RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Aides à la presse, un scandale qui dure

Le poids des euros, le choc des critères

Fin 2013, les chiffres publiés par le ministère de la culture et de la communication ont signalé que le magazine Closer avait, l’année précédente, reçu une aide publique trois fois supérieure à celle du Monde diplomatique (1). La publication qui se consacre aux potins sur les célébrités se hissait ainsi au 91e rang des titres aidés par le contribuable, tandis que ce mensuel n’accédait alors qu’à la 178e place. L’injustice parut sans doute insoutenable puisque l’année suivante, tandis que Closer progressait de trois places… Le Monde diplomatique disparut du classement (2).

D’autres modifications étaient intervenues entre-temps. Avec 16,2 millions d’euros de subsides divers, Le Figaro raflait d’une très courte tête au Monde la médaille d’or des publications assistées par ce que, dans d’autres circonstances, les libéraux appellent la « mamma étatique ». Même lorsqu’ils sont détenus par des industriels et des financiers, les journaux et les magazines les plus gavés de publicité et les plus éloignés de toute mission d’information publique se taillent en effet la part du lion des aides publiques. Les quatre magazines de télévision Télé 7 Jours, Télé Star, Télé Loisirs et Télé Z se sont ainsi adjugé près de 20 millions d’euros en 2013. Moisson moins abondante pour Le Monde diplomatique et Manière de voir : 108 600 euros.

Dans une question écrite adressée à Mme la ministre de la culture et de la communication et publiée au Journal officiel le 27 mai dernier, le député socialiste d’Ille-et-Vilaine Marcel Rougemont s’est étonné que Closer ait reçu «  une aide publique en 2012 d’un montant de 558 619 euros, contre seulement 188 339 euros pour Le Monde diplomatique ». Et il a estimé qu’il convenait d’« interroger la cohérence d’une telle disparité ». Enfin, il a relevé que « la situation semble s’être aggravée puisque Le Monde diplomatique a tout simplement disparu du tableau des deux cents titres les plus aidés selon les chiffres 2013 publiés en avril 2014. Ce constat renforce la nécessité d’une véritable réforme des aides à la presse, aujourd’hui trop dispersées. Les aides publiques doivent servir, selon la volonté du législateur, à soutenir les publications concourant au débat public ».

Dans sa réponse, publiée le 2 septembre dernier au Journal Officiel, le ministère de la culture et de la communication s’est abrité derrière les grands principes : « Le respect de l’indépendance éditoriale et économique a pour corollaire que les aides de l’Etat sont instituées et accordées de façon impartiale, sur la base de règles connues à l’avance, élaborées en concertation avec l’ensemble des familles de presse dans leur diversité et mises en œuvre en s’appuyant sur des organismes paritaires. L’Etat ne privilégie pas tel ou tel titre de presse au regard de son contenu éditorial. » Le Monde diplomatique et Manière de voir profitent ainsi, au même titre que les autres publications, indépendamment de leurs contenus, de la fortune de leurs propriétaires et de leurs volumes publicitaires, « des tarifs postaux de presse et de leur compensation partielle par l’Etat ». Toutefois, « ces deux publications ne bénéficient pas des tarifs dits d’information politique et générale ». Motif de cette discrimination ? « Les accords de 2008 ont restreint ces tarifs, entre autres critères, aux titres au plus hebdomadaires. » Mais, ajoute le ministère, « une réflexion est en cours [qui] permettra, le cas échéant, de faire évoluer les critères et les modalités d’attribution du soutien public à la distribution de la presse ». En d’autres termes, le ministère juge attentatoire au pluralisme de réserver les aides publiques à des publications qui concourent au débat démocratique plutôt qu’à des magazines de tricot ou de ragots. Mais il continue de « réfléchir » à la légitimité de continuer à en priver celles qui n’ont pas opté pour la « bonne » périodicité, quotidienne ou hebdomadaire.

Au total, la logique est somptueuse : plus une publication compte d’abonnés, en général grâce à des tarifs de dumping, plus sa pagination est étoffée par des encarts commerciaux, des suppléments publicitaires ou le catalogue des Galeries Lafayette, et plus le contribuable se porte à son secours. En revanche, plus le journal est pauvre et maigre, moins on s’en soucie. Il y a bien cependant une aide réservée aux publications à faibles recettes publicitaires ; mais décidément nous jouons de malchance, puisqu’elle ne vaut que pour les quotidiens…

Tout cela est pédagogique et il faut savoir gré au ministère de la culture et de la communication d’avoir enfin publié la liste des deux cents publications les plus aidées. Mais cette transparence risque de ne pas durer. Car dorénavant, a-t-on appris, les montants (substantiels) qui subventionnent la distribution de la presse ne figureront plus dans le tableau du ministère de la culture, « mais dans celui du ministère de l’économie et des finances, qui assure la tutelle de La Poste ». Histoire de rendre à nouveau un peu plus opaque ce qui commençait à devenir dangereusement clair ?

»» http://www.monde-diplomatique.fr/2014/11/HALIMI/50948

(1) Lire « “Closer” écrase “Le Monde diplomatique” », La valise diplomatique, 19 décembre 2013. http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-12-19-aides

(2) Lire « “Le Monde diplomatique” disparaît… », La valise diplomatique, 9 mai 2014. http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2014-05-09-le-diplo-disparait


URL de cet article 27284
  

Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
D. Vanhove de formation en psycho-pédagogie, a été bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il a participé à la formation et à la coordination des candidats aux Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une soixantaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Auteur de plusieurs livres : co-auteur de « Retour de Palestine », 2002 – Ed. Vista ; « Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes », 2004 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.