RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
La notion de socialisme a été vidée de tout sens par le parti qui porte son nom

Requiem pour le communisme.

Ces quelques lignes sont dédiées d'une part à ceux qui n'ont que la Stasi, le Goulag ou Pol Pot, c'est-à-dire Le Livre noir du communisme à brandir, d'autre part à ceux qui votent « socialiste » ou « écologiste » sans plus se poser de question, ou « Front national » pour emmerder le monde, ou s'abstiennent ayant le dégoût et le désintérêt pour parti, enfin à ceux, les rares, qui au nom de « l'humain » tournent le dos à l'histoire et à la théorie auxquelles ils doivent jusqu'au titre qu'ils revendiquent... j'allais oublier UMP et centrisme, mais la plupart peuvent se reconnaître chez les premiers, ou les seconds.

Le communisme, au sens marxiste du terme, pour ce que je croyais avoir compris, n’est pas un parti, ni une intention, ni une morale, et par conséquent n’est pas une utopie non plus.

Et ceci, même s’il a pu ou peut, comme il ne se prive pas de le faire chez ses rares défenseurs ou partisans et ses quasi universels ignorants ou détracteurs d’aujourd’hui, - ou pourra revêtir l’un ou l’autre de ces oripeaux.

Il est stupéfiant que personne, au moins parmi celles qui s’expriment quelquefois avec les meilleures et touchantes intentions ne semble, ne serait-ce que seulement entrevoir comment il conviendrait sans doute de poser le concept.

Alors que, pour la théorie, il est simplement la forme sociale encore parfaitement indéterminée qui émergera de la période socialiste pendant laquelle le mode de production dominant sera celui de la propriété sociale et non plus privée des moyens de production et d’échange.

Cette position demande évidemment un gros effort intellectuel, sauf le respect dû au lecteur, – et une longue phrase par conséquent difficile à suivre, puisqu’elle demande d’admettre d’abord que le mode de production actuel, capitaliste, c’est-à-dire celui de la propriété privée des moyens de production et d’échange et son corollaire, celui de l’exploitation du travail salarié, n’est pas plus éternel que ne le furent le mode de production primitif encore à l’œuvre chez les peuples qui se survivaient naguère ou peuvent encore exister de manière devenue rarissime au stade du paléolithique, ni que le mode de production esclavagiste, qui survécut jusqu’au XIXe siècle au sein de la civilisation la plus avancée, ni que le mode de production féodal avec lequel la plus grande révolution consciente de l’histoire eut à découdre en Russie, alors que d’un autre côté ce pays développait cependant une industrie capitaliste de production de masse des plus moderne, celle qui fournit l’avant-garde des troupes révolutionnaires.

Ces constations débouchent tout naturellement sur d’autres perspectives, certes réservées seulement à ceux qui peuvent admettre, conceptuellement au moins, le passage à un mode de production supérieur, celui du socialisme, les autres devant suspendre ici leur effort de compréhension : d’abord, qu’il n’est pas question d’imaginer un instant que ce passage puisse s’effectuer sans l’action peu ou prou consciente des masses éclairées et conduites par la théorie.

Depuis Hegel et la Révolution française, dont ce furent les derniers avatars, et l’essor du socialisme en tant que science au XIXe siècle, le temps où l’histoire se faisait massivement dans le dos des peuples est révolu ; ce qui ne veut évidemment pas dire que tout est écrit d’avance, que drames, mésaventures ou erreurs sont écartés par la grâce de la théorie et de l’action.

La vérité de ces dernières est relative dans la pratique bien qu’elle soit absolue dans le principe. Sinon l’avenir, à défaut d’être dépourvu d’épisodes tragiques déjà traversés et prévisibles, serait bien dépourvu de charme et l’appétence pour s’y projeter ferait cruellement défaut.

Ensuite : de même que les autres modes de production et les formes d’organisation politique (démocratie, république, empire, principauté, féodalité, royauté...) et le folklore les accompagnant ont été dominants sans jamais pour autant être exclusifs ( par exemple : esclavage sous la féodalité et le capitalisme, coexistence d’États féodaux et capitalistes, etc), de même le socialisme doit coexister pendant un temps indéterminé avec les formes d’organisation sociale qu’il remplace.

Et cette indétermination est à la base même de ce qui rend impossible de définir le communisme d’un point de vue théorique, – autre que celui-ci : il est l’état de l’humanité qui succèdera au stade du socialisme devenu prépondérant.

D’un point de vue concret maintenant : l’héroïque révolution russe et l’épopée soviétique, la révolution chinoise et ses démêlés actuels avec le capitalisme tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, les luttes des peuples d’Amérique latine, les luttes qui furent vaincues en Afrique, ou victorieuse ailleurs, je pense en particulier au Vietnam, l’épisode du Front populaire en France, voire de la Libération sont autant de pas faits en direction du socialisme et ceci qu’ils se soient proclamés ou se proclament comme tels ou non.

C’est sans doute la raison pour laquelle en France aujourd’hui puissance impérialiste alliée, avec d’autres, de l’impérialisme le plus puissant, la notion de socialisme a été vidée de tout sens par le parti qui porte son nom et qui prétend exercer le pouvoir alors qu’il n’est que la courroie de transmission du grand capital.

Requiescat in pace.

Le 18 novembre (mois de la révolution d’octobre 1917 selon le calendrier julien) 2014

URL de cet article 27420
  

Même Thème
Manifeste du Parti Communiste
Karl MARX
Présentation de l’éditeur " On ne peut prétendre que quelques belles pages peuvent à elles seules changer la face du monde. L’oeuvre de Dante tout entière n’a pas suffi à rendre un saint empereur romain aux Communes italiennes. Toutefois, lorsque l’on parle de ce texte que fut le Manifeste du parti communiste publié par Marx et Engels en 1848 et qui a, indéniablement, exercé une influence considérable sur deux siècles d’histoire, je pense qu’il faut le relire du point de vue de sa qualité littéraire ou, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.