RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nous ne voulons pas d’une délibération sociale

Dans l’émission Mots croisés du lundi 25 octobre 2010, l’on a pu entendre un échange intéressant entre François Chérèque et Laurence Parisot.

François Chérèque "qu’on ouvre une négociation entre le patronat, les organisations syndicales sur l’emploi des jeunes, l’emploi des seniors. Je crois qu’on ne peut plus y couper, la responsabilité des entreprises est engagée. Le patronat a voulu cette réforme leur responsabilité est engagée. Il faut absolument maintenant rentrer dans les négociations sur l’emploi des jeunes l’emploi des seniors, c’est une urgence."

Laurence Parisot : "Je suis d’accord pour qu’on ouvre une délibération sociale pour voir si on peut sur ces sujets évoqués par François Chérèque commencer à travailler ensemble et ce serait une bonne façon de commencer à passer à autre chose."

Il faut reconnaître que François Chérèque a raison sur un point, la responsabilité des entreprises, du patronat est engagée. Ce n’est pas un scoop, nous vivons dans une société capitaliste dans laquelle l’on conçoit mal comment la responsabilité du patronat pourrait ne pas être engagée.

Par contre, la question de l’emploi des jeunes et des seniors est certes une vraie question même s’il est un peu curieux de réduire la question de l’emploi à ces deux catégories de salariés. Mais quelle est la cohérence pour un leader syndical en plein conflit social de proposer un nouveau champ de négociation au patronat ?

Laurence Parisot ne s’y trompe pas, et rebondit immédiatement.

Elle est "d’accord pour qu’on ouvre une délibération sociale", pas une négociation et ce n’est pas une simple question de vocabulaire. " C’est le MEDEF qui a introduit la délibération sociale qui permet aux partenaires sociaux d’engager des discussions et d’établir des diagnostics communs avant d’ouvrir une négociation. " Il ne s’agit donc que d’un accord sur une phase préalable aux négociations, dans lesquelles le patronat n’a jamais eu d’obligation de résultats. Et Laurence Parisot enfonce le clou pour ceux qui n’auraient pas compris en précisant "pour voir si on peut… commencer à travailler ensemble." Mais surtout elle note que ce " serait une bonne façon de commencer à passer à autre chose." En effet, vu coté patronal, passer d’un mouvement de grève qui s’étend, d’un mouvement social puissant rassemblant des millions de manifestants à une hypothétique négociation est une aubaine à ne pas laisser passer.

Il n’appartient pas à François Chérèque pas plus qu’aux représentants des centrales syndicales de décider d’ouvrir une pseudo négociation avec le patronat. C’est aux assemblées générales qu’il appartient de décider de la poursuite du mouvement pour obtenir le retrait pur et simple de ce projet et ensuite fort du résultat d’exiger d’autres négociations le cas échéant.

Le 30 octobre 2010

Jean-Michel Arberet

Conseiller municipal d’Arcueil

Partenaire du groupe communiste

jm-arberet.over-blog.com

URL de cet article 11865
  

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.