RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Précédent dangereux ! Vous avez dit "précédent dangereux" ?

Dans un monde de plus en plus parano, chaque jour apporte son lot de surprises et de...confirmations. Les événements en Irak, en Syrie, en Libye et aussi en Ukraine nous en apportent un témoignage au quotidien. Et c’est encore la chancelière allemande, Angela Merkel, qui semble, de loin, décrocher la timbale, qui est revenue, lors de sa visite, samedi dernier à Kiev, sur la crise ukrainienne et singulièrement sur le cas de la Crimée.

Cas dont elle fait une lecture discrétionnaire qui omet, intentionnellement ou par méconnaissance, des faits pour mettre en exergue d’autres. C’est ainsi que la dirigeante allemande estima que la scission de la Crimée est un « dangereux précédent ». Mme Merkel expliqua de la sorte que sa visite à Kiev consistait à signifier que « l’intégrité territoriale de l’Ukraine est l’un des objectifs essentiels de la politique allemande », dénonçant ainsi « l’annexion » de la péninsule ukrainienne de « Crimée (...) par Moscou que l’Europe ne pourra », selon elle, « jamais reconnaître pour ne pas créer un dangereux précédent ».

En fait, cela ne manque pas de sel quand c’est la chancelière allemande qui exprime cette incongruité, s’inquiétant de l’intégrité de l’Ukraine quand elle a fait fi de celle de la Serbie. Les faits sont têtus et l’histoire en témoigne. En 2008, l’Allemagne a été le premier pays à reconnaître l’« indépendance » autoproclamée du Kosovo. Le Kosovo, une province historiquement berceau de la civilisation serbe. On a argué que la majorité de la population du Kosovo, d’origine albanaise, était opprimée par Belgrade. C’est un fait. Cela ne légitime, ni ne justifie, en aucun cas, l’atteinte à l’intégrité territoriale de la Serbie ainsi piétinée par Berlin – qui entraîna une bonne partie de l’Union européenne dans la reconnaissance de cette entité – qui s’alarme quant à la menace sur l’intégrité de l’Ukraine. Or, ici également, l’histoire témoigne. La presqu’île de Crimée a été, durant des siècles, un territoire russe, jusqu’à cette fatidique année 1954 quand, le maître du Kremlin, Nikita Khrouchtchev, tout-puissant secrétaire général du PCUS, décida de faire cadeau de la presqu’île de la mer Noire à son pays d’origine : l’Ukraine. On peut subodorer que la chancelière allemande ne peut ignorer l’histoire ancienne et récente de l’Europe et les diverses guerres qui ont bouleversé sa géopolitique au long des siècles. Ceci posé, notons néanmoins que la population de Crimée – on peut supposer que Mme la chancelière ne peut ne pas le savoir – est à 95% d’origine russe. Ainsi, ce qui semble légitime pour les Albanais du Kosovo, ne le serait pas pour les Russes de Crimée « ukrainisés » depuis 60 ans. Et puis une contre-vérité : la Russie n’a pas annexé la Crimée, c’est le peuple de la presqu’île qui, par référendum, demanda son rattachement à son pays d’origine.

Maintenant que l’Europe estime ce référendum « nul et non avenu », c’est, semble-t-il, son problème. Or, cet impératif de la démocratie et des droits de l’homme qu’est le « choix populaire » semble de peu de poids dès lors qu’il ne va pas dans le sens « voulu » pour ceux qui tracent les « lignes rouge s » pour le monde.

En 2006, il y eut dans les territoires palestiniens, la consultation la plus transparente jamais organisée dans le Monde arabe. Cela importe peu pour ceux qui donnent le « la » accordant aux uns ce qu’ils refusent aux autres. Et le peuple palestinien a « mal voté », n’est-ce pas ?

Or, en Crimée, il y eut un référendum. Ce qui n’a pas été le cas au Kosovo où le peuple albanophone n’a pas été invité à dire ce qu’il voulait (même si au final, il aurait, sans doute opté pour l’indépendance). Or, cet acte démocratique dont l’Occident ne cesse de nous rebattre les oreilles n’a pas eu lieu au Kosovo. Alors, relativisons, s’il vous plaît, car si « dangereux précédent » il y a, c’est bien celui de la reconnaissance du Kosovo en tant qu’Etat « indépendant », ouvrant la boîte de Pandore que l’Europe n’arrive pas à fermer, ou n’est plus en mesure de le faire.

Quelle que soit la langue dans laquelle elle est exprimée, l’idée, a fortiori, de démocratie et de droits de l’homme, doit avoir la même signification et ne peut faire l’objet d’une lecture arbitraire dès lors qu’elle sert ou non certains desseins. Nous en avons brièvement formulé deux exemples patents : le Kosovo et la Crimée pour lesquels la position allemande est loin d’être nette, marquée par un parti pris incontestable. Berlin reconnaît au peuple albanophone du Kosovo, ce qu’elle dénie au peuple russophone de Crimée. CQFD !

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/200899-precedent-dangereux-vous-ave...
URL de cet article 26791
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Chicharra et les vautours
Maxime VIVAS
Le nouveau roman de Maxime Vivas Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal. Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or. Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.