RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Marché de dupes ?

Ce dimanche 5 juillet 2015 sera-t-il une date historique ou un coup d’épée dans l’eau ?

Après des mois de bataille face à la troïka impérialiste, le gouvernement Tsipras s’en remet au peuple grec, en proposant un référendum sur la question suivante  : « Acceptez-vous le projet d’accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international lors de l’Eurogroupe du 25.06.2015 et composé de deux parties, qui constitue leur proposition unifiée ? »

Le gouvernement grec et sa majorité parlementaire Syriza-Anel, appellent à voter « NON » avec l’argument que ce vote NON sera un instrument de pression sur les négociations en cours, du moins qui étaient en cours puisque l’Eurogroupe a décidé de les suspendre en attendant le résultat de cette consultation populaire... et ce à la demande du gouvernement allemand qui espère que la Grèce sortira de la zone euro afin de l’épurer d’un mauvais élément qui refuse de payer ses créanciers, du moins les exigences des créanciers.

En effet, Alexis Tsipras et son ministre de l’économie Yanis Varoufakis (qui a étudié dans les universités anglo-saxonnes) ne refusent pas de payer la dette créée par la bourgeoisie et la classe moyenne aisée grecques, ils refusent les frais inhérents imposés par la BCE et le FMI, donc par la commission européenne et les EU, donc par l’Allemagne et les EU, donc par Goldman-Sachs, la véritable banque mondiale qui réitère dans sa stratégie du chaos pour imposer l’ultralibéralisme.

Le gouvernement grec redoute avant tout, mais sans le dire, une situation à la chilienne de 1974 qui provoqua la mort d’Allende avec un retournement de l’armée et de la police, complétement noyautées par l’extrême-droite, comme ce fût le cas en Grèce en 1967 avec le coup d’état des Colonels sur fond d’anticommunisme. Cette hypothétique ultime solution de l’impérialisme ne doit pas être mise de côté, notamment quand 130 milliards sont en jeu.

La gauche (PCF-PG-CGT) de la drauche française (PS-PRG-EELV-CFDT) appelle à soutenir le gouvernement grec pour infléchir la position extrêmement ferme de l’Eurogroupe, et à manifester dans la rue leur soutien au NON grec et à la coalition Syriza-Anel (l’équivalent d’une coalition impossible, quoi que, entre le FdG et l’UDI) ... ce qui sous-entend qu’autant la gauche de la gauche, que la drauche, que la droite veulent sauver la construction soit-elle impérialiste, antisociale et liberticide... de l’Europe.

Mais dans le même temps, le KKE, le Parti Communiste de Grèce, et le PAME, front syndical lié au KKE et à la FSM, appellent à boycotter ce référendum considéré comme un marché de dupes pour tromper les travailleurs grecs qui devront encore une fois se serrer la ceinture tant financièrement que socialement pour rembourser les dépenses de l’Etat bourgeois.

Le KKE n’a pas une position du NI-NI mais une position du NON-NON, car le 27 juin au Parlement grec il s’est exprimé ainsi : « Non au projet d’accord de l’UE-BCE-FMI et à celui du gouvernement grec » « désengagement de l’UE, abrogation du mémorandum et de toutes ses lois d’application »... il a une position claire et précise sur la question nationale, donc sur le maintien de la souveraineté de la Grèce dans la cacophonie mondiale des impérialismes dominants.

On voit bien qu’une guerre de classes est engagée sur trois fronts entre les ultralibéraux, les réformistes (PPE-PGE-CES) et les véritables communistes (KKE-PCP-FSM-RCC-PRCF...), mais qu’il n’y a qu’une seule barricade où d’un côté les libéraux et réformistes sont alliés malgré leurs divergences sur la nature de cette construction européenne, pour affronter les patriotes communistes opposés à l’Europe impérialiste... la situation ukrainienne avait montré le même schéma tordu sur fond d’opposition à la Russie, tout comme sur la situation en Syrie voire même au Venezuela... « Plutôt l’Europe impérialiste que le retour de l’URSS »

Il est clair que le spectre d’un retour au socialisme réel dans un pays redevenu souverain au cœur de l’impérialisme européen, hante le capitalisme qui redoute encore le soviétisme et la socialisation des moyens de productions et d’échange qui passe par la sortie de l’Europe et de sa monnaie... d’ailleurs les manifestants pro euro à Athènes avait brandit il y a quelques jours « non au stalinisme »..., c’est bien une guerre idéologique sur fond de crise systémique du capitalisme qui est en jeu mais elle est masquée...

Nous apportons toute notre solidarité internationaliste et notre complet soutien politique au KKE, au PAME, et à la classe ouvrière patriote de Grèce dans cette lutte indispensable pour la souveraineté du peuple de Grèce livrée aux charognards impérialistes et à la dictature de la finance.

»» http://joukov.eklablog.com/cahiers-n-217-et-discours-du-kke-a118069398
URL de cet article 28906
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie Saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. (...) Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent.

James Baker
Ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis, 1996

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.