RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les humains en trop

Par Miguel Benasayag, Mathurin Bolze, Sylvie Blum , Carmen Castillo,
Mary Chebbah, Jean-Baptiste Eyraud, Valérie Lang, Maguy Marin,
Stanislas Nordey, Julie Paratian, François Tanguy, François Verret

Déclaration du collectif 53

L’été 2003 restera longtemps dans la mémoire collective.
Notre société se comporte comme s’il y avait « des humains en trop »,
des surnuméraires.
Nous sommes à notre manière de ceux-là .

Nous, les surnuméraires de l’art et de la culture, nous nous adressons
aux autres surnuméraires, ceux qui le sont déjà ou ceux en voie de le
devenir.
Chez les surnuméraires, nous sommes parmi les plus « inutiles » de
tous. Parce que nous ne servons à personne, sinon à tout le monde,
nous vous parlons. Nous sommes peut-être votre miroir.
Parmi nous, bien sûr, il y a des différences. Nous sommes nombreux.
Certains plus protégés que d’autres. Il y a des contradictions, des
désaccords. On voudrait nous opposer, peut-être même nous opposer à 
vous, les autres surnuméraires.

On nous parle de rationalité, d’économie, de crise, mais à la fin de
tous ces discours, on se trouve toujours avec la même conclusion : il
y a des humains en trop.

Alors, on licencie, on expulse, on surveille, on emprisonne, on crée
la méfiance. L’autre, le « pas moi », l’autre, n’est plus ni parfum,
ni musique, il est devenu le bruit et l’odeur.
C’est la guerre des pauvres entre eux, et la solidarité est
criminalisée.
Tout ça au nom de la rationalité, mais de quelle rationalité ?
Les villes que la rationalité comptable a construites, sont propres,
fonctionnelles, sauf que personne ne veut y habiter, car la vie n’y
est plus.

On doit se contenter de survivre, et encore, sans faire de bruit, sans
déranger, et sous haute surveillance.
Chaque plan quinquennal soviétique était irréprochable, sauf qu’il
avait comme conséquence la mort de millions de paysans. La vie dans
les plans est parfaite, à ceci près qu’elle y disparaît.
Aujourd’hui, il n’y a plus de « soviétiques », c’est au nom du
réalisme, de la loi du marché, que l’on marche au pas, et s’il n’y a
plus de commissaires politiques, c’est parce que chacun de nous l’est
devenu un peu. Notre système a réussi à implanter un mirador dans
chaque tête.
Les lois de l’économie, nos nouveaux dieux, exigent le sacrifice des
inutiles, le salut exclusif pour ce qui est utile, mais utile pour qui
 ?

Ce qui est utile pour la rationalité économique, ne coïncide pas
toujours avec la vie.
Voyez cet homme, contaminé par la logique utilitariste, qui voulait
éduquer un âne à vivre sans manger. Il lui donnait à manger un jour
sur deux, puis un jour sur trois et ainsi de suite. Pas de chance,
quand celui-ci eut vraiment appris à vivre sans manger, il est mort.
Ou encore, ces nourrissons bien alimentés et bien propres, mais privés
de l’attention et de la tendresse des infirmières, qui mourraient
quand même. On ne comprenait pas. Ils avaient, certes, ce qui d’un
point de vue simpliste est considéré comme utile, ce qui satisfait les
besoins primaires, mais juste assez pour survivre, pas assez pour
vivre.
De la même façon, plan après plan, la vie disparaît à la plus grande
surprise de ceux qui veulent simplement, disent-ils, nous épargner « l
’inutile », simplement dégraisser la machine.
Car c’est quand le pouvoir commence à dicter ce qui « est utile » et
ce qui est « inutile », que la vie même est en danger.

Nous sommes montrés du doigt accusateur par les maîtres « vous n’êtes
pas utiles, pas assez rentables, il faut rationaliser tout ça » et ils
cherchent la complicité des autres secteurs de la société.
« Regardez, regardez . ils veulent faire du théâtre, de la danse, des
films, de la musique . alors que c’est la crise, vous êtes bien d’
accord avec nous, c’est un scandale ! »
Mais hier, ils disaient . « Regardez, regardez, ils sont vieux, et ils
vivent « trop » longtemps, vous n’allez quand même pas payer pour eux
 ! »
Sans oublier, quand ils disent, « Regardez, regardez.

