RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 
Une courte nouvelle politique et sa chute brutale et imprévue

Pourquoi ? Parce que.

Vu et entendu par Hernando Calvo Ospina à Maracaibo, principal port pétrolier du Venezuela. C’est l’une des 39 histoires que contient son dernier livre *. Ce court récit, qui caractérise intemporellement l’état d’esprit de la classe moyenne émergente au Venezuela, peut apporter un éclairage sur l’actualité. Avec l’autorisation de l’auteur et de l’éditeur nous le reproduisons ici.

*No Fly List et autres contes exotiques.

Je crois bien que si l’air conditionné continue à refroidir l’atmosphère, il neigera bientôt à l’intérieur de cette cafétéria. C’est le grand contraste quand on passe la porte, car le soleil mêlé à l’odeur de combustible fait de cette ville pétrolière un brasier de goudron. Je suis à Maracaibo, ville vénézuélienne située près de la Colombie.
Tout en dégustant un délicieux jus de fruits naturel bien épais, je bavarde avec un jeune homme de 30 ans. On en vient à parler logement et voici ce que j’en ai retenu :
- Comment avez-vous obtenu votre maison dans ce lotissement ?
- C’est le président Chavez qui nous l’a remise.
- Elle vous coûte cher ?
- Nous la payons à crédit, mais c’est presque un cadeau car on ne paye pas beaucoup.
- Où viviez-vous auparavant ?
- Dans un quartier très laid !
- Le taxi que conduit ton père, comment l’a-t-il obtenu ? Vous êtes-vous endettés auprès de la banque ?
- Non Monsieur, on nous a accordé un prêt spécial.
- Qui donc ?
- Le gouvernement du président Chavez. On m’a fait aussi un prêt pour la voiture que vous voyez dehors.
- Mais quand on vous a fait crédit pour le taxi, c’est-à-dire presque en même temps que l’achat de la maison, vous n’aviez pas de quoi donner de garantie de paiement.
- Non monsieur, mais pour ces deux crédits, nous avons seulement rempli quelques formulaires, avec une promesse de paiement.
- Il n’y a pas longtemps que tu as terminé tes études universitaires. Maintenant, tu es ingénieur. Pourquoi as-tu commencé tes études si tard ?
- Avant, nous n’avions pas de quoi payer l’université. Les écoles d’ingénieurs étaient parmi les plus chères, seuls les riches pouvaient se les payer. Maintenant, c’est gratuit.
- Que font ta sœur et ton frère ?
- Ils sont à l’université.
- C’est presque un miracle que vous puissiez maintenant aller à l’université quasi gratuitement, alors que quelques années en arrière vous étiez les laissés-pour-compte de ce pays ?
- Oui monsieur, exactement.
- Maintenant, quelque chose a changé, tu ne te sens plus pauvre ?
- Non monsieur, maintenant nous appartenons à la classe moyenne. Et je veux continuer à monter. Avec mes études et mon travail, j’y arriverai sûrement.
- Où travailles-tu ?
- Ici, dans l’industrie pétrolière, avec l’État.
- Et après toutes ces choses positives que tu m’as racontées, pourquoi as-tu voté contre le président Maduro s’il veut œuvrer pour la continuité de la Révolution bolivarienne du président Chávez ?
- Parce que ça me dérange que Maduro parle autant à la radio et à la télévision. Chavez me fatiguait déjà pour la même chose. Mais en vérité, c’est parce que je veux qu’il y ait d’autres politiciens au gouvernement qui ne soient pas chavistes, car ils seront peut-être meilleurs. Ils disent que Maduro est en train d’en finir avec la classe moyenne à cause de la révolution socialiste. Qu’il veut continuer à imposer le communisme cubain pour tout nous enlever.
Et je les crois : il n’y a déjà plus de papier hygiénique dans les magasins. C’est grave !

Hernando CALVO OSPINA

* No Fly List et autres contes exotiques. éd. Bruno Leprince. Paris, décembre 2018. 10 euros.

URL de cet article 34492
  

Même Auteur
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule façon de garder un secret, c’est de ne pas en avoir".

Julian Assange - Wikileaks

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.