre leur cheptel, la fermière et le reste… Qu’importe les fermetures et le saccage des fermes, LACTALIS, trouvait toujours du lait moins cher, et s’en mettait ainsi… « plein les fouilles ».

Mais la production de lait des campagnes se mit à décliner, tout en envoyant à « Pôle emploi », déjà débordé, nombre de ses producteurs… Des révoltes et jacqueries eurent bien lieu, mais la « loi du marché » qui impose que le prix soit fixé par « l’offre et la demande » via La « main invisible » chère à Adam Smith, s’appliquait avec toute la rigueur de la « loi de la concurrence » et du « libre échange » mondialisé. Pourtant, Montesquieu avait alerté « il n’y a pas plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois, avec la couleur de la justice ». Désormais, c’était « l’industrie financière » qui faisait la loi, qu’importe les dégâts engendrés par leurs krachs de plus en plus fréquents et graves. Les citoyens n’avaient plus qu’à voter, puis se taire, puisque tous les gouvernements faisaient la même politique, celle des « marchés associés ».

Mais un militant aux neurones éveillés, ayant appris de l’Histoire qu’il faut toujours définir un ennemi pour mieux le combattre et l’abattre, se décida de partir en campagne et chercha à définir de manière précise cette relation entre la vache, la fermière, le lait et l’industrie financière. Il perçut que le terme industrie était trompeur, puisque LACTALIS ne produisait rien, ne faisant plus que faire fonctionner le « fric du business ». Reprenant la démarche des encyclopédistes de 1789, il écrivit pour ce terme « d’industrie financière » une définition un peu imagée… L’industrie financière, c’est le beurre, l’argent du beurre, la fermière, et la ferme tout en tuant la vache et sans jamais aucunement contribuer à la production de lait. Il précisa que ce qui s’appliquait à la fermière, s’appliquait avec la même rigueur à toute l’économie du pays, expliquant les destructions industrielles générant ainsi ainsi les « cohortes » de « l’armée industrielle de réserve », les dettes sociales et celles dites « publiques », seules productions effective du « Capitalisme mondialisé ». Selon lui, les citoyens se devaient de retrouver les outils de leur émancipation de 1789, sans doute quelque part égaré dans les champs. Nul doute que cette romance du « beurre et de la fermière », contribuera à retrouver ce chemin de l’Histoire, celle de la « lutte des classes » sans lequel il ne peut y avoir de processus émancipateur pour l’humanité…

URL de cet article 30894
   
Maurice Tournier. Les mots de mai 68.
Bernard GENSANE
« Les révolutionnaires de Mai ont pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » (Michel de Certeau). A la base, la génération de mai 68 est peut-être la première génération qui, en masse, a pris conscience du pouvoir des mots, a senti que les mots n’étaient jamais neutres, qu’ils n’avaient pas forcément le même sens selon l’endroit géographique, social ou métaphorique où ils étaient prononcés, que nommer c’était tenir le monde dans sa main. Une chanson d’amour des Beatles, en fin de compte très (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.