Ils ne sont pas de chez nous

Ils n’ont pas de maison

Ils ne produisent pas de bénéfices

Ils sont handicapés, ils nous coûtent très cher

Ils sont en taule, et ils veulent des droits

Ils veulent une école qui ne soit pas soumise aux entreprises
Ils.ils ..ils. »

Et à chaque fois, le conditionnement avance en créant des désaccords
entre les victimes, des complicités avec les maîtres.

Ils vous disent encore :
« Mais, vous qui n’est pas comme eux, vous êtes Français.vous avez un
travail.vous êtes blanc.vous êtes jeune..vous êtes .. ». Et l’autre n’
est plus seulement le bruit et l’odeur, mais « l’insécurité ». Celui
qui peut vous piquer votre boulot, votre maison, votre mobylette .
votre rien.

Rationaliser veut dire gommer les différences, supprimer les
diversités peu « rentables ». La dérive économique projette par
exemple d’éliminer la biodiversité : un monde bien rangé, bien
discipliné, n’aurait pas besoin de tant d’espèces. Mais qui peut
vraiment savoir ce qu’impliquera la disparition d’ici 50 ans de la
moitié des espèces vivantes ?
Personne. Ces espèces n’existent pas dans des mondes clos, dans des
mondes étanches, et leur disparition ne manquerait donc pas de nous
emporter en bonne partie. Le monde réel, n’en déplaise aux
économistes, est très « mélangé », il relève d’une constellation
indissociable, ou au moins non amputable en toute impunité pour ceux
qui restent.

La biodiversité, c’est aussi les métèques, les sans papiers, virés,
eux aussi. Mais s’ils nous laissent « entre nous », si nous les
laissons partir . nous perdons à jamais une partie de nous-mêmes.
A chaque fois, que l’(ir)rationnel économique » élimine un secteur de
la société, ceux qui restent, ne restent jamais « entiers », le
problème de l’exclusion est, avant et surtout, qu’elle rend malade de
mort la société qui exclut. En fait de « rationalité » économique, il
s’agit en effet d’une véritable irrationalité fondée sur une croyance
aveugle en la toute puissance de la logique utilitariste.

Mais rien n’
est maîtrisé. Ses résultats sont hasardeux, voire désastreux pour la
vie.
Rationaliser veut dire . faire table rase des problèmes. Seul petit
inconvénient, les « problèmes » pour notre société, ce sont les corps,
les humains. Dégraisser, délocaliser, programmer . difficile d’être
plus raisonnable, plus rationnel, ils veulent juste « enlever l’
inutile » . Mais l’inutile des marchands est le fondement de la vie
pour nous. Et si l’on continue à enlever l’inutile selon la logique
néolibérale, la vie même est en danger.

La vie est inutile, le sens de la vie est immanent.

Nous sommes ceux qui rappellent une chose très simple à la société :
nous ne savons pas pourquoi nous nous levons le matin, pourquoi nous
aimons, pourquoi . nous vivons.
TChong Tse écrivait : « Tout le monde connaît l’utilité de l’utile
mais personne ne connaît l’utilité de l’inutile ».
L’inutile, c’est la vie, c’est l’art, c’est l’amitié, c’est l’amour, c
’est ce que nous cherchons au quotidien comme fondement de tout ce
qui, de surcroît, est vraiment utile, tout ce qui a vraiment de la
valeur.
Nous, les surnuméraires de l’art, nous sommes ce rappel quotidien et
insupportable pour le pouvoir du « non sens » de la vie, fondateur de
tout sens.

Les Indiens disent aux pouvoirs qui les écrasent : « Vous ne pouvez
rien nous offrir, car nous sommes déjà morts ».
Ils entendent par là que pour eux, une survie, où l’on désire ce que
le maître peut nous offrir, c’est une mort. Pourtant, comme eux, nous
réclamons des droits, comme eux, nous défendons des acquis, car pour
eux comme pour nous, droits et acquis ne sont pas des possessions du
maître, c’est ce qui nous appartient.
Le « nous sommes déjà morts » est paradoxalement un chant à la vie,
car il affirme tout simplement « Tu ne m’auras pas comme complice . ce
que tu m’offres en échange de ma survie ne mérite pas que je laisse
tomber l’autre. Bien sûr, toi, tu crois que je devrais être content et
dire merci, parce que n’est pas encore venu le temps que pleuvent les
coups sur moi. »

Eh bien non. Que personne ne se trompe, il ne s’agit pas aujourd’hui
de revendications sectorielles, de querelles de clocher, car ce qui
est en jeu, c’est la résistance à un modèle de société, à un modèle de
discipline, à un mode d’oppression, à la vie devenue tristesse.

