RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand Sarkozy parle des ouvriers, en concret, c’est pour diminuer leur droit de grève ...




CNE - Sarkozy ? Girouette ou dissimulateur ?






Lundi 29 janvier 2007.


Quand Sarkozy parle des ouvriers, en concret, c’est pour diminuer leur droit de grève et "s’inspirer du Cne" pour "réformer le code du travail" ...

Xavier Bertrand, son porte parole, vient, ce matin, de reprendre l’antienne contre le droit de grève :

«  A celui qui est contre la grève obligatoire imposée par une minorité je propose la démocratie par l’organisation obligatoire d’un vote à bulletin secret dans les 8 jours qui suivront tout déclenchement de mouvement social ». crie Sarkozy à Agen.

Sarkozy veut une "France d’après" en "rupture" avec le "modèle social français" pour se rapprocher du "modèle anglo-saxon" .

Pour en arriver là , il faut remettre en cause le droit constitutionnel de grève.

Déjà le « Tce » (traité constitutionnel européen) s’y essayait. Mais là , ce que veut Nicolas Sarkozy c’est imiter carrément Mme Margaret Thatcher.

Depuis l’ère Thatcher, les lois réglementant le droit de grève sont en Grande Bretagne, parmi les plus restrictives des pays riches en vertu du Trade Union Act de 1984 et des Employment Acts de 1988, 1990 et 1993. Les salariés doivent voter la grève à bulletin secret, informer leur employeur de la date de leur action et en préciser les motifs. La validité de leur vote est limitée à quatre semaines, sauf accord contraire avec l’employeur. Ce dernier peut demander à la justice de s’opposer à la grève. Si celle-ci est déclarée illégale, l’employeur peut licencier les responsables.

Les raisons d’une grève sont nécessairement liées aux conditions de travail ou aux possibles conflits dans l’entreprise concernée. Les grèves de solidarité avec des salariés d’une autre entreprise et celles qui résultent d’un mot d’ordre général - comme la défense des retraites - sont interdites. En août 2005, une grève de solidarité à British Airways a valu des amendes à trois délégués syndicaux et 670 grévistes du groupe de restauration aérienne Gate Gourmet ont été licenciés sur le champ en août 2005.

Les grèves sont un motif de licenciement. Elles sont devenues fort rares et surviennent lorsque tout est perdu, comme à l’usine General Motors près de Liverpool, juste avant la suppression de 900 emplois. Depuis l’arrivée des travaillistes au pouvoir, en 1997, le Trade Union Congress (TUC) n’a cessé de réclamer l’abolition de ces lois. Tony Blair a refusé. « Les syndicats reviendront à la charge lors de leur congrès annuel, du 11 au 14 septembre, et en novembre, lors du centenaire de l’instauration du droit de grève. Ils n’ont aucune chance d’obtenir raison » dit Le Monde du 1er septembre 2006.

Aux Usa, la grève des transports en commun de New York de 2005 était illégale.

Ainsi, selon les admirateurs du « modèle social anglo-saxon » que sont Sarkozy et Parisot, (et ils n’annoncent qu’une partie de ce à quoi ils aspirent) en reviendra t on vraiment au XIX° siècle, où droits syndicaux et droits de grève seront battus et réprimés.

D’ailleurs voilà cinq ans qu’ils s’efforcent d’entraîner des directions syndicales vers ce piége du renoncement à la grève dans les transports, avec un « service minimum ».

" On ne peut tolérer ces prises d’otages ", " L’usager paie, le service doit lui être rendu ", " C’est une honte pour un service public "... telle est la rengaine des journaux télévisés à chaque grande grève, à travers des « micro-trottoir » convenus.

« Celles et ceux qui défendent si fortement les usagers en cas de grève des transports sont les mêmes qui depuis des années mènent un combat idéologique pour que nous renoncions à cette notion d’usagers, c’est-à -dire de citoyen(ne)s utilisant un service public au profit de celle de " clients ".
La population anglaise n’aurait-elle pas préféré quelques jours sans trains pour cause de grève des cheminot(e)s à un réseau ferré dans un état lamentable, où les correspondances ne sont pas assurées pour cause de concurrence, et avec un niveau de sécurité particulièrement dangereux comme l’ont malheureusement prouvé de nombreux accidents ? » s’interroge à juste titre « l"Alternative libertaire »

«  Pour les usagers des transports, le vrai service minimum existe déjà  : celui que la SNCF leur impose quotidiennement. Ce ne sont pas les grèves des cheminots qui sont la cause des tracas quotidiens subis par les usagers mais le démantèlement progressif du service public, la diminution des crédits affectés à la sécurité.

Ce que les usagers des transports refusent c’est l’accumulation des retards, les arrêts injustifiés, les pannes, les agressions. Les usagers des transports veulent en finir avec cette véritable souffrance au quotidien. C’est en autres pour cette raison qu’ils ont soutenu par procuration les grèves des transports en 1995 ou ce printemps menées par les cheminots qui défendaient l’intérêt général, le service public, la sécurité sociale ou le droit à la retraite.

Tous les sondages, toutes les enquêtes montrent que les Français soutenaient ces grèves. La droite et une grande partie des médias ont depuis longtemps galvaudé une expression : les « usagers pris en otage ». Non, quand les cheminots font grève, ils ne prennent pas le public en otage, ils défendent une liberté fondamentale écrite dans notre Constitution : le droit de grève. » plaidait fort justement Noël Mamére le 9 décembre 2003 à l’Assemblée nationale.

Gérard Filoche, pour D&S www.democratie-socialisme.org




L’ Etat d’urgence. Gauche en réinvention : arrêtez les règlements de comptes, par PRS.

Le CNE de Sarkozy : un contrat maudit, par Gérard Filoche.




URL de cet article 4679
  

Même Auteur
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faut s’endurcir, mais sans jamais se départir de sa tendresse.

Ernesto "Che" Guevara

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.