RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour une France Franchement Insoumise : le Frexit antifasciste, patriotique et progressiste est incontournable

Au début du mois de novembre, le PRCF a appelé à un soutien critique à la candidature Mélenchon. Dans une interview du journal Initiative Communiste le 9 décembre, Georges Gastaud secrétaire national du PRCF revient sur la situation politique actuelle après la désignation de Fillon et le risque d’accélération de la dynamique antisociale de fascisation que générerait un second tour de cauchemar Le Pen Fillon. Voici l'une de ses réponses. L'intégralité de l'interview est à lire sur www.initiative-communiste.fr

L’élection triomphale du thatchérien Fillon, le nouveau Thiers cher à la droite dure, l’Anti-Robin des Bois nanti, le pseudo-chrétien chouchouté par les beaux quartiers, constitue une déclaration de guerre civile programmée sur ordonnances à l’encontre du monde du travail. Cette ultra-droitisation de la prétendue « droite républicaine » permet à Marine et à Marion Le Pen d’en rajouter aussitôt dans leurs propositions inhumaines contre la scolarisation gratuite des gosses de sans papiers ou sur le non-remboursement de l’IVG. Cette ultra-droitisation de la droite, cette réaffirmation décomplexée des positions classiques de l’extrême droite sont le produit direct de la droitisation du PS, de la fascisation de moins en moins rampante de l’Etat (libéral-fascisation, social-fascisation, les formes nouvelles d’un processus ne doivent jamais en occulter le contenu de classe profond : la guerre à outrance de l’oligarchie contre le mouvement ouvrier !). L’actuelle poussée ultraréactionnaire résulte aussi in fine – et les militants marxistes du PCF s’honoreraient de regarder en face cette douloureuse réalité–, de l’irréversible social-démocratisation du PCF-PGE et de l’arrimage structurel à la « construction » européenne que signifie l’affiliation du PCF au PGE (que préside Pierre Laurent). Un PCF-PGE qui n’en finit pas de dériver depuis que, déjà dans les années 1970, la direction du Parti d’alors a rallié l’ « eurocommunisme » en larguant le marxisme-léninisme, en coupant toute attache avec le camp socialiste, en applaudissant le liquidateur Gorbatchev et en détruisant l’ancrage prolétarien du Parti (destruction des cellules d’entreprise, rupture du lien organique avec le syndicalisme de classe...). Pour ne prendre qu’un exemple, quand la « commission économique nationale du PCF » (les Dimicoli, Marchand, Boccara...) attaque de droite le programme de Mélenchon en l’accusant d’ « étatisme » ( !) et de « nationalisme » sous prétexte que Mélenchon se dit « indépendantiste » et qu’il ouvre le débat sur le maintien de la France dans l’UE, faut-il s’étonner si, de l’autre côté du spectre politique, les héritiers honteux de Vichy et de l’OAS peuvent usurper tout à loisir le nom glorieux du « Front national de lutte pour l’indépendance et la liberté de la France », c’est-à-dire de l’organisation unitaire de combat, authentique précurseur du CNR, que le PCF clandestin avait créée pour combattre l’occupant hitlérien ?

Si le second tour de cauchemar FN/LR est encore évitable, ce n’est surtout pas en s’effaçant derrière Montebourg, comme le souhaite encore à demi-mots le candidat « communiste » et pseudo-identitaire Chassaigne. Sans manquer de respect à ce député sympathique, force est de constater que le chef de file des parlementaires du PCF se cramponne à l’ « union de la gauche » moribonde en vue des législatives (avec peut-être l’espoir d’obtenir du PS des candidatures uniques PS/PCF dès le 1er tour ? André Chassaigne n’a pas répondu à notre adresse publique à sur ce point !)... Un effacement fort peu « identitaire » devant Montebourg, que continue de promouvoir allusivement Pierre Laurent. Lequel, pour sauver l’UE, l’euro et le Parti de la gauche européenne qu’il préside (voire pour sauver son siège de sénateur francilien socialo-dépendant ?) rêve de ressusciter l’union de la gauche derrière Montebourg, l’ex-ministre qui s’est couché devant Valls, Hollande et Bruxelles quand il s’est agi de sauver Florange et l’acier français...

