RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
...les peuples en révolte contre leurs maîtres qui étaient souvent nos valets.

Printemps arabe et aveuglements occidentaux

Commune planétaire et tentation versaillaise

Voici un article de Ali Yahia Abdennour dans El Watan (Algérie) (1) , après des dizaines d’autres venus de la presse maghrébine ou moyen orientale, dont la qualité est totalement méconnue ici.

Un nombre important de textes éclairants et souvent courageux, ne circulant parfois que dans les réseaux rendus prudents par la répression toujours possible, nous échappe car notre "˜grille de lecture’ des évènements en cours est mutilée par nos propres aveuglements, nos phobies et nos prétentions à dicter encore sur la planète une manière de penser qui ne sait s’imaginer ne pas être la seule ni la meilleure nécessairement… En "˜une’ d’un quotidien algérien Ali Yahia Abdennour prend tous les risques, il ne s’adresse pas qu’à ses frères, c’est aussi à nous que sa parole s’adresse.

NOS AVEUGLEMENTS :

- Entre le froid "post colonialisme’ qui refuse de faire le deuil de l’exploitation perpétuée de zones géographiques immenses (Pour le pétrole l’uranium les céréales a bas prix ou autres précieux ingrédients de notre prospérité) ; dont nous ignorons qu’elles sont habitées par des hommes devenus aussi aptes que nous l’étions depuis nos propres périodes révolutionnaires a mesurer l’injustice de certaines oppressions et dépossessions…

- Entre le cynique entretien de régimes oppresseurs qui sont nos complices partout ; avec la prétention occidentale à dominer encore le Monde, au prix de l’achat d’élites réduites à un pétainisme planétaire en collaboration avec ce que nous sommes inaptes à percevoir comme une occupation par délégation illégitime…

- Entre phobies et aliénations mentales qui sont les nôtres qui nous empêchent de voir "l’autre’ comme autre chose qu’un étranger nécessairement hostile ou arriéré ou islamiste ou objet expiatoire de toutes nos peurs, entre les paniques du post onze septembre et celles des masses prévisibles de réfugiés économiques déjà et climatiques demain ; qui font de beaucoup d’entre nous les croisés parfois inconscients du "choc des civilisations’ préparant les apocalypses de demain…

- Entre les racismes d’hier dont l’esclavage n’avait été que l’expression extrême dont l’abolition nous masque la perpétuation ; et le culturalisme d’aujourd’hui qui le perpétue en convoquant aussi laïcité et féminisme dévoyés pour armer encore nos indéfendables prétentions dominatrices bien peu soucieuses du respect des hommes ou des femmes concernés qui prétendraient ne pas adopter nos croyances ou modèles…

- Entre l’ignorance qui est la notre de ce que fut vraiment la longue période coloniale avec son "bilan’ que certains voudraient réhabiliter comme "globalement positif’ et l’ignorance plus profonde encore des pensées émancipatrices venues d’ailleurs que de nos propres "Lumières’ ; de Frantz Fanon à Césaire, en passant par une somme considérable d’écrits politiques dont seul Edward Saïd peut être a franchi le seuil de nos indifférences, et encore seulement dans des cercles intellectuels éloignés souvent des cercles de pouvoir réels …

- Entre impossibilité a démêler ce que fut l’intrication de la "guerre froide’ ( Entre deux blocs occidentaux de part et d’autre du mur est-ouest qui finit par s’écrouler) et des "mouvements d’émancipation’ du sud face au nord, pris en otages dans cette même rivalité et dont la voie reste encore étouffée, entendue comme celle d’un mineur sous tutelle condamné à se taire , éternellement, aussi longtemps que nos aveuglements pourront se perpétuer dans un rapport de force que nous croyons devoir rester éternellement asymétrique et favorable à nous…

UNE COMMUNE PLANETAIRE ET DES VERSAILLAIS QUI NOUS RESSEMBLENT :

- Entre toutes ces taches aveugles et tous ces non dits qui sont aux yeux du monde éloigné du notre le seul visage que nous montrons a des milliards d’hommes qui aspirent à des libertés et à une prospérité que nous prétendons exporter mais sans remise en cause de rapports trop asymétriques pour être sincères ; nous sommes témoins d’un revirement du Monde en ce début de XXI me siècle qui pourrait balayer demain nos certitudes, nos prétentions et nos dominations.

