RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Néomarxisme et classes sociales

Le néo évoque tout à la fois un maintien d'une logique ancienne et du nouveau dans les développements récents. Le néocampisme par exemple, n'oppose plus, depuis 1989 et 1991, le monde capitaliste en bloc contre le monde dit "communiste" (ou l'inverse), les autres (le Tiers-Monde) devant choisir leur camps (pas de non alignement) ! Le Choc des civilisations puis un renouveau de l'impérialisme forge un nouveau campisme, un néocampisme, qui a pour défaut, à gauche, de se taire sur les horreurs de son propre camps ( au sein du "sud" ou de la périphérie). Mais refuser le campisme à gauche ne signifie pas tomber pour autant dans le "ni, ni" équidistant !

Rapporté à l’analyse en termes de classes sociales le "néo" signifie des emprunts d’éléments de type stratificationniste (couches sociales élaborées selon les revenus ou/et le patrimoine possédé) sur la base de marxisme maintenu, d’ou le terme de néo-marxisme (1). Question d’honnêteté par rapport au marxisme plus orthodoxe comme celui de Michel Lequenne (1) .

NB : La question des autres rapports sociaux comme le sexe/genre n’a pas abordé – vu le cadre et le temps imparti – mais ils sont ordinairement pris en compte.

Les rejets du marxisme

Ce marxisme fuit, à raison, ces analyses stratificationnistes qui, souvent (pas toujours), respirent le fonctionnalisme à la Talcott Parsons ; analyses qui posent, implicitement ou explicitement, une harmonie sociale hiérarchisée via la distribution de gratifications monétaires aux individus toujours en libre capacité de "monter" dans la hiérarchie.

L’enjeu ne resterait alors – au mieux – que celui de l’écart jugé juste et bon entre la couche sociale d’en-bas et la pointe au sommet de la hiérarchie sociale ! Ce qui se ramènerait à un souci de justice sociale et fiscale, à une histoire de redistribution des revenus donc ; soit par une nouvelle politique salariale qui relèverait les revenus du bas et/ou qui rabaisserait les très hauts revenus. Mais silence sur l’exploitation de la force travail, pas évocation de domination non plus ! Dans cette option intellectuelle, il n’a pas de sub-structures économico-sociales qui "déterminent", très relativement certes, pas de façon mécanique, des agissements et des parcours individuels.

Surtout, au cas qui nous occupe, avec l’analyse stratificationniste en terme de couches sociales, il n’y a plus de rapports sociaux, qu’ils s’agissent des rapports de production avec un acheteur de force de travail face à un ou des vendeurs de force de travail ; ni même de rapports de solvabilité face au marché pour l’acquisition de biens et services. Car chacun a ce qu’il a ! Pour avoir plus faut travailler plus ! Le marxisme classique tend lui aussi, de façon différente, à sous-estimer ce rapport de solvablité (face au marché) au profit du rapport social de production.

Néo : conserver et intégrer.

Le choix théorique de conserver la matrice marxienne (avec des références stratificationnistes) est de montrer l’existence de rapports sociaux multiples, et donc les clivages existants dans la société. Le clivage le plus grand, montré par l’altermondialisme et d’autres acteurs, est celui entre l’oligarchie bancaire et financière contre le peuple-classe. Mais il y en a d’autres, plus visibles pour beaucoup, quoique plus secondaires, comme le rapport de commandement interne au salariat, notamment entre les cadres supérieurs (de type variable) et les travailleurs et travailleuses de base (ouvriers ou employés ou techniciens). Le fait, historique et géographique, de l’extension forte du mode de production capitaliste sur la planète a généralisé le rapport capital-travail, qui peut occuper de 80 à 92 % d’un nation développée, les pays moins capitalistes montrent une composition plus forte en paysans et artisans.

Retour "ouvriériste" du prolétariat : une critique cordiale de R Bibeau.

En fonction de cette évolution, on peut trouver un certain marxisme à orthodoxie maintenue qui revient vers une analyse de type "ouvriériste" qui avait été abandonnée largement au profit d’un vaste salariat vendeur de sa force de travail (2). Certains défendent que l’exploitation se réalise dans la production privée seulement, d’autres aussi bien dans le privé que dans le public.

S’agissant du retour "ouvriériste", je pense ici, par exemple, à Robert Bibeau qui gonfle exagérément la petite-bourgeoisie mais aussi et surtout la rattache complètement à la bourgeoisie au point de dénier le fossé entre finance et peuple-classe et le rapport de prédation qui va avec contre les peuples-classe mais aussi contre la nature ! Cette analyse porte aussi, en conséquence, stigmatisation de la dite petite-bourgeoisie qui rassemblent couches moyennes, professions libérale, travailleurs indépendants, petits patrons) et corrélativement entreprise de préservation du bon ouvrier porteur du changement socialiste.

Nous ne partageons pas cette analyse ni sur ses généralisations en termes de "subjectivité" ni sur le potentiel donné aux ouvriers ! Nous pensons, que ce sont les luttes sociales qui ouvrent des perspectives et un espace de changement social et politique (démocratique et écologique).

Pour autant, ces considérations ne visent pas à ignorer les refus et rejets des ouvriers et employés modestes, qui comprennent bien que le système capitaliste, les exploitent toujours avec des modalités toujours plus sophistiquées. La critique portée bien souvent contre l’Union européenne éloignée d’eux signifie bien qu’ils la voient comme non démocratique, fort peu sociale et contestable au plan de l’écologie. Ensuite ils sont largement pour la laicité et contre les intégrismes mais ne sont pas pour autant des adeptes du FN. Ils peinent probablement à trouver un vote de classe crédible.

1) - Débat M Lequenne / C Delarue sur la petite-bourgeoisie.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/181113/debat-m-lequenne-c-delarue-sur-la-petite-bourgeoisie

2) - Variation des définitions du prolétaire et du prolétariat

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1060

3 ) - Robert Bibeau a écrit deux textes sur le sujet : C’est le premier auquel je me réfère. Il est sur LGS : 1 La petite bourgeoisie pervertie et trahie :

http://www.legrandsoir.info/la-petite-bourgeoisie-pervertie-et-trahie.html

URL de cet article 24160
  

Même Thème
Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.