RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
(à propos du livre biiiiiip, biiiiiiiippp)

Quand RSF censure ses cyberdissidents.

Cher (façon d’écrire) Robert Ménard,

Une douzaine d’internautes critiques, des cyberdissidents à l’égard de Reporters sans frontières, me font part de leur désappointement. Répondant à votre invitation, ils ont trouvé porte close devant vos luxueux bureaux parisiens et ils ont dû repartir avec leurs mails sous le bras, cadeaux de courtoisie qu’ils vous destinaient.

Ils sont donc passés chez moi et mon vestibule est encombré de délicieux présents.
J’ai écouté les doléances de ces cyberdissidents que vous avez éconduits.

L’un dit :

- « Le site Internet de RSF est le seul site journalistique français où les gestionnaires expriment des points de vue sur les gouvernements du monde, avancent des idées politiques, dissertent sur la démocratie, publient des informations et des analyses, dressent des bilans, proposent des pétitions, classent les pays, publient la liste ceux qui font partie de « l’axe du mal », avertissent sur des cérémonies à bouder, dénoncent leurs contradicteurs, affichent les portraits des ennemis, les clouent au pilori, SANS ACCEPTER QUE QUICONQUE PUISSE OBJECTER ».

Un autre s’exclame :

- « Curieuse application de la démocratie et du droit d’expression pour ces donneurs de leçons que nous finançons avec nos impôts ! »

- « Avec nos impôts ? », s’étrangle un candide.

- « Oui, l’Union européenne a grassement financé RSF dans un passé récent : plus de 1,2 million d’euros. En France, les services du Premier Ministre, le Ministère des Affaires étrangères, l’Organisation internationale de la Francophonie (je vous demande un peu !) versent au bassinet. Et je ne parle pas des industriels, comme Carrefour, qui récupèrent sur les clients les subventions versées à cette ONG. »

Cependant, tous mes visiteurs marris conviennent que, sur un sujet bien circonscrit, sur un terrain super-balisé et pour un temps limité, RSF s’est avisée de demander l’avis des lecteurs de son site : « Que pensez-vous de l’appel au boycott de la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin 2008 ? ».

Immédiatement en dessous de la question, RSF souffle la bonne réponse pour les mal-comprenants ou pour les aveugles qui ne vous auraient pas vus à la télévision quand la flamme olympique fut éteinte à Paris : « Reporters sans frontières a appelé au boycott de la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin 2008 par les chefs d’Etat, chefs de gouvernement et membres de familles royales ».

Part suite, de nombreux bons élèves ont opté pour la réponse suggérée, d’autres ont proposé de bouder les jeux tout entiers, d’autres de boycotter carrément la Chine. Réjouissons-nous qu’aucun n’ait appelé à lui déclarer la guerre.

Au milieu du choeur de ces béni-oui-oui, quelques critiques virulentes et pas très polies suintent de votre site. Dame ! Comment tout sabrer sans risquer de voir les Internautes s’en plaindre ailleurs ? (voir ci-après : « CEUX QUI ONT ECHAPPE A LA CENSURE DE RSF »).

Le « forum est modéré a priori ». Mes cyberdissidents naïfs en déduisirent que le modérateur de RSF veillait à bloquer les messages injurieux, attentatoires aux bonnes moeurs ou trop conciliants sur la torture, comme ceux que vous proférâtes au micro de France Culture en Août 2007, quelques mois avant que l’humaniste Bernard Kouchner (époux de Christine Ockrent, membre du Conseil d’Administration de RSF) n’épinglât sur votre fier poitrail la médaille de la Légion de déshonneur.

Qu’avaient proféré les cyberdissidents censurés qui ont été biffés à 100 % ? Ils avaient tous évoqué le livre : « La face cachée de reporters sans frontières. De la CIA aux Faucons du Pentagone » paru aux éditions Aden (voir ci-dessous : « CEUX QUI ONT SUBI VOTRE CENSURE »).

Désormais, ici, par geste d’apaisante courtoisie, nous désignerons le livre sous le nom de : biiiiiip, biiiiiiiippp.

Mon cyber-petit doigt me dit que ce forum de RSF risque de disparaître sous peu. Depuis que des trublions s’y expriment, il a déserté la première page du site pour rétrograder dans le dossier « Chine ». En attendant qu’il soit clos en catastrophe, j’invite mes lecteurs à y participer en citant biiiiiip, biiiiiiiippp.

Ils verront de près comment la censure est exercée par ceux qui font profession de la combattre.

Ils verront que pour vous, Monsieur Ménard, la cyberliberté est plus précieuse derrière la muraille de Chine, que derrière les murs de votre beau siège parisien.