- Le coût humain prévisible qui au fond nous indiffère sera payé, au prix fort sans doute, par les peuples qui se révoltent contre leurs maîtres qui étaient souvent nos valets. Le coût économique de nos privilèges entretenus, désormais contestés à une échelle planétaire, nous fournira la tentation forte de contribuer sans le dire mais avec cynisme a l’étouffement des formes les plus radicales de ce mouvement d’émancipation au sort a court terme encore incertain : Eux veulent changer de maîtres, nous ne voudrions qu’ils ne changent que de gérants. Eux veulent conquérir une dignité, nous voudrions qu’ils adoptent notre simulacre droit de l’hommiste sans renversement des dominations. Eux nous disent qu’ils sont hommes et femmes libres déjà  ; nous voudrions perpétuer un régime de tutelle que rien d’humain ni de raisonnable ne saurait légitimer.

- Alors lisons "aussi’ la presse, la pensée, la révolte venue d’ailleurs pour ce qu’elle est ; l’expression simple d’une volonté émancipatrice qui est une vague venue des profondeurs des peuples et emportera sans doute sur son passage telle un tsunami, beaucoup de nos certitudes, avant que de s’apaiser pour laisser place à des terres redevenues fertiles mais qui ne seront plus jamais "les nôtres’.

C’est bien la fin du post colonialisme qui se joue ; prolongement aussi des erreurs profondes commises dans la défense ou l’imposition de régimes iniques asservis a nos seuls intérêts et à ceux de nos entreprises multinationales capitalistes ; au Viet Nam, en Amérique latine, en Afrique, en Afghanistan, en Irak, en Arabie Saoudite… Le temps de ces dominations là est échu. Ce qui ne rends pas certaine l’émancipation authentique des peuples concernés, mais fonde une ère nouvelle où s’amorce l’expression des peuples pour la prise en main à nouveau de leur destin.

Sauf à initier un affrontement planétaire pour en retarder l’échéance inévitable autant que légitime, nous devrons de bon ou mauvais gré en convenir. Ayons même le courage de le souhaiter et l’encourager sans prétendre nous substituer à ceux là qui se lèvent, pour eux, pas pour nous ; qui usent parfois des mots qui furent jadis les nôtres lorsque nous étions sous des régimes d’oppression, aussi. Ils nous disent que ce monde doit changer de base et nous obligent à voir qu’ils sont enfants de la Commune et que notre visage fait la grimace des Versaillais avant le crime. Donnons les fusils de l’émancipation à ceux qui en ont besoin pour se libérer des gardiens que nous avions nous même armés ; saluons la dignité de ceux là et pensons notre honte d’avoir rendu leurs sacrifices nécessaires.

Jacques Richaud 17 mars 2011


(1) Le 19 mars 1962 a chassé Le colonialisme externe, le 19 mars 2011 sonne le glas du colonialisme interne - Par Ali Yahia Abdennour
EL WATAN.

http://www.elwatan.com//actualite/le-colonialisme-externe-le-19-mars-2...

el watan

Le colonialisme, qui a mené après une expédition militaire de 46 ans, accompagnée d’actes barbares, de pillages, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, a asservi, opprimé, réprimé le peuple algérien par une humiliation totale et totalement ressentie.
Au nom de la conscience politique, de la dignité, du coeur et de la raison, le peuple algérien a combattu les armes à la main le colonialisme, système odieux et néfaste. Le FLN a sorti le peuple algérien du colonialisme avec beaucoup de sacrifices et de souffrances, mais a basculé dans la dictature.

