Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie, Mali face à la même équation

Posons naïvement la question : pourquoi la solution politique est-elle si difficile à « passer » dans les crises qui secouent la planète ? Pourquoi l’ingérence militaire étrangère trouve-t-elle des appuis dans ces mêmes crises ? A l’exception du conflit israélo-palestinien qui, pour l’heure, ne bénéficie ni de l’une ni de l’autre solution, en Syrie et au Mali on trouve la pleine illustration de notre naïve question. En Syrie et bien que la solution politique paraît gagner du terrain, rien n’est cependant gagné.

L’émissaire de l’ONU, Lakhdar Brahimi, a rencontré, lundi dernier, le président syrien Bachar Al Assad à qui il a présenté un plan russo-américain qui prévoit l’installation d’un gouvernement de transition qui aura à préparer l’élection présidentielle en 2014.
Dans ce plan, le président Assad devra se contenter d’un rôle honorifique jusque-là et s’engager à ne pas être candidat à la présidentielle prévue. Le président syrien ne serait pas d’accord sur ce dernier point. Il ne comprend pas pourquoi il ne pourrait pas soumettre démocratiquement sa candidature aux Syriens. La partie adverse, c’est-à -dire l’opposition, ne veut rien entendre du message de paix de Brahimi. Elle veut le départ de Bachar Al Assad comme préalable à toute solution de règlement. Pourquoi ? Est-ce que l’opposition ne fait pas confiance à la démocratie ? Au choix souverain du peuple ? Ce serait pourtant une belle victoire pour elle si Bachar Al Assad est écarté par la voie des urnes. Nous avons la naïveté du pape Benoît XVI qui, dans sa bénédiction de Noël, hier, appelle à garder intact l’espoir d’un règlement pacifique même dans les situations difficiles comme en Syrie et au Mali. En effet, comment peut-on concevoir une intervention militaire étrangère au Mali sans avoir restauré l’Etat ?

Sans avoir réunifié les Maliens ? Les partisans de la solution militaire jurent que la force africaine sera déployée pour aider l’armée malienne. L’Occident jure qu’il n’enverra pas de troupes à terre mais se contentera d’une aide logistique. Dans quel Etat se trouve l’armée malienne pour accueillir la force africaine et la logistique occidentale ? Alors que le bons sens et la démocratie commandent à remettre en place les institutions maliennes, rallier tous les Maliens, y compris ceux qui sont au Nord, pour combattre les mercenaires étrangers regroupés sous divers sigles d’organisations terroristes et qui veulent imposer leur loi à la population.

On ne combat pas des terroristes avec les moyens classiques d’une armée. Notre naïveté nous fait croire que couper les terroristes de la population civile qui aidera l’armée par le renseignement est une condition sine qua non dans le règlement de la crise qui secoue le Mali. Le Mnla et Ansar Eddine représentent précisément cette population civile du Nord. Avec leur concours, le sort des terroristes est scellé. Dans le cas contraire, les forces de la Cédéao vont vers une défaite certaine contre un ennemi invisible et très mobile dans l’immensité du désert. Que se passera-t-il alors ? Et c’est là que les va-t-en guerre veulent arriver. C’est sur une telle situation qu’ils appuieront la nécessité d’une intervention militaire directe des troupes occidentales. Pour parvenir à la « sahélisation » programmée. C’est-à -dire délocaliser le terrorisme international de l’Afghanistan au Sahel. Entre les « démocrates » qui refusent ce droit au peuple syrien de retirer par les urnes sa confiance à Al Assad et les dirigeants de la Cédéao qui envoient leurs troupes au casse-pipe garanti, il y a une convergence qui n’échappe à personne. Jusque-là la solution politique tant en Syrie qu’au Mali semble faire consensus dans le monde. C’est la « naïveté » qui l’emporte !

lexpressiondz.com

URL de cet article 18782
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.