Ils verront que RSF veut une libéralisation d’Internet à Cuba et qu’elle verrouille son propre site à Paris.

Ils verront que vos yeux de Chimène pour la presse « libre » de Bagdad, pour les télévisions putschistes de Caracas, lancent des braises sur qui nomme ici un livre qui vous désoblige.

Ils verront que, si vous préconisez la libre propagation des thèses révisionnistes et négationnistes, la diffusion de Mein Kampf, il est un livre (biiiiiip, biiiiiiiippp) que vous enfouissez dans le silence des sépulcres.

Ils échafauderont des hypothèses sur ce que serait le sort de biiiiiip, biiiiiiiippp dans un pays que vous dirigeriez.

Ils déploreront l’éternel renouvellement de la fable de la paille (du tiers monde) et de la poutre (dorée) dans votre oeil.

Ils se demanderont pour qui vous roulez, question suscitée par la lecture d’un certain livre qu’il est interdit de nommer sur le site de votre épicerie compassionnelle.

Bien à vous,
et que partout vivent les journalistes (y compris en Irak), que partout ils puissent s’exprimer sans risque (y compris en France), que partout ils nous informent objectivement !

Maxime Vivas

(auteur de « biiiiiip, biiiiiiiippp », éditions Aden).

PS. Le 10 avril 2008, lors de l’émission « Arrêt sur Images » de Daniel Schneidermann sur France 2, vous avez déclaré : « Comme patron de RSF, je m’abstiendrai d’écrire ce que je pense des médias français ».

Et des médias des USA qui nous ont convaincu que Saddam Hussein possédait des Armes de Destruction Massives ? Et des rapports mortifères de l’armée US avec les journalistes en Irak ?

Est-il bien raisonnable d’être discrets sur ces trois cas, de museler vos cyberdissidents qui évoquent biiiiiip, biiiiiiiippp et de donner en même temps des leçons aux pays qui contrarient les visées hégémoniques mondiales de votre pourvoyeur en dollars ?


CEUX QUI ONT ECHAPPE A LA CENSURE DE RSF :

(Extraits : voir les mails complets sur le site de RSF).

Les quelques internautes qui refusent de choisir la bonne réponse dictée par RSF lui reprochent (avec les mots ci-dessous) d’obéir au lobby pro américain, d’être silencieuse sur la Birmanie et les USA, de faire du marketing, de ne pas intervenir pour les droits de l’homme en France, de militer pour un pouvoir théocratique au Tibet, d’être un outil de propagande, de servir les intérêts des pays occidentaux, de comparer la Chine à l’Allemagne nazie, de n’avoir pas condamné la torture en Irak, d’utiliser sélectivement des moyens d’action violents avec acharnement et hystérie, de s’enfermer dans le cynisme et la mauvaise foi, de virer à l’extrême droite, d’être financée par les USA, d’être à la solde de la NED/CIA, d’avoir affublé des petits bourges friqués d’un maillot grotesque [tee-shirt noir aux menottes], de s’être assuré la bénédiction et le financement des puissances impérialistes, de singer l’arche de Zoé.

Bref, le combat de RSF pour un Dieu réincarné (« Franchement, vous croyez à ces conneries sectaires ? ») est jugé « ridicule et honteux », une « énorme ânerie ». « Vous êtes fou à lier ! ».

Le patron a vie de RSF est assez bien rossé : « L’agitateur public Ménard », « donneur de leçon aux peuples du monde », « en contact avec des agents des services secrets et les milieux d’extrême droite anti-castristes à Miami », « glorieux émissaire » de « la bourgeoisie mondiale », profère ses « lamentables discours haineux », flanqué d’une « clique de bobos attardés ».

CEUX QUI ONT SUBI VOTRE CENSURE.

(A cause d’un titre tabou).

L’un avait écrit : « …Manifestement, comme le démontre fort bien, avec preuves à l’appui et sans avoir reçu à ce jour la moindre contestation à ma connaissance, un livre récent : " biiiiiip, biiiiiiiippp " du journaliste Maxime Vivas, vos interventions sont toutes et toujours sélectives et orientées pour défendre les intérêts géopolitiques de vos maîtres états-uniens ou sud-coréens qui vous financent et vous inspirent. Vous n’êtes que les valets des puissances d’argent et des intérêts nord-américains… ».

Un autre : « Lisez le livre " biiiiiip, biiiiiiiippp " de Maxime Vivas et vous découvrirez la personnalité ambiguë de M. Robert Ménard : il se trouve que ce dernier choisit ses camps selon ses propres intérêts (financiers entre autres) et que la défense des opprimés et des journalistes passe après ».