Non, pour conjurer le cauchemar LR/FN annoncé , la question principale et de loin est d’en finir avec l’actuel attentisme du mouvement social et syndical, actuellement tétanisé à la fois par les présidentielles, par les prochaines élections professionnelles et par la concurrence intersyndicale qu’elles induisent au détriment du combat social*. Car ce n’est pas DEMAIN avec Fillon, mais AUJOURD’HUI avec Valls-Cazeneuve que les libertés syndicales sont laminées, que des emplois industriels sont supprimés par milliers (cf Airbus !), que les salaires sont comprimés, que des millions d’HS ne sont pas payées aux salariés, que les conditions de transport sont pourries, que 9 millions de personnes survivent sous le seuil de pauvreté, que le travail est un enfer pour des centaines de milliers de gens, que cinq millions de citoyens, surtout des jeunes, moisissent au chômage, que les services publics sont asphyxiés, que l’Education nationale est plombée par un empilement de contre-réformes extravagantes, qu’EDF est reléguée sur la voie du dépeçage final... ou que les agents hospitaliers vont bientôt finir eux-mêmes aux « urgences » si le sort qui leur est fait n’est pas radicalement et rapidement amélioré ! Pour conclure sur ce point, notons à l’adresse de ceux qui réinventent quotidiennement le fil à couper le beurre du « mouvementisme » et du « post-léninisme », que les léninistes n’ont peur d’aucun mouvement populaire. Entre nous, les Soviets, c’était autre chose que le « cloud » sur internet ! L’un des défis léninistes actuels, c’est d’œuvrer à ce se lève un puissant mouvement DE CLASSE ET DE MASSE. Et ce mouvement a moins besoin d’un « Podemos » à la française que d’une puissante CGT rouge, que d’un parti franchement communiste renouant avec le marxisme-léninisme et ancré dans la classe ouvrière dans toute sa moderne diversité. Ce n’est pas d’un excès de léninisme ou de « post-léninisme » (que le PCF lui-même n’a cessé de « cartonner » depuis quarante ans !) que souffre le mouvement ouvrier français, c’est du fait qu’à l’inverse, alors que Fillon prend la tête d’une véritable avant-garde réactionnaire avec le FN en libero, le monde du travail ne dispose plus des outils, délibérément cassés, d’un parti de classe et d’un syndicat de combat.

C’est donc maintenant, et non pas quand Fillon gouvernera par ordonnances ou quand Le Pen aura gagné au second tour (voire au 1er, tant l’atonie prolongée des luttes, l’extrême désorientation du PCF et les combat d’égo du PS font le jeu des Fachos Nantis !), qu’il faut relancer l’ACTION pour les salaires, l’emploi, le logement, les services publics, la Sécu, les retraites, les indemnités chômage, l’école, l’hôpital public, le produire en France**, en faisant converger ces luttes sur la base d’une plate-forme revendicative unificatrice : si bien que la relance du syndicalisme de classe et de masse devient littéralement stratégique politiquement ! Rappelons à toutes fins utiles que le 11 janvier prochain coïncidera avec l’anniversaire de la nationalisation de Renault, que le 14 mars peut permettre une commémoration de lutte du programme du CNR Les jours heureux, lequel fut à l’origine de la Sécu, des retraites par répartition, du Code du travail, des conventions collectives généralisées, des statuts et des services publics modernes. Rappelons enfin que le 1er mai 2017, le mouvement ouvrier en grave danger doit absolument s’y préparer dès maintenant : il faudra alors montrer ses muscles, non seulement en se rassemblant massivement, mais en arborant notre drapeau rouge de combat... Et surtout, il ne faudrait plus désormais commettre la faute gravissime consistant à abandonner le drapeau tricolore et la Marseillaise au couple diabolique LR/FN qui ne les usurpent que pour mieux les opposer aux « Rouges »... Car en France, les plus belles avancées sociales du 20ème siècle ont été obtenues en 36 et en 45 quand le PCF et la CGT associaient offensivement le drapeau tricolore de 1789 au drapeau rouge de la Commune ! Tous deux sont nôtres ! Pointons-les l’un et l’autre contre l’UE, les LR, le FN, le MEDEF, l’OTAN et tous ceux qui les servent, y compris les Cazeneuve, Macron, Chérèque et autre Valls !