La production capitaliste est diffuse et inégale. C’est pour cela que
la lutte, la résistance doivent être multiples mais aussi solidaires.
Il n’y a pas de libération individuelle ou sectorielle. La liberté ne
se conjugue qu’en termes universels, ou, dit autrement : ma liberté ne
s’arrête pas là où commence celle de l’autre, mais ma liberté n’existe
que sous la condition de la liberté de l’autre.
Aujourd’hui nous sommes tous face à un choix de société, non pas à un
choix abstrait, lointain, mais à un choix qui implique la façon dont
nous allons continuer à vivre très concrètement. Nous ne parlons pas
de sociétés idéales, ou de modèles politiques à suivre, mais de formes
concrètes de vie, dans le seul monde possible qui est celui-ci. Soit
nous désirons à vide et de façon velléitaire un « autre monde », et
nous subissons la voie de l’utilitarisme. Soit nous assumons ce monde
qui est le nôtre aujourd’hui, ici et maintenant, celui où le corps,
des corps commencent à se mettre en mouvement.
Autant dire, soit nous nous contentons de la survie disciplinaire, de
la tristesse, soit nous résistons et construisons la vie, joyeuse et
multiple, donc solidaire.
Nous, nous ne voulons pas que la vie ait comme sens unique celui de l’
utilitarisme. Celui où tout sert à quelque chose, où il y a toujours
un but, une fonction pré-établie. Car dans le « sens unique », il ne
reste plus de temps pour réfléchir, pour questionner.nous sombrons
alors dans la société de l’urgence, de toutes les urgences.
Et, l’urgence est la meilleure façon de discipliner les gens. « Nous
sommes d’accord, disent les maîtres, bien sûr, mais plus tard, plus
tard »

C’est plus tard pour la vie.

C’est plus tard pour la dignité.

C’est toujours plus tard pour la solidarité.

Pour le moment, c’est l’urgence, et ils adorent ça, nos maîtres, les
temps d’urgence, « Branle bas de combat . et je ne veux plus voir qu’
une seule tête ».

Et ces artistes qui questionnent sans cesse le sens de la vie ! Mais
quelle drôle d’idée ! On se contenterait bien de les voir faire un peu
de cirque pour amuser les gens, et l’économie, bien sûr, dirigerait
aussi le cirque et les clowns deviendraient des fous du roi.

Les maîtres ne se trompent pas. Notre choix de vie implique un choix
de société : celle qui ne veut pas seulement éduquer utile, penser
utile, armer les enfants pour l’avenir, gérer efficace, aller vite,
produire plus. Une société où la pensée, la poésie, la philosophie, la
rêverie ne sont pas considérées comme hors programme. Où la notion de
gratuité du temps, de l’échange, sont à nouveau une évidence.
Et si nous refusons l’utilitarisme, ce n’est pas parce qu’il
représente un modèle de vie qui nous déplaît, mais c’est au nom de la
vie elle-même . Cela fait-il de nous des gens ridicules ?
Oui, mais aux yeux d’un pouvoir qui se cache derrière le « sérieux
gestionnaire ». Et ce sérieux-là , justement, nous ne le trouvons pas
très sérieux.

Attention, ils nous désignent comme des surnuméraires, et pour
beaucoup de gens, tomber sous cette désignation-là , revient aujourd’
hui, à une condamnation grave : chômage, arrêt de soins, fin de
droits, expulsion, isolement, mort.

Alors, plutôt que d’essayer de nier, nous disons, oui nous sommes des
surnuméraires, mais seulement dans VOTRE modèle de société et même si
votre modèle est aujourd’hui dominant, la vie, elle, continue, à 
travers la création, la solidarité, la pensée, la résistance.

Nous parlons pour les « surnuméraires » qui sont partis cet été.

