RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Zindigné(e)s ! n° 25

Dans son éditorial (“ Les milieux populaires imitent-ils les enrichis ? »), Paul Ariès met en garde contre la tentation du recours aveugle au penseur étasunien Thorstein Veblen qui a largement évacué la question de la lutte des classes dans sa démarche, par ailleurs très originale.

Puisqu’on est en pleine confusion idéologique, le long article synthétique et analytique de Jean-Loup Anselle, “ L’écologie est-elle « rouge-brune » ” apportera des éléments de réflexions fort utiles. Anselle est l’auteur des Nouveau rouges-bruns (éd. Lignes).

Jean Gadret et Aurore Lalucq se demandent s’il faut donner un prix à la nature pour la préserver. « L’utilisation d’unités monétaires ne veut pas dire “ donner un prix ”, donner un prix ne signifie pas créer un marché, et créer un marché n’implique pas sa financiarisation. »

Pour Thierry Brugvin (“ La croissance démographique contre l’écologie ”), « il est possible de développer des politiques sociales permettant de réduire la population en favorisant l’équité sociale et la protection de la planète. »

Pour Martine Billard et Jean-Pierre Lemaire (Parti de gauche), la décroissance est incontournable : « le pourcentage d’augmentation de la production continue à être l’alpha et l’omega de la vie en société. Couplé à l’hégémonie de l’idéologie de la “ compétitivité ” et au fétichisme de la marchandise, la vision productiviste de l’économie reste dominante. »

Emilie Atchaka (CADD Bénin) explique comment, dans le cadre du microcrédit, les femmes unissent leurs luttes.

Un entretien essentiel d’Eva Lacoste avec Pierre Tarakowski, président de la LDH sur la loi sur le renseignement : « Ce chantier est ouvert, non pas suite aux attentats de janvier, mais à l’affaire Snowden. Les pouvoirs en place, partout dans le monde, ouvrent une réflexion pour que de telles fuites ne puissent se reproduire et que les lanceurs d’alerte soient mis hors d’état … d’alerter. » Il s’agit par ailleurs d’élargir « le champ des techniques de renseignement à la prévention des “ violences collectives ” et à la défense des “ intérêts économiques et industriels majeurs ”, ouvrant la voie à des formes de surveillance des mobilisations sociales et politiques. »

Pour Maxime et Frédéric Vivas (auteurs de Marine Le Pen amène le pire, éd. Golias), le FN d’aujourd’hui, c’est le FN d’hier. Parvenir à l’Élysée « suppose que la nature profonde du FN se dissimule derrière un discours rassembleur qui, ayant emprunté sans vergogne à la droite républicaine et à la gauche, placerait le FN au centre de l’échiquier politique. »

Un texte très intéressant des Femen sur leur démarche « sextrêmiste » : il s’agit pour elles d’interroger la place du corps de la femme dans un monde structuré par des normes masculines. « Le mot sextrêmisme s’impose comme contrepoint ironique face à l’extrémisme patriarcal et son culte de la terreur, et face aux extrémismes religieux.

Toujours dans la perspective de la confusion idéologique ambiante, Philippe Godard dénonce l’escroquerie libérale-libertarienne : « la critique de l’État ne peut être à la fois libérale et anarchiste. Elle penche nettement soit d’un côté soit de l’autre. »

Laurent Paillard pousse un coup de gueule contre la FSU dont la revue POUR accepte des pubs pour les kits pédagogique Colgate. Membre de la FSU moi-même, je m’associe à ce coup de gueule. Le même Laurent Paillard explique comment la classe dirigeante divise pour régner : « les attaques contre les classes moyennes sont présentées comme des mesures de lutte contre les inégalités que subissent les classes plus défavorisées qu’elles. Cela permet de les stigmatiser afin de justifier le siphonage de leurs ressources en direction des hyper-possédants tout en dressant les classes populaires contre elles. On présentera les bénéficiaires des minimas sociaux comme étant à la charge des classes moyennes. »

Yann Fiévet revient lui aussi sur les grands oreilles du pouvoir solférinien : « en étendant le recours aux techniques de renseignement aux intérêts économiques et industriels, auxquels on peut ajouter la surveillance préventive des mouvements collectives de contestation sociale ou écologique, le projet de loi offre un champ potentiellement illimité aux curiosités intrusives de la police. Enfin, on assiste au basculement dans le champ de la police administrative de mesures répressives qui devraient bénéficier de garanties judiciaires. Le projet de loi porte donc atteinte au principe de la séparation des pouvoirs. À cet égard, le silence complice de Christiane Taubira, garde des Sceaux, nous laisse pantois. »

URL de cet article 28711
  

Même Auteur
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.