Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Prix Nobel de la paix manipulé

En attribuant cette semaine le prix Nobel de la paix à l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), le comité d’Oslo a justifié son choix en arguant qu’il récompense le travail « remarquable » accompli par cette organisation depuis sa création. Mais en lui octroyant le prestigieux prix à un moment où il est procédé à la destruction de l’arsenal chimique syrien, le comité norvégien a jeté le doute sur les raisons de son choix.

En effet, le lien est tout naturellement fait par les opinions publiques entre cette distinction et le dossier de l’arsenal chimique syrien, mais accompagné de l’interrogation de savoir quel rôle l’OIAC a joué dans l’accord qui a abouti à la décision en cours d’application de destruction de cet arsenal. Certes, une fois l’accord (dont rappelons-le les initiateurs ont été les Russes) réalisé, l’OIAC est en charge de l’aspect technique de l’opération, ce qui n’en fait pas pour autant l’acteur dont l’intervention aura été décisive.

Le soupçon s’impose dès lors que de connivence avec les grandes puissances occidentales avec lesquelles la Russie a négocié le dossier de l’arsenal chimique syrien, le comité du prix Nobel de la paix a visé à minorer le rôle de Moscou en cette affaire. Les lauriers tressés en la circonstance à l’OIAC le confortent. Paris a même poussé trop loin le bouchon dans l’exercice en mettant sur le compte de sa politique de « fermeté » sur le dossier de l’arsenal chimique syrien la « réussite » qui vaut à l’OIAC l’attribution du prestigieux prix. Si la destruction de cet arsenal mérite que ceux qui l’ont rendu possible vaut justification de la distinction par le prix Nobel de la paix, alors c’est Poutine ou son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui auraient dû en être en toute justice les récipiendaires.

Le grand succès diplomatique qu’a été l’initiative russe de convaincre le régime syrien d’accepter la destruction de son arsenal, pour éviter une intervention militaire occidentale aux conséquences incalculablement désastreuses pour la paix dans la région et dans le monde, est resté en travers de la gorge des puissances occidentales ayant fait de la question l’argument qu’elles ont brandi pour justifier leur détermination à en découdre avec le régime syrien.

Faute donc de s’attribuer le mérite d’avoir seules fait plier Damas, elles s’emploient à parasiter celui de la Russie.

La mise en avant de l’OIAC procède de cette opération à laquelle il est probable que le comité d’Oslo a consciemment décidé de contribuer. C’est un secret de Polichinelle que l’attribution du prix Nobel de la paix obéit à des considérations d’ordre politique dictées en Occident dont la Norvège fait partie. Le plus récent exemple de cette réalité a été son attribution à Barack Obama sur la base du présupposé que devenu président des États-Unis il allait faire avancer la cause de la paix dans le monde. On sait ce qu’il est advenu. Obama n’a rompu avec l’interventionnisme belliqueux de son prédécesseur que par la forme plus insidieuse qu’à la façon du sien.

Ce choix du comité d’Oslo a terni le prestige du prix Nobel de la paix. Celui qu’il vient de faire en faveur de l’OIAC entaché du soupçon évoqué ne contribuera pas à le rehausser. En avançant cela, ce n’est pas remettre en cause le travail accompli par l’OIAC, mais prendre acte que sa distinction a été d’abord et avant tout une manœuvre politicienne. Qui au fait entendait parler de l’OIAC avant le problème de l’arsenal chimique syrien ? L’a-t-on entendue sur celui d’Israël ou des grandes puissances qui en détiennent de plus terrifiants et n’ont pas reculé pour leurs utilisations ?

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 22905
   
Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Monique Pinçon-Charlot - Michel Pinçon - Étienne Lécroart
Un ouvrage documentaire jeunesse engagé de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, illustré par Étienne Lécroart Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour questionner la société et ses inégalités, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, passés maîtres dans l’art de décortiquer les mécanismes de la domination sociale, s’adressent pour la première fois aux enfants à partir de 10 ans. Avec clarté et pédagogie, ils leur expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social dans lequel ils vont grandir et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.