Une société qui est capable de laisser mourir ses « inutiles », ses
« vieux », est une société qui n’a plus d’histoire, qui n’a plus de
dignité, car les ancêtres ont pour toujours disparu, en laissant la
place à cette nouvelle catégorie de l’économie, le troisième âge.

A cette société-là , qui cache ses faibles, qui oublie ses vieux, qui
expulse les handicapés derrière des murs pour oublier sa fragilité, c’
est-à -dire la condition humaine, à cette société-là , nous, qui nous
déclarons et nous revendiquons « surnuméraires », nous lui disons que
la résistance est devenue la seule forme de vie qui nous semble encore
digne d’être vécue.

Nous n’avons pas, pour contester, pour résister, à nous déguiser en
ministres alternatifs, nous n’avons pas à singer les gestes du
pouvoir. Le sérieux ne réside pas dans les formes, mais dans le désir
et la construction de la solidarité, ici et maintenant.

Nous comprenons en revanche très bien le message des maîtres : « Tente
de te sauver seul, prends la place de celui qui vient d’être viré ».
Pour nous, la seule idée de se « sauver seuls » est l’image de se
perdre à jamais. Ceux qui nous comprennent, comme nous, désirent la
vie. Ceux qui disent ne pas nous comprendre, en réalité ont déjà 
choisi leur camp, celui de la survie. Le choix n’est pas entre être
fort ou être faible, car la réalité la plus profonde de la vie est que
nous sommes une constellation où tout est nécessaire, et c’est cela
que nous nommons fragilité.

Nous sommes ceux qui rappellent cette fragilité-là . Nous ne voulons ni
plus de force ni nous extraire tous seuls de la faiblesse. Nous
déclarons du fond de notre « rien du tout » qu’au delà de la force et
de la faiblesse, existe cette fragilité, tout simplement la vie.

Nous sommes des surnuméraires entourés d’autres surnuméraires déjà 
disparus, en danger, ou de futurs surnuméraires, surnuméraires sans
passé, sans avenir.

Aujourd’hui, on crie haro sur le désir. On nous dit que nous sommes
les fainéants qui veulent une vie dans le désir, l’art, la pensée,
pendant que, eux, « sérieusement » veulent et imposent une vie
disciplinée par la finance. La seule vie sérieuse serait la vie qui,
en tournant le dos au désir, se disciplinerait aux besoins. Besoins,
normés, créés, énoncés par le pouvoir économique. Et ils nous invitent
à prendre la place de « fonctionnaires de la culture » dans leur
société.

Nous, nous vous disons, que c’est vrai, nous sommes désirants.
Car, tout changement social doit commencer par une exploration et le
déploiement de nouvelles et plus puissantes formes de désirer. L’
histoire nous l’a appris, ceci n’est pas faisable depuis un pouvoir
central.
L’art répond à la nécessité naturelle de vivre et de se développer
dans la multidimensionalité des situations, c’est pourquoi, aujourd’
hui, depuis l’art, on peut résister au formatage unidimensionnel de la
vie.

L’espace, les espaces de l’art, ont toujours été ces espaces publics,
ces véritables laboratoires sociaux, où les gens expérimentent, d’
autres dimensions, d’autres « esthétiques de vie ».
Ce monde unifié, qui est un monde devenu marchandise, s’oppose à la
multiplicité, aux infinies dimensions du désir, de l’imagination et de
la création. Et il s’oppose fondamentalement à la justice (.)

Résister, c’est créer et développer des contre-pouvoirs et des
contre-cultures. La création artistique n’est pas un luxe des hommes,
c’est une nécessité vitale dont la grande majorité se trouve pourtant
privée. Dans la société de la tristesse, l’art a été séparé de la vie
et, même, l’art est de plus en plus séparé de l’art lui-même, possédé,
gangrené qu’il est par les valeurs marchandes.

Nous, les surnuméraires de l’art, nous luttons donc, pour que la
création dépasse la tristesse, c’est-à -dire la séparation, pour que la
création puisse se libérer de la logique de l’argent et qu’elle
retrouve sa place au cour de la vie.

Les maîtres nous veulent séparés, ils ont besoin de notre tristesse,
de notre peur, et ils veulent ainsi garder un art pour les élites, et
un « sous-art » pour les autres, encore une séparation que nous
refusons.

