Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Prix Nobel de la paix manipulé

En attribuant cette semaine le prix Nobel de la paix à l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), le comité d’Oslo a justifié son choix en arguant qu’il récompense le travail « remarquable » accompli par cette organisation depuis sa création. Mais en lui octroyant le prestigieux prix à un moment où il est procédé à la destruction de l’arsenal chimique syrien, le comité norvégien a jeté le doute sur les raisons de son choix.

En effet, le lien est tout naturellement fait par les opinions publiques entre cette distinction et le dossier de l’arsenal chimique syrien, mais accompagné de l’interrogation de savoir quel rôle l’OIAC a joué dans l’accord qui a abouti à la décision en cours d’application de destruction de cet arsenal. Certes, une fois l’accord (dont rappelons-le les initiateurs ont été les Russes) réalisé, l’OIAC est en charge de l’aspect technique de l’opération, ce qui n’en fait pas pour autant l’acteur dont l’intervention aura été décisive.

Le soupçon s’impose dès lors que de connivence avec les grandes puissances occidentales avec lesquelles la Russie a négocié le dossier de l’arsenal chimique syrien, le comité du prix Nobel de la paix a visé à minorer le rôle de Moscou en cette affaire. Les lauriers tressés en la circonstance à l’OIAC le confortent. Paris a même poussé trop loin le bouchon dans l’exercice en mettant sur le compte de sa politique de « fermeté » sur le dossier de l’arsenal chimique syrien la « réussite » qui vaut à l’OIAC l’attribution du prestigieux prix. Si la destruction de cet arsenal mérite que ceux qui l’ont rendu possible vaut justification de la distinction par le prix Nobel de la paix, alors c’est Poutine ou son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui auraient dû en être en toute justice les récipiendaires.

Le grand succès diplomatique qu’a été l’initiative russe de convaincre le régime syrien d’accepter la destruction de son arsenal, pour éviter une intervention militaire occidentale aux conséquences incalculablement désastreuses pour la paix dans la région et dans le monde, est resté en travers de la gorge des puissances occidentales ayant fait de la question l’argument qu’elles ont brandi pour justifier leur détermination à en découdre avec le régime syrien.

Faute donc de s’attribuer le mérite d’avoir seules fait plier Damas, elles s’emploient à parasiter celui de la Russie.

La mise en avant de l’OIAC procède de cette opération à laquelle il est probable que le comité d’Oslo a consciemment décidé de contribuer. C’est un secret de Polichinelle que l’attribution du prix Nobel de la paix obéit à des considérations d’ordre politique dictées en Occident dont la Norvège fait partie. Le plus récent exemple de cette réalité a été son attribution à Barack Obama sur la base du présupposé que devenu président des États-Unis il allait faire avancer la cause de la paix dans le monde. On sait ce qu’il est advenu. Obama n’a rompu avec l’interventionnisme belliqueux de son prédécesseur que par la forme plus insidieuse qu’à la façon du sien.

Ce choix du comité d’Oslo a terni le prestige du prix Nobel de la paix. Celui qu’il vient de faire en faveur de l’OIAC entaché du soupçon évoqué ne contribuera pas à le rehausser. En avançant cela, ce n’est pas remettre en cause le travail accompli par l’OIAC, mais prendre acte que sa distinction a été d’abord et avant tout une manœuvre politicienne. Qui au fait entendait parler de l’OIAC avant le problème de l’arsenal chimique syrien ? L’a-t-on entendue sur celui d’Israël ou des grandes puissances qui en détiennent de plus terrifiants et n’ont pas reculé pour leurs utilisations ?

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 22905
   
AGENDA
jeudi 15 novembre 2018
vendredi 16 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
dimanche 18 novembre 2018
mardi 27 novembre 2018
samedi 1er décembre 2018
samedi 1er décembre 2018
samedi 1er décembre 2018
samedi 15 décembre 2018


Vous avez une minute ?

Le Grand Marché Transatlantique : La menace sur les peuples d’Europe
Raoul Marc JENNAR
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Ces mots confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d’années et qu’on appelle « mondialisation néolibérale ». Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix ou, pour l’exprimer à la manière pudique de journaux comme Le Monde ou Les Echos, « redéfinir le périmètre de l’Etat », c’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.