Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Obama veut son 35e

Sauf probable omission, la Syrie occuperait, si par malheur cela se produisait, la 35e place sur la liste des pays bombardés par les Etats-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui exclut de cette liste le Japon qui a reçu deux bombes atomiques lancées par les avions américains en 1945.

C’était alors la guerre. Puis vint la paix, mais les aviateurs de l’armée américaine n’ont pas chômé. Partis de leurs porte-avions ou de leurs propres bases ou de celles de l’Otan, les bombardiers ont gardé l’air pour pouvoir tapisser de bombes à tout moment les pays récalcitrants à la volonté hégémonique de la Maison-Blanche, guidée par les intérêts économiques au profit de quelques magnats du pétrole ou d’un minerai indispensables à leurs activités.

Mais pour tout le monde, les Etats-Unis étaient, et restent à ce jour pour les crédules et naïfs qui veulent bien encore les croire, motivés par la défense du monde libre et l’instauration de la démocratie. A ce titre, ils ont bombardé, entre autres, la Chine, puis la Corée, le Guatemala, et Cuba, le Congo, le Vietnam et ainsi de suite jusqu’à la Libye en 2011. Trente-quatre pays.

Avec le recul, le prétexte fallacieux apparaît nettement et, pourtant, il y en a qui avalent toujours les mêmes couleuvres sur la lutte contre les dictateurs et pour la démocratie qui serait le moteur des interventions américaines hors de leurs frontières.

Prenons le Guatemala, en 1954, la ressemblance avec l’affaire syrienne d’aujourd’hui est frappante. Pour forcer le président Arbenz à partir, les Etats-Unis ont bombardé le Guatemala et aidé en hommes et en matériel des groupes de « rebelles » qui n’arrivaient pas par leurs propres forces à faire tomber le gouvernement. Le président Arbenz a été contraint de fuir et le pays a été dirigé ensuite par une dictature à la solde des Etats-Unis. Résultat : l’aviation américaine a permis l’installation d’une dictature au Guatemala.

L’histoire dramatique du Vietnam est connue, c’est au cours de cette période que les B-52 se sont fait connaître de l’opinion publique mondiale en lâchant leurs bombes et leurs produits chimiques sur une population qui combattait pour la liberté et l’indépendance. Ce fut un lamentable échec pour les Américains obligés de fuir devant les combattants vietnamiens. L’image des GI’s défaits, accrochés aux échelles des hélicoptères venus les aider à fuir, est encore dans les mémoires.

L’Algérie et la Tunisie auraient dû figurer sur la liste des pays bombardés par les Etats-Unis. Ce sont leurs avions, pilotés par des militaires français, qui ont arrosé de napalm les moudjahidine algériens et ce sont aussi des avions américains qui ont servi à frapper Sakiet Sidi Youcef pour punir le peuple tunisien de l’aide qu’il apportait à notre Armée de libération nationale.

Qui accorderait le moindre crédit aux paroles d’Obama et Kerry sur la démocratie pour couvrir des crimes de guerre ?

K. M.

Liste des pays bombardés par les Etats-Unis sous prétexte d’y établir « la démocratie »

1. Chine 1945-1946
2. Corée 1950-1953
3. Chine 1950-1953
4. Guatemala 1954
5. Indonésie 1958
6. Cuba 1959-1960
7. Guatemala 1960
8. Congo belge 1964
9. Guatemala 1964
10. République dominicaine 1965-1966
11. Pérou 1965
12. Laos 1964-1973
13. Vietnam 1961-1973
14. Cambodge 1969-1970
15. Guatemala 1967-1969
16. Liban 1982-1984
17. Grenade 1983-1984
18. Libye 1986
19. El Salvador 1981-1992
20. Nicaragua 1981-1990
21. Iran 1987-1988
22. Libye 1989
23. Panama 1989-1990
24. Iraq 1991
25. Koweït 1991
26. Somalie 1992-1994
27. Bosnie 1995
28. Iran 1998
29. Soudan 1998
30. Afghanistan 1998
31. Serbie 1999
32. Afghanistan 2001
33. Iraq 2003
34. Libye 2011
35. ???

»» http://www.algeriepatriotique.com/content/obama-veut-son-35e
URL de cet article 22475
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.