Peu à peu, nos sociétés de la tristesse et de la discipline ont
construit un quotidien dans lequel la seule chose qui importe est le
bénéfice, le bénéfice économique. Ainsi, tout travail, toute activité,
n’a plus que ce seul objectif : le profit.
Produire des marchandises, et le travail réel que cela implique,
devient pénible, trop long, pas assez efficace. L’argent de la
spéculation « crée » une autre circulation monétaire où l’argent même n’
a plus d’existence, argent virtuel, travail virtuel, vie virtuelle.
Les corps que, bien entendu, on continue à utiliser pour surproduire,
seront dorénavant cachés, délocalisés, sans lieu. A la surproduction
de l’irrationnel néolibéral correspond la misère de celui qui la
produit.

Pour nous, l’objectif du travail, continue naïvement à être la
création. Nous sommes en ce sens-là , des « archaïsmes » pour le
système.
Mais, quand nous parlons des conditions de la création artistique, ils
n’entendent que des questions d’argent. Or, leur projet n’est pas de
faire des économies ou de corriger des disfonctionnements techniques
de statut, mais de discipliner le milieu de l’art. De l’argent pour
les productions normalisées, il n’en manque jamais.
Nous, nous disons qu’ils s’attaquent au fondement de notre travail :
le lien social, qui est la condition sine qua non de la création
artistique.
Nous parlons ici d’une tendance du pouvoir utilitariste et
disciplinaire qui a comme conséquence la dissolution du lien social,
la destruction des synapses du corps social qui garantissent que ce
qui fait mal à l’autre me fait mal aussi. Ce sont ces liens de
solidarité, ces liens sociaux qu’ils attaquent à travers nous.

Les conditions d’existence de l’art. Des conditions d’existence tout
court
Nous soutenons que les conditions d’existence de l’art sont les mêmes
que les conditions d’existence de la vie.

On ne peut impunément dégraisser, rationaliser, discipliner l’art,
sans lui faire perdre sa signification, son devenir, son existence. On
ne peut pas dire : les vraiment forts en art s’en sortiront. Outre le
malthusianisme grossier de ces propos, ils sont faux.
La question de « l’excellence dans l’art », est une question piège. D’
abord, le critère d’excellence est précisément ce que les
contemporains ne peuvent pas définir. Et puis une fois encore, on ne
voudrait garder que les « bons » travailleurs, les « bons » Français, vous
voyez bien, ils sont gentils, ils ne veulent virer que l’inutile. Bien
sûr... pour sauver l’art .

Mais, il existe des conditions quasi biologiques de l’existence de l’
art. On ne peut pas détacher une filière d’un corps pour dire : c’est
celui-là qui m’intéresse. Car le corps est complexe. Il est impossible
de dire à l’avance d’où va sortir l’art, impossible de savoir à l’
avance si tel élément du soubassement ne va pas donner quelque chose
de fort.
L’ouvre d’art émerge d’un certain chaos. Sans moment chaotique, sans
soubassement multiple et contradictoire, pas d’émergence. Et le
bouillon de culture n’est ni quantifiable, ni qualifiable.
Ce qui, du point de vue de la rationalité économique est perte de
temps (et le temps c’est de l’argent), n’est ni plus ni moins que l’
existence toujours multiple, de contradictions, de dissensions, bref,
de ce qui ne peut être mis au pas.

Toute mise en forme par voie unique est une mise en norme
disciplinaire.
L’activité artistique participe à la création de nouveaux possibles,
de nouvelles dimensions de la vie.
Mais, dans le champ de l’art, se jouent bien entendu, des conflits
centraux pour toute société, car c’est dans ces dimensions multiples
que de nouvelles formes esthétiques, de nouvelles formes d’être
commencent à s’exprimer.

Nous constatons qu’il n’y a pas de progrès pour la justice sociale
sans développement de cet espace de pensée et de recherche collective
qu’est la multitude d’activités artistiques, et vice versa.

