RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour une meilleure relation en classe

Avec la montée de violence que connaissent la scène éducative et le rapport de force entre professeur et élève dans un climat effervescent où le respect cède sa place à la réaction musclée, se recueillir pour repenser la relation entre les deux protagonistes devient une obligation. Il est évident qu’avec cette vague de droits accordés aux élèves, le rapport de force a visiblement changé et nous devons nous interroger si le mot ’’force’’ devrait encore exister dans le domaine pédagogique. Un enseignant doit être conscient de la sacralité et de la noblesse de son métier. C’est pourquoi il la doit placer l’intérêt de de l’apprenant au-dessus de toute considération et créer un rapport positif avec ses élèves et chercher à fonder sa relation avec eux sur trois piliers à savoir l’humanité, la sympathie et l’encouragement en vue de décrocher cette gratitude chez l’élève. Ce dernier devient reconnaissant envers un professeur pour lui avoir accordé tant d’attention et de bonté.

A commencer par l’humanité. Un professeur doit essentiellement considérer les apprenants comme des êtres humains. Il est dans l’obligation de respecter leurs droits, tolérer leurs faiblesses et de sentir les problèmes de toutes sortes dans lesquelles ils se trouvent et de s’engager, ne serait-ce que par solidarité, pour aplanir ces difficultés. C’est cette valeur de l’humanité chez le professeur qui lui intime le devoir de respecter les règles déontologiques bien au-dessus de toutes les chartes et les règles écrites. Les individus se reconnaissent mieux dans l’humanité que par n’importe quel autre défini. C’est ce que disait effectivement Edgar MORIN en affirmant que Les humains doivent se reconnaître dans leur humanité commune, en même temps que reconnaître leur diversité tant individuelle que culturelle. Et c’est en vue de parvenir à cette solidarité intellectuelle et morale que l’humanité doit l’emporter dans tout contact reliant un enseignant avec son élève.

On dit que sous la carapace de chaque individu se cache une personne qui aspire à être soutenue et encouragée, et c’est justement là que doit exister le second pilier de cette relation qui est l’encouragement. Il est évident qu’à l’heure actuelle le professeur n’est plus le seul à posséder le savoir. L’apprenant a besoin d’une guidance affective, d’une attention particulière portée à son égard qui lui donne confiance et envie pour l’apprentissage. N’est-ce pas l’encouragement qui propulse l’individu vers l’avant, et le motive à repousser, à transcender ses limites ? Dans le domaine de l’éducation, l’encouragement pourrait avoir des conséquences impressionnantes sur la progression du niveau de l’apprenant et sur son comportement d’une manière générale.

La sympathie constitue le troisième pilier qui supporte cette relation prof/élève. C’est une donnée qui n’est pas facile à obtenir puisque le côté affectif ne se peut être assujetti à aucune règle, ni à aucune logique. Or un professeur sympa est d’ores et déjà, pour l’élève, un obstacle surmonté, et pas des moindres ! Combien de professeurs déplaisants, malveillant voire hostile faisaient décourager des élèves qui auraient préféré faire l’école buissonnière que de rester devant un mec antipathique ! La sympathie pour un professeur est un devoir. C’est plus qu’un comportement volontaire et individuel, nous devons la saisir comme un fait de la société. “C’est l’action de la société qui a suscité en nous ces sentiments de sympathie et de solidarité qui nous inclinent vers autrui […] c’est pour pouvoir jouer notre rôle social que nous avons travaillé à étendre notre intelligence et c’est encore la société qui, en nous transmettant la science dont elle a le dépôt, nous a fourni les instruments de ce développement.”* Cette valeur a le mérite non seulement de créer non seulement cette entente taciturne entre les deux protagonistes de l’acte d’enseignement, mais encore d’installer un climat paisible favorable au travail qui éconduit toute masse négative. Victor Hugo avait raison lorsqu’il a avancé que la paix ne peut provenir que de la sympathie. Et de l’union des libertés dans la fraternité des peuples naîtra la sympathie des âmes, germe de cet immense avenir où commencera pour le genre humain la vie universelle et que l’on appellera la paix.**

Une fois le côté affectif harmonisé à bon escient, tant d’obstacles seront écartés et le chemin sera balisé devant une approche pédagogique fondée sur un apprentissage actif qui invite à la discussion, à la coopération et à fournir plus d’effort dans une atmosphère où règnent les valeurs de respect, de l’entraide et surtout de la sympathie. Cependant, il ne faut pas ignorer que d’autres caractéristiques doivent exister chez un bon professeur comme le dynamisme et la compétence et qu’il doit chasser la monotonie et essayer d’égayer ses séances. Cela se résume dans ce qu’on appelle le savoir-faire. A bon entendeur…

Adil GOUMMA

* Émile Durkheim. Le Suicide. Éd. PUF, coll. Quadrige, 1990 (ISBN 2-13-043033-3), chap. livre deuxième (« Causes sociales et types sociaux  »), III («  Le suicide égoïste »), § 6, p. 226-227

** Victor Hugo. Œuvres complètes, Impr. nat. Choses vues, tome II. p.242.

URL de cet article 30725
  

Même Thème
Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.