Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les conquêtes de la Révolution russe

Pour mieux mesurer les bouleversements mondiaux provoqués par la Révolution russe de 1917, Domenico Losurdo se penche sur l’état de l’Europe au début du XXème siècle. [1]

LA « BELLE EPOQUE »

JPEG - 28.8 ko
Carte postale venue d’Afrique...

Nous sommes dans ces années, qualifiées de « Belle époque », où l’Occident, imbu de sa puissance, se glorifie de faire partie d’une race exclusive (blanche, nordique, aryenne, caucasienne, etc.) infiniment supérieure aux « races inférieures ».

C’est également l’époque d’un curieux paradoxe : dans les métropoles « blanches », la démocratie et le suffrage universel se sont développés alors que, simultanément, dans les colonies, les populations sont assujetties à des rapports de travail servile et semi-servile ainsi qu’à la violence et à l’arbitraire bureaucratique et policier.

Cette sordide réalité a été justifiée par des intellectuels de renom comme John Stuart Mill : « le despotisme est une forme légitime de gouvernement quand on a affaire aux barbares ». [2]

LE TOURNANT DE LENINE

La cible privilégiée de Lénine est précisément cette race de seigneurs fondée sur l’asservissement de centaines de millions de travailleurs d’Asie et d’Afrique par les soins d’« un petit nombre de nations élues ».

« Les hommes politiques les plus libéraux et radicaux de la libre Grande-Bretagne [...] se transforment, quand ils deviennent gouverneurs de l’Inde, en véritables Gengis Khan », écrit-il.

Lénine fustige notamment l’expédition italienne contre la Libye, typique d’« une nation civilisée et constitutionnelle » qui procède au « massacre d’Arabes avec des armes ultramodernes ».

Parce qu’il y a « peu de morts européens », les expéditions des grandes puissances coloniales ne sont même pas considérées comme des guerres. On ne compte pas la vie des centaines de milliers de victimes appartenant aux peuples que les Européens oppriment.

BOLCHEVIKS CONTRE SOCIAUX-DEMOCRATES

C’est sur cette question du colonialisme que s’opère la rupture de Lénine et des bolcheviks avec les sociaux-démocrates.

Le social-démocrate allemand Eduard Bernstein, plaide pour les « races fortes » qui représentent la cause du « progrès » et contre les peuples « incapables de se civiliser » qui opposent une résistance rétrograde à la « civilisation ».

En France, Léon Blum, dirigeant du Parti socialiste déclare en 1925 : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie ».

La Révolution d’octobre 1917 et l’Internationale communiste ont représenté un tournant radical par rapport à cette idéologie d’arrogance et de préjugé racial. Leurs appels à la lutte d’émancipation adressés aux esclaves des colonies apparaissent comme une menace mortelle pour l’Occident et sa suprématie planétaire.

Pour le révolutionnaire coréen Pak Chin-sun, la révolution russe « fut la première à frayer une route entre l’Occident prolétarien et l’Orient révolutionnaire. La Russie des Soviets est devenu un lieu entre deux mondes jusqu’alors séparés ».

Il ajoute : « Il faut coordonner les actions de telle façon que le prolétariat européen assène à sa bourgeoisie un coup sur la tête juste au moment où l’Orient révolutionnaire portera un coup mortel dans le ventre du Capital ».

Dans les métropoles occidentales, les jeunes Partis communistes ont du accepter 21 conditions pour être admis à l’Internationale communiste fondée en mars 1919.

Une d’entre elles indique clairement que « tout Parti appartenant à la IIIème Internationale a pour devoir de dévoiler impitoyablement les prouesses de « ses » impérialistes aux colonies, de soutenir, non en paroles mais en fait, tout mouvement d’émancipation dans les colonies, d’exiger l’expulsion des colonies des impérialistes de la métropole, de nourrir au coeur des travailleurs du pays des sentiments véritablement fraternels vis-à -vis de la population laborieuse des colonies et des nationalités opprimés et d’entretenir parmi les troupes de la métropole une agitation continue contre toute oppression des peuples coloniaux ».

En septembre 1920, l’Internationale communiste organise à Bakou le Premier Congrès des peuples de l’Orient en présence de plus de 2.000 délégués venant d’Asie centrale, de Turquie, d’Arménie, d’Iran, du Caucase, d’Inde, de Chine, de Corée.

En France, le nouveau Parti communiste, issu du Congrès de Tours de 1920, s’efforce de suivre la ligne de l’Internationale. En 1925, il s’oppose résolument à la guerre du Rif en appelant à une grève générale et en organisant l’agitation parmi les troupes en partance vers le Maroc. Ses principaux dirigeants sont arrêtés et emprisonnés.

JPEG - 29.4 ko
L’Humanité du 13 octobre 1925

La Révolution d’Octobre n’a pas atteint tous les objectifs qu’elle avait poursuivis et proclamés. Mais le décalage entre programme et résultats est propre à toute révolution. [3]

Tout au moins, de la Chine à Cuba, elle aura contribué à la victoire et à la survie des révolutions dans nombre de pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine grâce au soutien politique et matériel de l’État auquel elle aura donné naissance.

JPEG - 38.4 ko
Cuba : Le taux de mortalité infantile le plus bas d’Amérique latine

Jean-Pierre Dubois

http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/archive/2012/07/15/les-conquet...

[1] Domenico Losurdo, Le péché originel du XXème siècle, Ed. Aden, 2007. Domenico Losurdo est professeur d’histoire de la philosophie à l’Université d’Urbino.

[2] John Stuart Mill (1806-1873) est considéré comme l’un des penseurs libéraux les plus influents du XIXème siècle.

[3] Domenico Losurdo utilise la métaphore de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb alors que celui-ci était parti à la recherche des Indes.

URL de cet article 17237
   
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.