Paradoxalement, l’art ne peut s’identifier au spectacle dans une
société où les gens regardent passivement le spectacle de leurs vies.
L’art, en effet, n’a pas pour vocation d’être un divertissement
spectaculaire, car il ne crée pas la séparation de tout un chacun avec
sa propre vie. Notre travail n’est pas de divertir pendant que la
répression avance.
Bien au contraire, l’art est ce qui, à travers la subjectivité, nous
permet l’accès au concret, au réel. Dans la vie devenue spectacle, les
hommes et les femmes devenus spectateurs de leurs propres vies, s’
opposent à l’art, car l’art, la création artistique construisent du
concret. Du spectacle non spectaculaire, de la présence, non de la
représentation.

Dans la société disciplinaire, il n’y a plus de corps, il n’y a que
des chiffres, des bonnes ou des mauvaises affaires, la vie devient peu
à peu virtuelle. Spectateurs passifs de la vie, nous n’avons que de
« lointaines nouvelles » de nous-mêmes, à travers des informations
mises en spectacle.

Nous désirons avant tout et surtout développer le concret de la vie,
contre sa virtualisation marchande. Pour nous, le but n’est pas le
profit ; ce que nous produisons, fait partie de nous, ce n’est pas un
alibi pour gagner de l’argent.
Si le prolétaire est celui qui est séparé du produit qu’il fabrique,
du produit réduit à une monnaie d’échange, aujourd’hui quand tout le
monde parle (à la légère) de la fin du prolétariat, nous assistons en
fait à la prolétarisation, à la précarisation de l’ensemble de la
société.

Nous, les artistes, nous sommes encore les représentants d’un monde où
ce " produit " est un objectif en soi, où la valeur d’usage est au
moins aussi importante, sinon plus, que la valeur d’échange. En ce
sens, nous formons une des lignes de résistance au néolibéralisme
financier.
On ne cherche pas à gagner en bourse, on veut que notre travail
corresponde à une valeur d’usage. Notre travail n’est pas virtuel. La
société est plus virtuelle que nous quand la vie devient un compte en
banque.

Les pouvoirs économiques veulent gagner du temps, alors, tout moment
doit être, un moment productif et productif veut dire visible, donc
comptable.
Ainsi, ils nous appellent, en tout cas, pour certains d’entre nous,
des « intermittents ».
Mais notre travail n’est pas intermittent. Chez tout artiste, il y a
continuité. On est visible par intermittence, mais vivant et productif
en permanence. Tout le travail qui n’apparaît pas, les films non
faits, les pièces non montées sont essentiels. Nos sociétés sont
moribondes du rationalisme panoptique qui ne prend en compte que le
visible, sociétés dans lesquelles tu n’es plus payé pour ton travail,
mais pour ton temps de travail.

Il s’agit de ne pas seulement être « force de travail », mais que le
produit continue à être notre objectif, pour éviter la séparation
entre nos vies et ce qu’elles construisent.

On entend beaucoup parler d’exclus, or le secret de cette société c’
est que personne n’est exclus. L’ascenseur social fonctionne plus que
jamais, mais en descendant. On fait croire à des secteurs entiers de
la population qu’ils sont exclus pour qu’ils attendent sagement la
possibilité d’accéder à des strapontins imaginaires.
Nous sommes déjà tous inclus, inclus à des places différentes,
certaines confortables, certaines précaires.
Il n’y a pas de pays en voie de développement, comme il n’y a pas de
minorités en voie d’intégration, tout est à sa place dans cette
société -là . Le modèle de société n’est pas extensible, toute attente
de « développement », d’intégration est une manière de nous
discipliner dans l’attente, et toute attente est. « en attendant
Gödot ».

L’exclusion est la menace permanente dans laquelle nous vivons. Elle
est devenue une atmosphère tellement « normale », nous sommes
tellement habitués à cette crainte, qu’on oublie que d’autres sociétés
ont existé et existent toujours sans logique d’exclusion.
D’autres sociétés, c’est-à -dire pas uniquement celles du passé ou de l
’ailleurs, mais simplement d’autres formes sociales au sein même de
nos sociétés complexes et multiples existent déjà , comme minorités en
lutte. Il ne s’agit pas de discourir dans le vide sur le souhait de
tout changer, mais d’arrêter d’être velléitaires, arrêter de souhaiter
des tables rases, pour nous lancer dans construction du nouveau « ici
et maintenant ».