La libération du territoire national en 1962 n’a pas entraîné celle des Algériens et des Algériennes. La mort du colonialisme n’est pas la mort du colonisé qui va subir les méfaits du colonialisme interne. Le système politique, instauré après l’indépendance du pays, est revenu à la cécité politique du colonialisme. Il a engendré des dirigeants qui ont confondu nation, Etat, peuple, socialisme et capitalisme d’Etat, socialisme national et national socialisme, droit du peuple à disposer de lui-même et droit de l’Etat à disposer du peuple. Il a anesthésié la volonté populaire, étouffé toute vie politique démocratique et confisqué le pouvoir.

Comme au temps du colonialisme, le peuple algérien ne dispose pas de ses droits, et les clans du pouvoir se comportent en seigneurs et maîtres. Un peuple digne et fier, qui a conquis de haute lutte son indépendance, a été réduit au silence, bouche et paupières cousues, et à force de se taire, a perdu le droit à la parole. La colonisation a réduit le colonisé à une infériorité permanente, le système politique a fait du citoyen un sujet. Tous deux ont imposé un pouvoir illimité, rigoureusement exercé, légitimé par des élections préfabriquées. Le trucage direct du scrutin est permanent. Ils n’ont pas supprimé le suffrage universel, mais l’ont contourné, détourné. La sanction des urnes est devenue une référence redoutable, un tabou.

Pour le colonialisme comme pour le système politique, le peuple est immature, mineur, a besoin de tuteur. C’est dans le peuple que réside la souveraineté, il faut la lui restituer, c’est du peuple que vient le pouvoir et la légitimité. La souveraineté populaire est un principe formulé par la Constitution dans des termes absolus. Restituer au peuple algérien sa dignité et sa souveraineté, aux Algériens et Algériennes leurs droits de désigner leurs représentants par des élections libres, à toutes les institutions élues de l’Etat, est une obligation.
Il faut laisser au peuple le droit de décider de son destin, car il a payé très cher son autodétermination. Il doit se prononcer en toute liberté et pour toute sa liberté. Du temps du colonialisme comme depuis l’indépendance, le peuple s’est rangé du côté de la liberté qui est le besoin le plus fort et le plus constant, parce que la nation et la liberté quand elles vont mal, c’est souvent ensemble. Il faut connaître l’oppression qui a engendré la liberté et la répression qui a engendré les droits de l’homme, pour avoir le goût passionné de la liberté. Les Algériens et les Algériennes ont faim et soif de démocratie, c’est-à -dire de liberté et de justice.

Le colonialisme comme le système politique sont tombés dans l’orgueil, la prétention et la suffisance pour s’arroger des droits et des pouvoirs excessifs et s’accaparer des richesses du pays. Tous deux ont interdit au peuple algérien le droit de rechercher la vérité historique et de la répondre, de connaître son passé, tout son passé, alors qu’il tient son unité de son histoire, de toute son histoire. Le peuple algérien qui défend la culture et la langue berbères présentes dans sa vision, dans sa démarche et dans son action, a sa source et ses racines qui plongent dans les entrailles de la nation. Son identité forgée par l’histoire plusieurs fois millénaire est pétrie de dignité, de fierté et d’éthique, de larmes et de sang. L’appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) pour célébrer sur tout le territoire national et l’émigration le 19 mars 1962 qui a mis fin au colonialisme externe, et le 19 mars 2011 qui sonne le glas du colonialisme interne, apportent un esprit de sagesse et un sens de l’intérêt national et s’adressent à la conscience de tous les Algériens et de toutes les Algériennes. Le moment est venu d’accompagner l’accélération de l’histoire, qui est un danger pour tous les dictateurs.

En parlant comme elle a choisi de le faire, la CNCD, qui travaille au rassemblement de toutes les forces politiques et sociales qui entendent agir pour le changement de régime et non pour un changement dans le régime, sert l’Algérie, la démocratie, la liberté, la justice et les droits de l’homme. Il faut, d’une part, que les Algériens et les Algériennes aient conscience de la gravité de la crise qui se répète, se succède, s’enchaîne, s’amplifie et se prolonge, et d’autre part, qu’ils ou qu’elles se situent, c’est-à -dire prennent publiquement position. Il existe actuellement un climat d’incertitude, de doutes, d’interrogation parmi les gens qui cherchent à préserver la stabilité d’une société profondément divisée par ses antagonismes politiques, sociaux et culturels.