Le PRCF appelle en outre à utiliser le bulletin Mélenchon pour forger au 1er tour l’espace politique progressiste le plus large possible : c’est indispensable pour que le mouvement populaire ne soit pas complètement « sonné » à la sortie des élections et pour qu’il puisse contrer l’offensive euro-thatchérienne, voire passer à la contre-offensive sur l’ensemble des dossiers socio-économiques. Pour l’heure, de premiers points d’appui politiques existent dans le programme de Mélenchon : et tous ceux qui, comme nous, ont lutté à contre-courant depuis 2004 pour le Frexit progressiste et internationaliste n’y sont pas pour rien : au grand dam de Pierre Laurent, Mélenchon se réclame en effet de l’ « indépendantisme français » ; contrairement à P. Laurent, président du PGE, Mélenchon pose au moins la question « l’UE, on la change ou on la quitte ! ». JLM a soutenu les manifs anti-Loi Travail, il veut sortir de l’OTAN, il affronte de gauche le PS néolibéral, il a eu une position décente lors du décès de Fidel, ce « post-léniniste » impénitent ; et suspecter l’engagement anti-FN de JLM relèverait du procès d’intentions. Bien entendu, ce candidat fait déjà l’objet de pressions considérables de la part du rabatteur Montebourg, pour rentrer dans le giron du PS, mais aussi du « frondeur » euro-béat Benoît Hamon. Bien entendu, le « mouvementisme » de JLM mérite d’être confronté à la pratique et notre soutien critique à sa candidature, pour préserver et élargir l’espace politique progressiste indispensable aux luttes, n’implique en rien, au contraire, que nous reculions d’un pouce sur la reconstruction du parti de combat sans lequel le « mouvement », flottant dans son nuage informatique, serait condamné à tergiverser sans fin sur l’UE et sur la rupture avec le capitalisme... sans intéresser le moins du monde la classe ouvrière. En un mot, quand la droite se durcit, veillons à ne pas nous « gazéifier » !

Quant à la direction du PCF-PGE qui s’est ralliée à JLM contrainte et forcée, c’est de droite qu’elle critique son programme, avec l’objectif avoué de favoriser le rassemblement « des deux gauches » (bien entendu, derrière le PS) : alors qu’il faut absolument que le 1er tour serve au moins à inverser le rapport des forces à gauche entre le PS et son opposition de gauche patriotico-populaire ! A nous, militants franchement communistes, et plus largement, à nous, militants du Frexit antifasciste, patriotique, progressiste et écologique, de contrer ces pressions droitières en montrant qu’aucune politique patriotique et progressiste conséquente n’est possible dans le cadre totalitaire d’une UE « partenaire stratégique de l’OTAN » et d’une « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » : ce qui signifie que le prétendu « Plan A » (« on change l’UE ») cher à la « France insoumise » est illusoire : car pendant que la « France insoumise » négocierait durant des mois avec Bruxelles et Berlin, le changement promis s’enliserait en France ; si bien que la réaction en profiterait pour reprendre l’offensive sur des bases fascisantes, tant il n’est vrai que, comme le disait Robespierre, « ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau ». Mais peut-être faut-il aussi devenir « post-robespierristes », et pourquoi pas... girondins, pour mériter le titre de « modernes » et de « décentralisateurs » ? Bien entendu, il faudrait aussi nationaliser à 100% le CAC-40, les assurances et les banques sans verser un sou d’argent public aux actionnaires capitalistes et en donnant aux travailleurs de larges pouvoirs de contrôle.

Bref, contre les deux erreurs symétriques consistant à dissoudre le parti de classe dans le « mouvement » ou à l’inverse, de se soucier comme d’une guigne du mouvement populaire et de l’espace politique progressiste pour camper sur la vieille union PCF/PS, il faut associer, articuler, « dialectiser », comme nous disons, et non pas opposer, les trois processus distincts et complémentaires que sont à nos yeux...

- la reconstruction urgente du vrai parti communiste, de manière à permettre aux OUVRIERS, aujourd’hui tentés par le retrait politique, voire par le vote FN, de disposer d’un outil politique leur permettant de devenir l’axe du Front populaire et de donner toute sa portée anticapitaliste, anti-impérialiste, antifasciste, patriotique internationaliste et révolutionnaire, au Frexit progressiste ; car c’est toute la question du contenu de classe du changement qui se joue dans la reconstruction du vrai parti communiste. Sans un parti à elle, sans un parti franchement communiste, la classe ouvrière ne pourra ni investir le changement ni l’orienter fermement contre l’UE et le capitalisme. On voit d’ailleurs dans certains pays latino-américains comment le changement, lorsqu’il est livré à une direction petite-bourgeoise nécessairement hésitante, se met à la merci d’une contre-attaque fascisante solidement ORGANISEE. Mais on ne combat pas le « mouvementisme » petit-bourgeois en se repliant ad vitam aeternam sur le PCF-PGE, en retardant à l’infini les ruptures nécessaires au regroupement organisé des vrais communistes... Car tel qu’il est, le PCF-PGE est déjà lui-même un « mouvement » qui tire à hue et à dia (surtout à Hue d’ailleurs !) et son extrême désorientation électorale récente a prouvé que le PCF est devenu impuissant à jouer le rôle normalement dévolu à un PARTI : celui d’être l’avant-garde de sa classe de référence. Comment un « parti » qui ne s’oriente pas lui-même pourrait-il orienter la classe ouvrière, qui plus que toute autre classe, a besoin de détermination et de franchise pour devenir un sujet politique ?

