RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Criminalisation des travailleurs en lutte

Solidarité avec les salariés d’Air France

Gilets par balles, armes à la ceinture, arrestations à 6h du matin : non ce ne sont pas des terroristes qui sont interpellés mais bien des salariés d’Air France.

La scène est surréaliste est pourtant elle est bien réelle, dans un pays se targuant d’être garant des libertés syndicales et de la démocratie sociale voilà comment les personnes engagées sont traitées.

Ce n’est pas le premier exemple de discrimination syndicale dans ce pays, des discriminations qui ne font que s’accroître depuis quelque temps, à l’heure justement où nous avons le plus besoin de nos camarades syndicalistes pour faire valoir nos droits.

Il faut rappeler que le nombre de syndiqués ne cessent de diminuer depuis des années. Est-ce la cause d’un affaiblissement de l’engagement ou d’une baisse de la volonté d’une plus grande justice sociale ? Est-ce parce que les salariés sont tant résignés que cela qu’ils préfèrent subir la loi des patrons et des actionnaires sans se défendre ?

La réponse est évidemment non, mais il faut en revanche chercher les causes d’une telle diminution des effectifs.

Lorsque j’avais commencé a écrire ce blog, j’avais rédigé un bref article à propos de la baisse du nombre de syndiqués en France. En fait l’analyse n’a pas changée, la discrimination étant toujours l’une des causes principale de la diminution du nombre de syndiqués.

Que ce soit celle de l’état, et donc du gouvernement, comme ces arrestations viennent de le démontrer.

Ou que ce soit celle au sein de l’entreprise, celle qu’exercent les patrons au quotidien contre les militants syndicalistes. Ceci pouvant également expliquer le faible nombre de participants lors des mobilisations et des journées interprofessionnels.

Le chômage est par ailleurs un excellent argument donné au patronat pour faire pression sur ceux qui auraient l’intention de s’engager. Il est en effet facile de déclarer que des millions d’autres chômeurs attendent une place qui se libère, et qui seraient prêt à travailler pour moins que ça, pour décourager un salarié de s’engager et surtout pour faire en sorte que les revendications deviennent de plus en plus rares

Revenons à présent sur le traitement médiatique de cette affaire de la "chemise". Le déferlement de haine envers les salariés d’Air France a, à lui seul, suffit à résumer la pensée globale des médias et des élites envers la classe ouvrière. Comme tant d’autres camarades je ne condamne pas les ouvriers, je condamne ceux et celles qui vivent du travail et de la sueur des millions de personnes et qui se permettent, parce qu’ils estiment ne pas assez faire de profits, de licencier à tour de bras parfois- souvent- sans justification.

Aucun grand média ou presque pour évoquer la violence du patronat et du capital qui conduit chaque mois des milliers de personnes au chômage, à la misère et à tout ce que cela implique. La perte d’un statut social, parfois le divorce, parfois le suicide. Oui il y a des morts ouvriers mais ceux la personne n’en parle, aucune des personnes qui, au bout des pressions et des menaces, se donnent la mort ne sont jamais évoquer par les mêmes qui sont choquer d’une simple chemise arrachée.

Le gouvernement est en grande partie responsable de ce climat, à force de cadeaux aux patronats, et pourtant il continue à jouer son rôle de protecteur du MEDEF, lorsque par exemple ce mercredi 14 octobre Ségolène Royal déclarait sur BFM/TV qu’elle regrettait qu’un syndicaliste CGT ait refusé de serrer la main au Président. Au cours de cette même interview, elle n’a eu aucun mot sur la violence sociale envers les salariés d’Air France, et ceux des autres entreprises en luttes, qui vont être licenciés parce que les actionnaires ont besoin de plus de dividendes.

En ce qui concerne nos camarades d’Air France, nous avons appris qu’ils seraient jugés en correctionnel le 2 décembre 2015. C’est non seulement un scandale, parce que ces personnes risquent des peines sévères, mais c’est également indicatif de l’état de notre justice. Jamais Sarkozy où Cahuzac n’ont été réveillés à 6h du matin et arrêtés au petit matin devant leurs familles.

Et pourtant, malgré toutes ces discriminations et ces pressions, les salariés d’Air France restent dignes et courageux. En témoigne l’appel du délégué syndical CGT, Michel Fortea qui a déclaré : "Nous demandons la reprise des négociations lors d’une réunion tripartite".

Notons également la rapidité de l’exécution de l’affaire, qui est beaucoup plus lente lorsque ce sont des élites qui sont inculpées.

De plus, jamais nous avons entendu le premier ministre traiter de voyou Jérôme Cahuzac, les Balkany où Jean-François Copé pourtant tous lourdement soupçonnés, au contraire des salariés d’Air France.

La lutte continue donc, elle n’est pas prête de s’arrêter et elle ne s’arrêtera pas tant que la victoire ne sera pas acquise.

»» http://unmilitant.blogspot.fr/2015/10/solidarite-avec-les-salaries-dai...
URL de cet article 29438
  

Cuba Miracles
Ramon CHAO
(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques) Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.