RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Offensive sur Idleb : le signal fort émis par Ankara

Si les forces loyalistes syriennes temporisent à lancer l’offensive contre la province d’Idleb, le dernier fief dans le territoire syrien aux mains de groupes armés jihado-terroristes, ce n’est pas la menace agitée par les Etats-Unis et leurs alliés européens de représailles militaires contre elles qui en est la cause. Les autorités syriennes dont la détermination à ne pas reculer face à cette menace a été fermement réaffirmée par la voix du président Bachar El Assad lui-même n’ont pas encore donné leur feu vert à leurs troupes qui sont en ordre de bataille, et sont en attente de ce qu’il va ressortir des tractations que leurs alliés russes et iraniens mènent avec la Turquie dont l’attitude à l’égard de leur intention pour cette province d’Idleb qui lui est limitrophe pèsera incontestablement sur le cours de la confrontation militaire dont celle-ci va être le théâtre.

Ces tractations que Poutine, Rohani et Erdogan entendent finaliser au cours du sommet sur la Syrie qui va les réunir en fin de cette semaine en Iran ont déjà produit un résultat qui conforte la résolution de Damas à aller de l’avant pour mettre fin au dernier réduit conséquent en Syrie tenu par les groupes jihado-terroristes. En effet, Ankara qui a jusque-là déployé son aile protectrice sur l’ensemble de ces groupes retranchés dans la province en refusant d’en admettre la nature terroriste, a opéré un spectaculaire revirement en désignant le principal d’entre eux le Front El Nosra qui est la véritable cible de l’offensive syrienne projetée comme étant effectivement une organisation terroriste.

Ce revirement turc induit qu’Ankara ne va pas voler à son secours et ira même jusqu’à contribuer à son isolement en persuadant les groupes rebelles à Idleb qui sont sous son influence à quitter le « front de libération » qu’ils ont constitué avec lui à Idleb à son instigation. En contribuant à casser ce « front » sous couvert duquel El Nosra a cherché à faire croire qu’il a définitivement rompu avec la mouvance terroriste internationale, Ankara faciliterait à coup sûr une reprise de la province d’Idleb par les forces loyalistes syriennes qui ne générerait pas la catastrophe humanitaire qu’ont dit à juste titre craindre ses autorités.

Affaiblir El Nosra avant que la confrontation armée ne se produise dans la province en retournant contre lui les groupes rebelles auquel il a jusque-là imposé sa prépondérance mortifère semble être un point de convergence à partir duquel Poutine, Erdogan et Rohani auront facilité à convenir d’un accord sur la question de la province d’Idleb qui fera droit à la volonté du pouvoir syrien d’en finir avec « l’abcès » terroriste qu’elle est incontestablement sous le contrôle d’El Nosra et des milliers de mercenaires venus de partout s’enrôler sous sa bannière. La convergence de Moscou, d’Ankara et de Téhéran sur le cas du Front El Nosra dont tout le monde s’accorde sur le fait que c’est lui qui contrôle la plus grande partie territoriale de la province enlève aux puissances occidentales et à leurs médias mainstream l’argument par lequel ils justifient la campagne médiatique et les menace qu’ils lancent contre le pouvoir syrien : celui que l’offensive de l’armée syrienne viserait une rébellion armée « modérée » que Damas chercherait à anéantir pour ne pas avoir à accepter des négociations sur la solution politique qui mettrait fin au conflit syrien.

URL de cet article 33753
   

LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.