RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tempête dans les campus aux États-Unis

Du jamais-vu dans les campus étasuniens. Un communiqué signé par une trentaine d’organisations estudiantines a mis le feu aux poudres, notamment à l’Université Harvard. On y lit, notamment, que le collectif considère « le régime israélien entièrement responsable de la violence » dans les territoires palestiniens illégalement occupés et à Ghaza. Le soutien inconditionnel de l’administration Biden et les propos incendiaires du président des EU n’ont pas trompé l’opinion dans son ensemble, au contraire. En endossant des faits et des méfaits impensables, le probable candidat à l’élection de 2024 dont le but est de rafler la mise face au tempétueux Donald Trump avec le concours de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) semble avoir irrité un électorat hispaniste traditionnellement acquis au camp démocrate. Il a, en tout cas, embrasé les campus des grandes universités dont certaines prestigieuses et source de futurs dirigeants.

Que ce soit à Harvard, à l’Université de New York (NYU) ou Stanford, le débat est explosif et les rixes entre étudiants, enseignants et responsables administratifs, à la hauteur des joutes qui enflamment les réseaux sociaux et le complexe politico-médiatique. Pour les protestataires de Harvard, l’offensive du Hamas « n’est pas venue du néant » mais découle de « la violence israélienne (qui) structure le moindre aspect de l’existence des Palestiniens depuis 75 ans ». On ne saurait être plus clair. Le courage des étudiants mérite un hommage appuyé car il est facteur de cursus brisés, voire de vies menacées, dans la première des démocraties occidentales. Un homme d’affaires sioniste a exigé que la liste des signataires soit rendue publique, provoquant un cyberharcèlement (doxxing). S’y ajoute la réaction de l’ancien secrétaire au Trésor, Lawrence Summers, qui se dit « écœuré » tandis qu’un obscur élu du Massachussetts qualifie les universités de « moralement corrompues » et fustige leur « lâcheté morale ». Bombarder impunément et sans risque aucun des milliers d’enfants et de femmes à Ghaza n’est évidemment pas de la « lâcheté morale ».

L’anathème n’a pas tardé pour imposer le silence dans les rangs et remettre les pendules à l’heure sioniste. La présidente d’Harvard, Claudine Gay, a dû faire pénitence. Stanford qui refuse de condamner les propos de ses étudiants est clouée au pilori. La présidente de l’association estudiantine NYE qui exclut de « condamner la résistance palestinienne », une professeure de Yale limogée pour avoir taxé Israël d’« État colon, génocidaire et meurtrier » ont subi la vindicte de plus de 4 4000 pétitionnaires déchaînés au point que tous s’accordent à dire que « c’est vraiment, vraiment effrayant d’être Palestinien aujourd’hui ».

Dans des États-Unis où les administrations démocrate et républicaine affichent un soutien absolu à Israël, le feu hispanique couve sous la cendre.

»» https://www.lexpressiondz.com/editorials/tempete-dans-les-campus-americains
URL de cet article 39034
  

Même Thème
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois. »

Goethe

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.