RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Panthéon des humbles

Il faut préciser ici que si je me permets de sous-titrer : "Un petit souvenir en ces temps de pantalonnade", c'est en prenant le mot dans son sens littéraire selon le Larousse qui dit : "manifestation hypocrite d'un sentiment". Et aussi parce que je me suis permis préalablement le petit raisonnement intérieur suivant : De quel côté se trouvent ceux qui organisent aujourd'hui les cérémonies mémorielles ? En tant que laquais actuel des capitalistes, de quel côté eût-il ce Président été aux temps terribles ? Bien malin qui peut le dire pour l'individu, mais pour le bord politique et la couche sociale, il n'y a aucun doute : du côté de Munich, du : "Plutôt Hitler que le Front populaire", puis de la collaboration.

Hommage soit donc d'abord rendu ici aux héros et martyrs du groupe Manouchian et aux quatre qui entreront au Panthéon, sauf le respect qui est dû à la fonction présidentielle.

Des camarades militants m’entraînèrent chez une communiste que l’on ne voyait pas aux réunions de cellule, et que je ne revis plus jamais ensuite.

Entrer dans sa demeure vous glaçait, car la vie semblait s’être arrêtée au seuil de son humble maison.

Sur le buffet de la cuisine, des photos encadrées ; je n’en vois plus les visages, ni les détails, mais elles étaient nombreuses.

Cette femme ne vivait pas seule, pourtant. Une autre, plus jeune, partageait ses jours avec elle.

On m’expliqua qu’elles étaient respectivement la mère, veuve elle-même d’un résistant, et la veuve d’un résistant fusillé par les Allemands.

Mère et belle-fille prolongeaient ainsi dans le souvenir leur pauvre existence. Elles serraient le cœur par leurs vies brisées.

La vieille, qui perçut en moi le jeune militant tout feu tout flamme me quitta en me serrant la main et me regardant droit dans les yeux me dit :

- Tu dois bien faire ton métier, camarade.

Comme le souvenir en appelle deux autres, quand je me rends sur la tombe de mes grands-parents, à l’entrée de l’allée qui la précède il y a celle d’un enfant qui a éternellement seize ans : né le... fusillé par les Allemands, le... je n’ai pas les dates en tête, mais c’était lors du repli de leurs troupes alors que le territoire se libérait.

Et mon autre grand-père qui, non loin de là, employait (il y aura des puristes pour dire : exploitait) des ouvriers laissa à sa mort des photos que mes parents recueillirent. L’une d’elles montrait, comme sur une photo de classe, les "ouvriers de l’atelier", que mon père avait plus ou moins connus avant la guerre.

- Tiens ! lui, c’était... [je n’ai plus son nom non plus parce que je ne l’entendis que cette seule fois] ; c’était un Italien qui après avoir combattu le fascisme chez lui se réfugia en France. Et un beau jour il disparut. On apprit qu’il était parti en Espagne combattre Franco aux côté des Républicains.

Et c’est à cause de ce genre de chose que je suis si sensible à la chanson de Brel : Mon père disait...

le 21 février 2014

URL de cet article 24607
  

Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Suivez la science" disent les médias qui publient des horoscopes.

Viktor Dedaj

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.