Le pays bouge, craque de partout, et la rue est le dernier recours lorsque toutes les possibilités de se faire entendre sont épuisées. Il faut avoir le courage et la volonté de faire face à un pouvoir dictatorial, qui a tenté d’infantiliser les Algériens et les Algériennes. L’opinion publique se demande pour quelle raison quelques membres de la CNCD, qui ont approuvé la marche à Alger tous les samedis et le changement de régime, ont rejoint une semaine après ceux qui veulent un changement dans le régime et par le régime. Ils se sont alignés sur la politique du pouvoir, deviennent ses alliés, vont à l’encontre des intérêts du peuple algérien. Ils sont des acteurs marginaux de la vie politique nationale, mènent un combat d’arrière-garde qui satisfait le pouvoir qui joue avec les ambitions des uns et des autres. En politique, il est nécessaire, avant de se contredire, d’attendre que le temps fasse oublier les premières déclarations. Les hommes et les femmes de circonstances ont cédé le pas aux femmes et aux hommes de conviction. La rupture se situe avec le système politique archaïque et despotique. Que tous ceux et celles qui se reconnaissent dans les valeurs démocratiques et l’Etat de droit rejoignent la CNCD pour dégager ensemble un certain nombre d’objectifs et les moyens qu’il faut mettre en oeuvre pour les obtenir.

ali yahia abdenour

Le président exerce une emprise totale sur la chaîne unique de télévision qui ne recule devant aucune falsification, aucune affabulation pour jeter le discrédit sur la CNCD. Cette dernière dénonce l’ampleur inimaginable du quadrillage policier lors de chacune de ses marches. Par sa répression, le pouvoir montre son vrai visage, celui de l’Etat policier.

L’Algérie des clans du pouvoir doit céder le pas à l’Algérie des citoyens et des citoyennes

Faire une autopsie rigoureuse du pouvoir, un diagnostic total clair, lucide, c’est découvrir une Algérie malade de corruption, d’immobilisme politique, d’inefficacité économique et d’inégalités sociales. Abdelaziz Bouteflika a été porté à un destin national par l’armée. Les décideurs de l’armée, faiseurs de rois, l’on en effet choisi en avril 1999 comme président de la République. Leurs signaux, captés et décodés par la presse, informent chaque président qu’ils détiennent la réalité du pouvoir, qu’ils auront toujours le dernier mot et qu’ils ne lui reste plus, selon la formule consacrée, qu’à se soumettre ou se démettre. La marche vers et sur les sommets et leur prestige ne durent pas, et la descente peut être douce ou brutale. Le président concentre entre ses mains la quasi totalité du pouvoir qui s’est transformé au cours des années en monarchie républicaine. La dernière révision constitutionnelle a été aux dimensions exactes d’un seul homme, taillée en costume prêt-à -porter pour le président qui est le seul pouvoir exécutif, le gouvernement n’étant que le pouvoir exécutant.

Le sentiment d’être indispensable et irremplaçable est inhérent à toute fonction d’autorité. Tout pouvoir qui n’émane pas de la souveraineté populaire librement exprimée, par des élections libres, propres et honnêtes, est illégitime et engendre la dictature. Un pouvoir sans légitimité gouverne par les moyens de la dictature. Combien de temps encore le peuple va-t-il se résoudre à la confiscation réelle du suffrage universel ?