Un autre : «  Ne devrait-on pas plutôt boycotter les produits Coca cola, Samsung, Mc Do, Nike et autres sponsors des JO, notamment les produits états-uniens chers à RSF si l’on en croit « biiiiiip, biiiiiiiippp » de Maxime Vivas, paru aux éditions Aden ? »

Un autre (qui a envoyé en vain trois mails) : « Le boycott des J.O. de Pékin est une grave erreur. […] Je vous invite à ne pas signer la pétition concernant le boycott de jeux Olympiques de Pékin et à lire l’ouvrage de Maxime Vivas « biiiiiip, biiiiiiiippp » (ed.Aden) ».

Un autre : «  Pourquoi RSF n’a pas appelé à un boycott des grandes entreprises françaises qui commercent avec la Chine ? RSF est-elle en partie financée par quelques unes de ces mêmes grandes entreprises proche du pouvoir français ? Pourquoi RSF n’a t-elle pas appelé à une manif devant l’ambassade US lors de la venue de W.Bush alors que Mumia Abu Jamal, journaliste, est dans le couloir de la mort depuis 1982 en Pennsylvanie, que la zone de non-droit Guantanamo existe par la seule décision du gouvernement US en dehors de toutes les conventions internationales ? Pourquoi RSF ne dénonce t-elle pas l’oligarchie du pouvoir médiatique en France ? A lire et relire l’excellent bouquin, documenté et argumenté, de Maxime Vivas : « biiiiiip, biiiiiiiippp » Editions Aden. Sachant que vous êtes contre toute forme de censure, je suis certain que ce message sera rapidement sur votre site ».

Un autre : « Je pense que ce serait une très mauvaise chose. Je n’y vois qu’une entreprise politicienne, les jeux olympiques devraient être au contraire un grand moment de fraternité et d’échanges. Il est vrai que le livre « biiiiiip, biiiiiiiippp » de Maxime Vivas m’a ouvert les yeux et m’a permis de mieux comprendre certaines de vos prises de position plus que douteuses, en particulier vis à vis des pays latinos qui s’affranchissent des USA ».

Une autre : « Avant de me prononcer sur cette question, où il y aurait beaucoup à dire, je tiens à savoir à qui j’ai affaire. Donc j’aimerais avoir une réponse claire et documentée à ma question.

Je viens de voir en librairie un livre dont le titre m’interroge : « biiiiiip, biiiiiiiippp » ».
Je suis très tenté de l’acheter, histoire de compléter mes connaissances, mais avant de faire cette dépense j’aimerais avoir votre opinion puisqu’il y est question de votre organisation et que, me semble-t-il, vous êtes les mieux placés ( ?) pour confirmer ou démentir ce qui est dit dans cet ouvrage de Maxime Vivas.
Merci de bien vouloir éclairer ma lanterne.

Mais qui êtes-vous Robert Menard pour vous permettre de tirer à boulets rouges contre la Chine, de dénoncer et condammner Cuba, le Venezuela ...

Vous êtes dans le camp des nantis de ce Monde, bien soutenu par les medias qui distillent à qui veut l’entendre la parole unique ; vous obéissez servilement aux ordres des EU, à travers la CIA et toutes ses filiales qui en retour soutiennent financièrement votre action.

Tout ceci est démontré, connu et reconnu.

Maxime Vivas, dans son dernier ouvrage « biiiiiip, biiiiiiiippp » et d’autres, dont je peux vous donner les références, ont avec lui dénoncé vos pratiques mafieuses.

J’espère que dans un avenir proche vous serez totalement et définitivement démasqué et que vous ne pourrez plus malgré l’arrogance qui vous caractérise, distiller vos mensonges
Non je ne boycotterai pas les JO de Pékin ».

Une autre encore (faussement) ignorante : « Je n’ai pas d’opinion arrêtée sur la question.

En revanche, je voulais vous apporter tout mon soutien face aux attaques abjectes dont vous faites l’objet. J’ai en effet eu l’occasion de feuilleter récemment, sur les conseils d’un ami, un détestable petit livre intitulé « biiiiiip, biiiiiiiippp » et signé par un certain Maxime Vivas. Ce dernier (qui est-il ?) accuse RSF et Robert Ménard de travailler main dans la main avec la CIA.

Je suis rassurée, après avoir parcouru votre site, de voir qu’il n’en est rien et que RSF critique aussi bien les Etats-Unis et leurs alliés que leurs adversaires ».

D’autres n’ont pas gardé trace de leur texte (espérant, ô esprits purs !) le retrouver sur le site de RSF. Mais tous se souviennent qu’il était entaché d’une référence à biiiiiip, biiiiiiiippp.

Li-bé-rez l’in-for-ma-tion !

URL de cet article 6862
  

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.