- la réactivation du mouvement ouvrier et populaire de combat : ce qui suppose de contrer les manœuvres visant à écarter les militants du Front syndical de classe qui cherchent à activer, comme un levier et un tremplin pour le tous ensemble des travailleurs, le tous ensemble des syndicalistes de lutte par-delà les frontières de branches, de corporations et d’appareils ; sans du tout négliger l’internet et les réseaux sociaux (le site du PRCF fait d’ailleurs partie désormais des plus influents de France sur le terrain politique !), qu’apporterait aux travailleurs un « mouvement » qui se contenterait de « gazouiller » sur la Toile, mais qui se désintéresserait du lieu décisif de l’affrontement des classes, l’ENTREPRISE CAPITALISTE. Car comme l’a rappelé le très dur affrontement du printemps sur la loi Travail, l’entreprise, ou les services (de moins en moins) publics restent le lieu central de l’exploitation capitaliste : c’est là en effet que se forment la plus-value ou ses conditions matérielles, et non pas devant les seuls claviers que se joue principalement le rapport de forces entre capital et travail, entre réaction et camp progressiste.

- et la mise en place méthodique d’un Front Antifasciste, patriotique, populaire et Ecologique allant jusqu’au bout de sa démarche en appelant à la rupture immédiate avec l’UE/OTAN de manière à activer l’Europe des luttes sociales et permettre à notre pays de coopérer à égalité avec tous les continents.

C’est pourquoi, tout en tendant constructivement la main aux militants de terrain du Parti de gauche, de la « France insoumise » (et bien entendu, à leur candidat), nous appelons les marxistes qui militent au sein du PCF-PGE à ne pas s’enfermer dans ce cadre largement piégé, à diffuser avec nous à la porte des entreprises des propositions communes pour le FREXIT progressiste et pour un programme communiste de transition révolutionnaire. Le tête-à-tête à l’infini avec les Laurent, Chassaigne et autre Buffet est sans perspective si l’on n’a pas en tête, alors que notre peuple est désarmé face à la montée des périls, le but final : la renaissance du vrai parti communiste séparant salutairement les révolutionnaires des euro-réformistes et rassemblant les « communistes des deux rives », ceux qui sont encore au PCF et ceux qui se sont organisés à l’extérieur, sans oublier les milliers de camarades qui errent aujourd’hui « dans la nature ». Par conséquent, sauf à faire montre d’un électoralisme désolant, le vrai clivage n’est pas aujourd’hui « Mélenchon ou pas Mélenchon ? », comme si ce candidat était l’ennemi principal des communistes, ou comme si, à l’inverse, il était le « sauveur suprême » ! A l’heure où le bloc thatchéro-fascisant des LR et du FN flanqués de Valls-Macron veut faire main basse sur la France. privilégier un clivage électoral serait occulter la vraie question de classe : aller ensemble dès maintenant à la porte des usines avec un programme communiste commun. C’est dans cet esprit que le PRCF propose aux militants ouvriers d’agir ensemble pour « quatre sorties » : euro, UE, OTAN, capitalisme, et pour dix « entrées » : République souveraine (1), sociale et populaire (2), démocratique (3), une, laïque et indivisible (4), productive (nationalisations et relance planifiée du produire en France industriel et agricole) (5), fraternelle : antifasciste, antisexiste, antiraciste et anti-communautariste (6), écologique (7), pacifique, internationaliste et anti-impérialiste (8), soutenant l’école laïque et les « Lumières communes » (9), porteuse d’une culture nationale ouverte et diverse, promouvant la langue française et la francophonie contre le tout-anglais néocolonial ; bref, une République nouvelle, émancipée de l’UE/OTAN, centrée sur le monde du travail, affrontant le grand capital et marchant résolument vers la transformation révolutionnaire (10)).

