RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le double jeu de l’Arabie saoudite !

Le Qatar pourquoi ? La question ne semble pas devoir avoir de réponse dans l’immédiat tant du fait de la pertinence de l’accusation portée contre Doha – financement du terrorisme – que de la qualité de l’accusateur, l’Arabie saoudite, financier patenté du terrorisme dit « islamiste ». C’est l’histoire du pyromane qui crie au feu ! Mais ce n’est là qu’un aspect de la crise, car elle ne semble pas aussi simple que l’on veut le faire croire, tant l’enjeu pour l’Arabie saoudite (qui se découvre des postures de leader du Monde arabe) est sérieux qui se positionne en maître à penser des Arabes et des musulmans, tout en se servant en sous-main de la terreur « djihadiste » pour imposer son diktat.

De fait, la « crise du Golfe » se circonscrit au Qatar et à l’Arabie saoudite, les « alliés » de Riyadh n’étant que des comparses. A commencer par l’Egypte devenue, au fil du temps, le jouet du wahhabisme. Gamal Abdel Nasser a dû se retourner dans sa tombe. Grandeur et décadence ! Mais la crise ? Atteinte de folie de grandeur, Doha dérange, c’est indubitable. Le Qatar achète – et se donne les moyens d’acheter – outre le monde, les consciences. Or, quelque part, Doha a marché sur les plates-bandes de l’Arabie saoudite qui n’apprécia pas, alors pas du tout, cette immixtion dans son pré carré : aspiration au leadership régional, soutien et financement des groupes jihadistes, autant de dispositions que les Al-Saoud se réservent. En s’y attaquant, en concurrençant la « suprématie » présumée de Riyadh, Doha a ainsi commis un crime de lèse « puissance régionale ». En fait, au long des deux dernières années, des escarmouches ont opposé les deux pivots des monarchies du Golfe – ils ont rappelé leurs ambassadeurs respectifs à Doha et à Riyadh – qui ont montré au grand jour outre leur inimitié, leur velléité de domination. Dans ce contexte, l’Arabie saoudite n’a pas hésité à exprimer son hégémonie en « créant » en 2015 (sans consulter ses partenaires arabes et musulmans) une « coalition militaire islamique (CMI) » de lutte contre le terrorisme. Ainsi, Riyadh a-t-elle embrigadé manu-militari des pays comme le Pakistan, la Malaisie et l’Indonésie, lesquels sont tombés des nues en apprenant qu’ils font partie d’une « coalition » sortie du néant, de par la seule volonté de l’Arabie saoudite. Or, l’Arabie saoudite à l’origine de l’avènement du « djihadisme » (terrorisme islamiste dont, historiquement, la responsabilité est partagée par Riyadh et les Etats-Unis) veut en même temps en être son « Seif el-Hajjaj » (l’adversaire le plus déterminé du terrorisme).

En fait, on se perd en conjectures face au jeu compliqué et trouble de Riyadh pour assurer son autorité sur les Mondes arabes et musulmans. Mais entre la velléité de puissance et la réalité du terrain, il y a un monde. Ce qu’illustre on ne peut mieux la guerre imposée par l’Arabie saoudite au Yémen. Sur-équipée (avions de chasse, blindés, chars...), l’armée saoudienne n’arrive pas, pourtant, depuis deux ans, à mettre à la raison les milices chiites Houthis, causant en revanche d’effroyables destructions au pays et des milliers de victimes parmi les civils yéménites. Ainsi, n’est pas chef de « coalition » qui veut. Le Qatar finance certes des groupes jihadistes, notamment en Syrie, mais est loin d’arriver au degré de manipulation de cette engeance comme le fait l’Arabie saoudite. Si Washington sait que Doha finance le terrorisme – ainsi, le président états-uniens, Donald Trump a demandé à Doha de cesser « immédiatement » le financement du terrorisme – il sait aussi qu’il en est de même pour l’Arabie saoudite, avec l’accord tacite d’oncle Sam. Les Etats-Unis ne crachent pas sur les pétrodollars saoudiens. Or, le développement et l’expansion de l’intégrisme islamiste dans le monde – et son bras armé le terrorisme djihadiste – est avant tout une oeuvre assidue de l’Arabie saoudite par le biais de la Ligue islamiste mondiale, financée par Riyadh, qui diffuse l’obscurantisme parmi les peuples arabes et musulmans. Il est de fait impossible d’éradiquer le phénomène djihadiste si, dans le même temps, on ne lutte pas – outre son financement – contre le prosélytisme du wahhabisme rétrograde dans le monde. Ainsi, tout en répandant le wahhabisme – négation de l’islam tolérant – l’Arabie saoudite prétend lutter contre ses forfaits : le terrorisme djihadiste. Riyadh joue ainsi un double jeu dangereux qui met en équation le devenir des Mondes arabes et musulmans.

Karim MOHSEN

15 Juin 2017

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/269157-le-double-jeu-de-l-arabie-sa...
URL de cet article 31999
  

La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.