RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mort d’un journaliste sans importance

Tous les journalistes sont égaux… Mais certains moins que d’autres. La mort du reporter libanais Assaf Abou Rahhal ne compte pas puisqu’il était « proche du Hezbollah ».

Assaf Abou Rahhal, quel drôle de nom pour un journaliste. Ce type est sûrement un imposteur. Un journaliste, un vrai, son nom est un patronyme du genre Mougeotte, Pujadas, Ferrari, Drucker ou Duhamel. En aucun cas Assaf Abou Rahhal. Ce plumitif libanais n’a donc eu que ce qu’il mérite : la mort. Il a été pulvérisé par un tir israélien lors d’un accrochage de frontière, à propos d’un arbre, hors de la ligne de démarcation, dont les branches empêchaient les soldats hébreux de bien voir venir le danger du nord et qu’ils entendaient élaguer. Relatant la meurtrière querelle les gentils médias, toujours à la recherche du bonus en matière de rigueur, ont précisé que ce rastaquouère, cet Assaf Abou Rahhal, travaillait pour le journal Al-Akhbar « proche du Hezbollah ». Tout est dans ce « proche du Hezbollah ». Une façon de dire que cet Assaf est un pas bien joli type et que sa mort compte pour pas grand-chose. Ouf, j’ai eu peur que les israéliens aient tué un vrai reporter.

Avec de semblables principes ont pourrait rire beaucoup dans les cimetières de presse. Je ne veux que du bien à ce cher Etienne (Mougeotte) qui dirige un grand journal, Le Figaro. Mais imaginez (à Dieu ne plaise) qu’un obus tiré par un soldat de Voïvodine orientale lui érafle la tong, lirait-on chez nos confrères : « Etienne Mougeotte, collaborateur d’un journal proche de l’UMP » ? Bien sûr que non. Imaginez aussi que des imbéciles présentent nos deux confrères prisonniers en Afghanistan comme « travaillant pour une chaîne d’Etat en France », ce qui les ravalerait au rang d’un Assaf, celui de journalistes chair à canons.

Au palmarès de RSF tous les journalistes sont égaux mais un Assaf est moins égal que d’autres. Et il faut se méfier de ces degrés que nos protecteurs professionnels mettent en accordant la qualité de journaliste. En 1937, observateur de la Guerre d’Espagne, Georges Bernanos n’aurait donc été qu’un « reporter proche des Républicains ». Quelle horreur !

»» http://www.mondialisation.ca/index.php++cs_INTERRO++context=va++cs_AMP++amp ;aid=20548
URL de cet article 11221
  

Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.