Bref, il ne s’agit nullement pour quelque communiste que ce soit, de se soumettre à la « France insoumise », mais de l’aider fraternellement et dynamiquement, à devenir une France Franchement Insoumise (à l’UE/OTAN et au MEDEF !). Non seulement cela ne plomberait pas ses résultats électoraux, mais cela attirerait vers elle des millions d’ouvriers, d’employés, de fonctionnaires, d’artisans et de paysans, de jeunes en révolte qui, pour s’engager, ont moins besoin d’une multiplication exponentielle de « tweets », que d’un « choc de franchise » sur l’UE, sur l’indépendance nationale, les nationalisations démocratiques, en un mot, sur l’affrontement résolu du peuple travailleur avec le grand capital. Car sauf à s’y coincer les doigts, on ne peut pas claquer à demi la porte de son cachot !

Et ce programme de Frexit révolutionnaire et progressiste, c’est sans attendre que les militants du PRCF le portent actuellement aux entrées d’usine : 20 000 tracts-programmes sont déjà partis depuis la conférence nationale du PRCF (13 novembre) qui a acté, quasi-unanimement, notre positionnement sur les luttes et les élections, et 92 000 tracts-programmes viennent d’être commandés au national par nos structures départementales. Si l’on ajoute à cela que www.initiative-communiste.fr , le site d’Initiative communiste, se classe désormais parmi les 30 premiers sites politiques de France, et que nous sommes par ailleurs à l’offensive, voire à l’avant-garde, dans plusieurs domaines théoriques (livres, revues, conférences...), je crois pouvoir dire que nos militants n’attendent aucun accord d’état-major pour aller là où nous avons le plus à apprendre et à apporter : vers la classe ouvrière, vers le monde du travail, vers la jeunesse populaire et les quartiers populaires : voilà les forces vives qui finiront par balayer tous les réacs si elles constatent, sur le terrain principal – l’entreprise, qui est le cœur de l’affrontement capital-travail, que les vrais communistes font retour tous ensemble en portant un programme crédible de rupture franche avec l’UE du grand patronat. Et pour le PRCF, qui vient de déposer 6000 premières signatures en préfecture de Tulle pour un référendum de sortie de l’UE, cette proposition est déjà un engagement d’action !

Alors, camarades franchement communistes extérieurs au PRCF, syndicalistes de classe non encore engagés politiquement, citoyens authentiquement républicains, étudiants et jeunes prolétaires révolutionnaires, pourquoi ne pas accepter la main tendue du PRCF, pourquoi ne pas porter ce message de Frexit progressiste et révolutionnaire dès maintenant et tous ensemble à la porte des entreprises ?

Georges Gastaud secrétaire national du PRCF - 9 décembre 2016
Extraits de l’interview accordée à Initiative Communiste

*Ce que confirme Noam Chomsky dans son dernier entretien accordé à l’Humanité (novembre 2016).

*Bien entendu, les véritables amis du combat populaire ne resteront pas neutres aux élections professionnelles entre les dirigeants jaunes de la CFDT, qui sont les vrais auteurs de la loi Travail avec Valls-MEDEF, et les militants CGT de classe auxquels nous souhaitons plein succès !

*** Et non le « made in France » comme dit A. Montebourg qui, à défaut de sauver l’industrie française, a fait de son mieux, quand il était ministre, pour promouvoir le frenglish !

Que faire à la présidentielles 2017 ? retrouvez les explications et propositions du PRCF dans une vidéo de Georges Gastaud

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/france-franchement-i...
URL de cet article 31292
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Chasseurs de matières premières.
Michel COLLON
Chaque citoyen européen consomme par an en moyenne 26 kilos d’appareils[1] en tous genres : ordinateurs, téléphones, télévisions, électro-ménager... L’avons-nous décidé ? Le souhaitons-nous ? Quoi qu’il en soit, cet acte apparemment innocent a en réalité un impact énorme. Sur la Nature, on s’en doute, mais aussi sur des êtres humains. Des femmes et des hommes du Sud sont condamnés à mourir de faim, leurs enfants seront privés d’éducation, ils souffriront de la malaria, de la tuberculose et autres maladies (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui croient connaître le monde à travers les médias connaissent en réalité un monde qui n’existe pas. D’où la difficulté de communiquer avec eux.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.