Rester au niveau du souhait éloigne de la justice. La justice et la
solidarité n’existent que dans des actes concrets de justice et de
solidarité.
Ce qui est menacé est très clairement ce qui menace le développement
de la raison économique, c’est-à -dire le lien social. Le lien social
est en effet trop opaque pour les maîtres, le lien social n’est pas
assez « économique ». Résister c’est très concrètement créer du lien
social.

Nous produisons, certes de l’inutile, mais en quoi des millions de
voitures, des millions d’objets seraient, eux, plus « utiles » ? Nous
savons bien qu’il existe un autre type « d’inutile », mais cette fois
c’est de l’inutile dangereux, ce sont tous les produits de la
surproduction néolibérale qui ont comme seule raison d’être leur vente
ou leur destruction pure et simple.

L’inutile que nous créons, construit du lien social. Voilà simplement
pourquoi nous sommes gênants.
Dans le corps social, les corps ne sont pas tous attaqués de la même
manière, ni au même moment, mais de ces différences réelles les
maîtres essaient d’user pour nous dominer.

Nous vous invitons donc à ne pas céder à ce chant des sirènes qui vous
propose de devenir bourreaux en attendant d’être les prochaines
victimes.

Mauvaise nouvelle . nous sommes toujours là  !

Le pouvoir essaie de nous faire croire que l’on ne pourrait plus se
permettre le luxe de vivre de vraies vies, que nous devrions nous
résigner à la survie disciplinaire. Ce qui nous est présenté comme « 
sagesse », est une véritable folie.

Nous contestons parce que c’est contestable de vivre une survie.
Soyons sérieux, c’est-à -dire arrêtons de nous prendre au sérieux,
créons de véritables lignes de résistance, la joie contre leur
tristesse, la solidarité contre leur discours sécuritaire, la création
contre leur destruction de la vie.

Leur faiblesse réside dans le fait que nous ne désirions pas comme
eux, que nous ne voulions pas être à leur place. Oui, nous désirons
autrement, ou peut-être, nous désirons tout court.
Ni leaders, ni partis, ni programmes, ni modèles, une infinité de
lignes de résistance, sans commissaires politiques, ni bonne ligne à 
suivre.

Nous ne nous adressons pas aux pouvoirs. Les pouvoirs, s’ils sont
démocratiques doivent refléter l’état de la vie réelle de la société.
S’ils ne le sont pas, c’est également par le développement des liens à 
la base qu’ils le deviendront. A nous de faire qu’existent, à la base
les conditions du changement, ces liens de solidarité, de liberté et d
’amitié qui empêchent réellement que le pouvoir soit réactionnaire.

Il n’y a pas de grandes résistances et de petites répressions, il y a
des pratiques concrètes et multiples de résistance. Mais comme notre
époque est une époque obscure, époque du triomphe de la tristesse,
nous devrons avoir le courage et la patience de développer de
multiples expériences, des laboratoires, de toutes tailles de tous
types, qui feront peu à peu la preuve, par l’expérience concrète, qu’
un autre sens, que d’autres sens que le sens unique et utilitariste
sont possibles, ici et maintenant et dans chaque situation.

Personne ne doit demander ce qu’il doit faire. Nous devons continuer à 
échanger ensemble, car ni le but, ni aucune finalité ne préexiste à l’
action.
C’est pourquoi, notre intention n’est pas de demander au maître de
nous épargner, mais d’avancer ensemble avec tous ceux et toutes
celles, qui, sans ordre, sans leader, mais avec une multitude de
désirs conducteurs se sont déjà mis en route.

A toutes celles et ceux que quelque chose de cette « lettre à la
mer », touche dans sa vie, dans son expérience, qu’elle ou qu’il la
fasse circuler, par tous les moyens possibles à sa disposition.

Pour le Collectif 53 :

Miguel Benasayag, Mathurin Bolze, Sylvie Blum , Carmen Castillo,
Mary Chebbah, Jean-Baptiste Eyraud, Valérie Lang, Maguy Marin,
Stanislas Nordey, Julie Paratian, François Tanguy, François Verret

- Source : ATTAC Info n°444 du mardi 28/10/03 - http://attac.org

Intermittente : Solaine Caillat ( Paris - Berlin ) www.freecomplex.org

Photo : © France BADAIRE

URL de cet article 1104
  

Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l’oublient souvent, les autres ne l’oublient jamais."

Samuel P. Huntington

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.