Les élections truquées relèvent du hold-up électoral qui est du gangstérisme politique. Les pratiques qui faussent le soutien et le libre choix des électeurs sont permanentes. Quel Etat fondé sur la dictature ferait des élections libres ?
La tendance du président de la République à personnaliser et centraliser à l’excès le pouvoir, à régner et gouverner à la fois, à accumuler titres et fonctions, à tout régenter, tout diriger, tout contrôler, à faire du gouvernement à sa dévotion et à son image l’annexe de la présidence, du Parlement, deux chambres d’enregistrement, à développer des relations de type monarchique avec les représentants des institutions de l’Etat, à nommer à tous les postes de responsabilité ses proches, a réveillé les vieux démons du régionalisme. Il n’a pas pris le temps d’apprendre ce pays par ses racines, par toute son histoire, de Jugurtha avec son message, à la Kahina, à l’Emir Abdelkader, à Abane Ramdane et Larbi Ben M’hidi.

Il ne peut pas réduire une catégorie d’Algériens qui veulent vivre et parler, parce qu’ils sont de ce pays par toutes leurs racines, et jamais leurs ancêtres n’ont eu un ailleurs. Comment peut-on vivre librement dans un pays sans liberté ? Le président assure sa durée en verrouillant l’accès au pouvoir, en maintenant le statu quo et en renforçant l’ordre établi. L’Etat policier n’obtient pas le respect des Algériens, mais seulement leur obéissance et leur soumission par la peur. La société est bloquée, verrouillée par un pouvoir dictatorial qui a conduit au dépérissement des libertés. Ce pouvoir illégitime permet de poser quelques questions : Où es-tu démocratie ? Où es-tu liberté ? Où es-tu Etat de droit ? Où es-tu Constitution ?

A la tête de l’Etat se maintient un clan centralisateur, dominateur, totalitaire, excessif, sectaire, intolérant, qui se comporte en propriétaire et non en dépositaire du pouvoir. Les clans du pouvoir usent et abusent des richesses du pays. Ils sont comme les loups, ils se déchirent mais chassent en meute. Ils disent comme Létizia Bonaparte il y a plus de deux siècles : « Pourvu que ça dure », sachant pertinemment que cela ne peut pas durer.

Les privilèges, les inégalités et la corruption sapent le pouvoir qui a imposé au peuple algérien un mariage sans divorce, ni séparation de corps, qui l’oblige à se soumettre.

La dictature a banni la démocratie de la réalité, n’en conservant que la coquille vide dont elle se sert pour maquiller le visage hideux du totalitarisme. On ne peut à la fois appliquer une politique totalitaire et se faire créditer du label de démocratie. Le pouvoir a introduit un double langage en développant un vocabulaire démocratique, directement opposé à sa pratique dictatoriale. Il est au-dessus des lois, a tous les droits, fait la loi.

Le même personnel politique au sommet de l’Etat, dont les carrières politiques sont d’une exceptionnelle longévité,a applaudi Chadli Bendjedid, servi Liamine Zéroual, encensé Abdelaziz Bouteflika en attendant le suivant. Il faut passer le pouvoir, tout le pouvoir, aux deux générations de l’indépendance nationale. Le pouvoir parle des jeunes qui ont un haut niveau de conscience, avec condescendance et le souci de récupération. Ils ne peuvent avoir des droits que s’ils sont élevés à la dignité politique de citoyens.

Le président doit comprendre que l’époque de la dictature est révolue, qu’il doit quitter la scène politique qui est la principale exigence de la nation. Il faut mettre fin à 12 ans de son pouvoir quasi absolu. Est-il prêt à céder sa place, à passer la main en douceur ? Quand l’histoire d’un homme est finie, terminée, il ne faut pas forcer le destin en ajoutant un dernier chapitre. Le peuple aspire à un changement radical, à un changement de régime et non à un changement dans le régime. Le crépuscule qui s’étend sur le régime, entrevoit l’aube de la démocratie. Le noeud de cette crise est le départ du régime. Le président est le conducteur de train et le DRS le serre-frein, et ils déraillent ensemble, entraînant dans leur chute les wagons, c’est-à -dire toutes les institutions de l’Etat, le Parlement en priorité.

Ali Yahia Abdennour

URL de cet article 13101
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

J’ai vu des démocraties intervenir contre à peu près tout, sauf contre les fascismes.

L’Espoir (1937) - Citations de André Malraux

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.