Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Offensive sur Idleb : le signal fort émis par Ankara

Si les forces loyalistes syriennes temporisent à lancer l’offensive contre la province d’Idleb, le dernier fief dans le territoire syrien aux mains de groupes armés jihado-terroristes, ce n’est pas la menace agitée par les Etats-Unis et leurs alliés européens de représailles militaires contre elles qui en est la cause. Les autorités syriennes dont la détermination à ne pas reculer face à cette menace a été fermement réaffirmée par la voix du président Bachar El Assad lui-même n’ont pas encore donné leur feu vert à leurs troupes qui sont en ordre de bataille, et sont en attente de ce qu’il va ressortir des tractations que leurs alliés russes et iraniens mènent avec la Turquie dont l’attitude à l’égard de leur intention pour cette province d’Idleb qui lui est limitrophe pèsera incontestablement sur le cours de la confrontation militaire dont celle-ci va être le théâtre.

Ces tractations que Poutine, Rohani et Erdogan entendent finaliser au cours du sommet sur la Syrie qui va les réunir en fin de cette semaine en Iran ont déjà produit un résultat qui conforte la résolution de Damas à aller de l’avant pour mettre fin au dernier réduit conséquent en Syrie tenu par les groupes jihado-terroristes. En effet, Ankara qui a jusque-là déployé son aile protectrice sur l’ensemble de ces groupes retranchés dans la province en refusant d’en admettre la nature terroriste, a opéré un spectaculaire revirement en désignant le principal d’entre eux le Front El Nosra qui est la véritable cible de l’offensive syrienne projetée comme étant effectivement une organisation terroriste.

Ce revirement turc induit qu’Ankara ne va pas voler à son secours et ira même jusqu’à contribuer à son isolement en persuadant les groupes rebelles à Idleb qui sont sous son influence à quitter le « front de libération » qu’ils ont constitué avec lui à Idleb à son instigation. En contribuant à casser ce « front » sous couvert duquel El Nosra a cherché à faire croire qu’il a définitivement rompu avec la mouvance terroriste internationale, Ankara faciliterait à coup sûr une reprise de la province d’Idleb par les forces loyalistes syriennes qui ne générerait pas la catastrophe humanitaire qu’ont dit à juste titre craindre ses autorités.

Affaiblir El Nosra avant que la confrontation armée ne se produise dans la province en retournant contre lui les groupes rebelles auquel il a jusque-là imposé sa prépondérance mortifère semble être un point de convergence à partir duquel Poutine, Erdogan et Rohani auront facilité à convenir d’un accord sur la question de la province d’Idleb qui fera droit à la volonté du pouvoir syrien d’en finir avec « l’abcès » terroriste qu’elle est incontestablement sous le contrôle d’El Nosra et des milliers de mercenaires venus de partout s’enrôler sous sa bannière. La convergence de Moscou, d’Ankara et de Téhéran sur le cas du Front El Nosra dont tout le monde s’accorde sur le fait que c’est lui qui contrôle la plus grande partie territoriale de la province enlève aux puissances occidentales et à leurs médias mainstream l’argument par lequel ils justifient la campagne médiatique et les menace qu’ils lancent contre le pouvoir syrien : celui que l’offensive de l’armée syrienne viserait une rébellion armée « modérée » que Damas chercherait à anéantir pour ne pas avoir à accepter des négociations sur la solution politique qui mettrait fin au conflit syrien.

URL de cet article 33753
   
Communication aux lecteurs
17/11 Annonce de Christine Assange

17/11 : Christine Assange annonce via son compte twitter @AssangeMrs qu’elle n’est plus impliquée dans la campagne pour faire libérer son fils, et ne fera pas de commentaires. Elle précise qu’elle va bien et remercie tout le monde pour leur soutien.


Vous avez une minute ?

Laurent Mauduit. Les Imposteurs de l’économie.
Bernard GENSANE
Serge Halimi expliquait autrefois pourquoi il ne voulait jamais débattre avec un antagoniste ne partageant pas ses opinions en matière d’économie : dans la mesure où la doxa du capitalisme financier était aussi « évidente » que 2 et 2 font quatre ou que l’eau est mouillée, un débatteur voulant affirmer un point de vue contraire devait consacrer la moitié de ses explications à ramer contre le courant. Laurent Mauduit a vu le « quotidien de référence » Le Monde se colombaniser et s’alainminciser au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.