RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Netanyahou crie encore au loup. Que manigance-t-il cette fois ?

Mise à jour ci-dessous

Le président américain Trump veut mettre fin à l’accord nucléaire (pdf) avec l’Iran et veut éliminer les forces iraniennes en Syrie qui soutiennent le gouvernement syrien. Quelque chose se prépare dans ce but.

La semaine dernière, le général Joseph Votel, commandant du CENTCOM, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient, était en Israël. C’était la toute première visite d’un commandant du CENTCOM en Israël, pays qui travaille habituellement avec le commandement européen EUCOM.

Hier, Pompeo, l’ancien directeur de la CIA qui est aujourd’hui secrétaire d’État, s’est rendu en Israël. Quelques heures plus tard, Israël a bombardé deux dépôts de munitions en Syrie, prétendument liés à l’Iran. Le but était clairement de provoquer une réaction de l’Iran.

Le ministre israélien de la défense, Lieberman, vient d’aller à Washington et n’est revenu en Israël qu’aujourd’hui.

Le Premier ministre israélien Netanyahou a clamé partout qu’il tiendrait une conférence de presse pour présenter « une énorme quantité d’informations nouvelles et décisives sur le programme nucléaire iranien ». Il dira que l’Iran triche sur l’accord nucléaire (JCPOA).

Netanyahou est un menteur et un belliciste notoire. En septembre 2002, il a menti (vidéo) au Congrès américain :

« Il ne fait aucun doute que Saddam travaille à mettre au point des armes nucléaires et qu’il progresse - il n’y a aucun doute là-dessus ».

Pas plus tard qu’hier, il répandait une histoire fausse selon laquelle des Arabes en Israël auraient perturbé une minute de silence à la mémoire de personnes tuées pendant une crue soudaine.

L’AIEA affirme que l’Iran se conforme pleinement à l’accord nucléaire (JCPOA). S’il y avait des informations sérieuses sur le moindre manquement de l’Iran concernant l’accord nucléaire, elles seraient communiquées à l’AIEA et aux six puissances qui ont signé l’accord. L’AIEA enquêterait et ferait un rapport. Si l’Iran trichait, il serait soumis à de sérieuses sanctions internationales. Le fait que Netanyahou veuille présenter quoi que ce soit publiquement laisse penser qu’il n’a rien de vraiment important à annoncer.

On sait que les documents qu’il doit présenter ont été compilés par un certain Christopher Steele et rassemblés avec l’aide d’un certain Sergej Skripal et de son contact au MI-6 [et expurgés]. Ils montreront que l’Iran tente d’acheter de l’uranium « yellow cake » au Niger.

Cette nouvelle comédie de Netanyahou est étroitement coordonnée avec l’administration Trump. John Bolton, le conseiller de Trump pour la sécurité nationale,s’emploie avec les sionistes, depuis le début de l’an 2000, à provoquer une guerre contre l’Iran :

Au cours de ses multiples voyages en Israël, Bolton a rencontré de manière impomptue toutes sortes de personnes dont le chef du Mossad, Meir Dagan. Ces réunions n’ont fait l’objet d’aucun compte rendu au secrétaire d’État ni aux autres bureaux concernés comme c’est l’habitude. À en juger par cet article sur une des premières visites de Bolton, ces réunions ont clairement porté sur l’élaboration d’une stratégie commune pour créer les conditions politiques d’une éventuelle frappe américaine contre l’Iran.

Derrière Trump, Netanyahou et Bolton, il y a un magnat des casinos, le militant sioniste Sheldon Adelson. Il a financé les campagnes électorales de Trump et de Netanyahou et les divers think tanks qui diffusent de la propagande anti-iranienne, et payé Bolton.

Trump veut quitter l’accord nucléaire, mais les autres signataires, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne veulent le maintenir. Le simple fait de quitter le JCPOA sans raison valable sèmera le doute sur tout accord que les États-Unis voudront conclure sur d’autres questions. Et les déclarations que Netanyahou va faire, aussi ridicules soient-elles, pourraient fournir à Trump un prétexte pour imposer de nouvelles sanctions à l’Iran sans sortir de l’accord.

Mais même cela n’explique pas toutes les récentes rencontres et entretiens des différents responsables israéliens et américains. Des soldats français et des mercenaires des Émirats arabes unis sont entrés au nord-est de la Syrie. Pour quoi faire ? Les Saoudiens participent à toutes les opérations contre l’Iran.

Il se passe quelque chose d’important mais nous ne savons pas encore quoi.

Moon of Alabama

Mise à jour

Netanyahou vient de terminer son show (vidéo). C’était vraiment nul. Il a affirmé qu’Israël avait eu accès à des archives iraniennes portant sur son programme nucléaire entre 1999 et 2003. En 2007, une étude des services de renseignements nationaux des États-Unis a déterminé que l’Iran avait cessé toute recherche sur les armes nucléaires en 2003, après que les États-Unis ont détruit l’Irak qui était alors l’ennemi juré de l’Iran. En 2011, l’AIEA a présenté en détail l’ancien « programme structuré » de l’Iran. Elle a reconnu que le programme avait pris fin en 2003.

Tout ce que Netanyahou prétend aujourd’hui avoir découvert est vieux et connu. Il parle d’un ancien plan de l’Iran appelé AMAD comme s’il s’agissait d’une nouvelle découverte des services secrets. Mais l’AIEA a dit tout ce qu’il y avait à savoir sur l’AMAD et son développement en 2011 (PDF, Annexe, page 5). Netanyahou utilise des documents d’archives de programmes anciens et connus pour affirmer que l’Iran a triché et n’est pas digne de confiance. Il dit que cela donne à Trump une bonne raison de désavouer l’accord nucléaire que les États-Unis et d’autres ont signé avec l’Iran. Tout cela n’a ni queue ni tête.

Je m’attendais à mieux de sa part. De faux documents bien faits ou au moins quelque chose de vraiment spectaculaire. Mais sa prestation a été en dessous de tout.

J’ai l’impression qu’il s’agissait d’une diversion destinée à dissimuler la préparation d’une opération militaire (?) contre l’Iran ou ses actifs au Liban, en Syrie ou en Irak.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2018/04/netanyahoo-to-again-cry-wolf-but-...
URL de cet article 33308
  

En conscience je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Alain Refalo
Alain REFALO
Le manifeste des enseignants désobéisseurs : un ouvrage qui dénonce la déconstruction de l’école de la République. « Car d’autres enseignants (…) ont décidé de relever ce défi de la lutte contre la déconstruction de l’école publique. Ils sont entrés en résistance, sans se payer de mots inutiles. Une résistance radicale, mais responsable. Une résistance transparente et assumée. Pour que le dernier mot de l’histoire n’ait pas la couleur de la désespérance. » Des îlots de résistance - 164, rue du Faubourg (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.