Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les 130 morts du "dictateur" vénézuélien

Un mort est toujours un mort de trop ! La polémique en vigueur dans les médias pour savoir qui serait responsable, du gouvernement ou de l’opposition au Venezuela, des morts dans les affrontements est tout simplement morbide et nulle et non avenue. Tout commence chez Bourdin où Jean-Luc Mélenchon est sommé de s’expliquer sur ces drames survenus à Caracas. Comme si Mélenchon était responsable de ce qui se passe au Venezuela ! Vous allez voir, bientôt, si un avion se casse la gueule dans le monde, ça va être de la faute à Mélenchon ! Et puis, si Bourdin pouvait quitter cette fâcheuse habitude qu’il a de couper systématiquement la parole à ses interlocuteurs, les réponses seraient aussi plus complètes et plus claires. Et puis si les journaleux commençaient à faire leur travail d’investigation, hein ? Certes, il est plus facile de répéter les inepties du Monde, sous la plume de Paulo Paranagua, l’ex-guerillero des années 70.

Alors, comme je suis peut-être moins abruti que ce que Brunet veut bien faire croire, je me demande, finalement, qui est le plus compétent pour établir la liste des victimes ? Certainement pas la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU qui ne fait que rabâcher les chiffres donnés par l’opposition qui s’évertue à se faire passer pour une victime alors qu’elle est l’artisan des affrontements !

Evidemment, personne ne compare aux 3000 morts lors du « Caracazo » de 1989, insurrection populaire contre les pénuries, dont est responsable Carlos Andres Perez, lui-même soupçonné d’avoir organisé les dites-pénuries.

Comme dans tout pays, on se réfère aux chiffres publiés par le Ministère de l’Intérieur.

Les voici :

-  Morts sans relation avec les manifestations : 2
-  En relation avec les saccages : 17
-  Barricades et blocages : 14
-  Réalisaient une barricade ou un blocage : 4
-  Tirs par les forces de l’ordre : 13

Pour ces faits, 40 policiers ou militaires sont mis en examen ou détenus

-  Tirs par des bandes criminelles : 3
-  Personnes mortes brûlées vives ou lynchées : 5
-  Complication de santé : 1
-  Rixes : 1
-  Manipulation d’explosifs : 4
-  Passants prés d’une manifestation auxquels il ne participaient pas : 25
-  Policiers ou militaires assassinés : 9
-  Morts par engins explosifs : 7
-  Autres cas : 35

Ils sont l’objet d’une enquête car les circonstances ne sont pas établies

Au total, 130 victimes au 27 juillet 2017 dont, pour beaucoup, il est bien difficile d’établir la responsabilité à l’une ou l’autre des partie. Pour celles et ceux que ça intéresse, je tiens à leur disposition les noms de ces 130 personnes.

Mais si le cœur vous en dit, faites vos comptes ! Ou plutôt, faites vos jeux, rien ne va plus !

URL de cet article 32281
   
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.