RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mobilisation contre le soutien de la Société Générale au projet minier Alpha Coa

Deux jours après un des plus gros rendez-vous de l’industrie du charbon à Berlin[1] les Amis de la terre et leurs partenaires dénoncent l’implication de la Société Générale dans l’énorme projet minier Alpha Coal en Australie. Situé dans le sud du bassin de Galilée, une zone non exploitée à ce jour, le projet aurait des impacts majeurs sur l’environnement local, le climat et la Grande barrière de corail. Par une lettre ouverte signée par 59 organisations de 17 pays, les Amis de la Terre demandent à la Société Générale de se retirer immédiatement du projet et appellent la société civile à se mobiliser en novembre.

La Société Générale mène actuellement les études de faisabilité et d’impacts destinées à réunir les 11 milliards de dollars nécessaires pour financer un énorme projet minier au Queensland en Australie, Alpha Coal. Comprenant la construction d’une mine et d’une voie ferrée ainsi qu’une expansion portuaire, Alpha Coal est un projet d’exploitation minière et d’exportation de 30 millions de tonnes de charbon par an vers les marchés asiatiques, à commencer par la Chine et l’Inde.

Les impacts de la mine composée de six puits à ciel ouvert seraient colossaux, comme s’en inquiète Derec Davies de l’association Coast and Country : « La zone de la concession minière s’étend sur plus de 60 000 hectares. 47 km de voies fluviales seraient détournées et les nappes phréatiques baisseront drastiquement. Toute l’économie locale essentiellement agricole ainsi que les habitats qui abritent de nombreuses espèces menacées seraient gravement touchés. »

Le projet ne serait pas non plus sans conséquence sur la Grande barrière de corail, un des plus riches écosystèmes de la planète. Alpha Coal va à l’encontre des recommandations de l’Unesco qui a déjà demandé au gouvernement de ne plus autoriser de nouveau développement portuaire au risque sinon d’inscrire la Grande barrière sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril. En effet, le port d’Abbot Point deviendrait alors le plus gros port charbonnier du monde.

Mais la première menace pour la Grande Barrière de Corail demeure le changement climatique. Sur une durée de vie de 30 ans, les opérations minières et la combustion du charbon issu d‘Alpha Coal produiraient l’équivalent d’environ 1,8 milliards de tonnes de dioxyde de carbone [1]. Mais Alpha Coal risque surtout d’ouvrir la voie aux autres projets miniers déjà planifiés du bassin de Galilée. Ensemble, ces projets émettraient annuellement presqu’autant de CO2 que l’Allemagne [2] et seraient compatibles avec un scénario pouvant mener à un réchauffement de 6 ° C au-dessus du niveau pré-industriel ! [3]

En soutien aux agriculteurs locaux et à l’association Coast and Country – qui contestent la légalité de l’autorisation environnementale de la mine – les Amis de la Terre dénoncent aujourd’hui le rôle crucial joué par la Société Générale. Aux côtés de 57 organisations de 17 pays, l’association demande de suivre sans plus tarder l’exemple de la banque américaine Citi qui a mis fin aux services de conseil qu’elle fournissait également sur ce projet.

« Avec cette lettre, nous voulons envoyer un signal fort à la Société Générale mais aussi aux autres banques potentiellement intéressées par de tels projets. Le bassin de Galilée est une zone interdite ! Quelque soit la nationalité de la banque, la société civile internationale sera là pour leur rappeler leurs engagements en matière de responsabilité sociale, environnementale et climatique ! » déclare Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre.

Sur des projets aussi couteux, tout délai peut entrainer leur abandon. Les Amis de la Terre appellent donc l’ensemble de la société civile à se mobiliser à l’occasion d’une semaine d’action du 12 au 15 novembre prochains. Le grand public peut dès à présent faire pression sur la Société Générale en votant aux Prix Pinochhio, pour lesquels la banque est nominée pour Alpha Coal.

Pour en savoir plus :
Cooking the Climate,Wrecking the Reef : the global implications of coal exports from Australia’s Galilee Basin, Greenpeace, September 2012.

Contacts presse :
Caroline Prak, Les Amis de la Terre France : 06 86 41 53 43 / 01 48 51 18 96 - caroline.prak@amisdelaterre.org

Crédit photo : ©Greenpeace_Andrew Quilty.

»» http://www.amisdelaterre.org/Societe-Generale-Mobilisation.html

Notes

[1] Estimation maximale des émissions de dioxyde de carbone induites par la combustion du charbon de la mine d’Alpha Coal. Cooking the Climate,Wrecking the Reef, Greenpeace, September 2012.

[2] Comparaison des émissions additionnées induites par la combustion du charbon extrait des 9 mines prévues dans le Bassin de Galilée avec celles résultantes de la combustion de carburant telles qu’estimées par l’AIE en 2009. id.

[3] id.


URL de cet article 23239
  

La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.