Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trois mots sur Thatcher

Ce qu’était le Thatchérisme me fut révélé un matin de rentrée des classes dans un petit village résidentiel du Yorkshire au début des années 1980. Une manière d’épiphanie.

J’accompagnais des amis anglais, conservateurs bon teint, qui inscrivaient leurs enfants dans l’école publique du village. Je fus décontenancé de voir des parents sortir de leur portefeuille des billets de cinq livres et les donner à tel ou tel membre du personnel de l’école. De quelles mystérieuses transactions s’agissait-il ?

Des coupes sombres - et même claires - ayant sérieusement affecté l’enseignement (je ne parle même pas de la suppression de la pinte de lait quotidienne par Thatcher quand elle avait été ministre de l’Éducation et des Sciences au début des années soixante-dix), les écoles durent trouver de nouvelles ressources. D’où, dans cette école comme dans d’autres, la création de clubs de toutes sortes (photo, football, philatélie, aéromodélisme etc.) que les enfants ne pouvaient fréquenter que contre espèces sonnantes et trébuchantes. Comme je me trouvais dans un environnement bourgeois et de droite, je n’entendis aucune récrimination parentale.

Le mythe fondateur de Maggie, c’est sûrement le père qui, épicier et brièvement maire de sa ville, fut le premier membre de la famille à sortir de la condition ouvrière. Sans oublier non plus l’humiliation qu’elle put connaître alors que, étudiante, elle fréquenta un jeune de la haute société. La famille du joli coeur refusa de la recevoir.

Intellectuellement, Thatcher fut un mélange d’idéologie dure et de pragmatisme débridé. Le credo de toute son existence est connu : « la société, ça n’existe pas » (There is no such thing as society), sauf, bien entendu, lorsqu’elle reçut diverses bourses durant toute sa scolarité et qu’elle bénéficia, à partir de 1945, de la gratuité totale des soins. Dans le domaine religieux, elle abandonna le méthodisme rigoriste et très petite-bourgeoisie de ses parents pour l’anglicanisme plus établi et plus chic de son riche mari divorcé. Comme parlementaire chevronnée, Thatcher fut une artiste en matière de négociations et de compromis.

Lorsqu’elle parvient au 10 Downing Street, elle rompt avec le consensus d’après-guerre, connu pour les Britanniques sous le nom de " Butskellism " , mot-valise forgé à partir de Butler (conservateur progressiste) et Gaitskell (travailliste modéré). L’héritage d’un État providence accepté par la droite, Thatcher va le refuser. En détruisant ce qui coûte et en privatisant ce qui rapporte. A Leeds, pour ne donner que cet exemple, j’ai assisté à une révolution dans les transports publics. Du jour au lendemain, la régie municipale dut laisser la place à des compagnies privées. On vit alors trente sociétés se battre pour le centre de la ville tandis que les quartiers périphériques étaient délaissés. La jungle libérale dans toute sa splendeur.

Par diverses lois et par le naufrage des industries traditionnelles, Thatcher affaiblit un syndicalisme jusqu’alors puissant, et elle insulta la dignité et l’intelligence de la classe ouvrière en criminalisant sa résistance. Comme son modèle Churchill dans l’entre-deux-guerres. Elle développa un discours idéaliste sur la réussite par l’effort, la prééminence de la famille (la sienne n’eut rien d’exemplaire) et de la propriété privée. Elle s’aligna sur les États-Unis reaganiens, fut hostile à l’Europe tout en sachant très subtilement exploiter les contradictions entre la France et l’Allemagne. Elle glorifia les valeurs de décence (sauf pour faire mourir Bobby Sands à petit feu) et de parcimonie, alors qu’autour d’elle ce ne fut qu’enrichissement fulgurant et corruption. Durant son règne de onze ans, la société britannique devint de plus en plus clivée et violente. Dans ce pays où l’on ne prenait pas forcément garde de fermer la porte à clé quand on partait de chez soi, toutes les habitations furent munies d’alarmes. Uni, le royaume devint désuni, avec des régions partant à la dérive et des millions de chômeurs et de précaires qui ne pouvaient plus se payer un morceau de viande. Les familles se décomposèrent. Je n’en mettrais pas ma main au feu, mais je pense qu’il n’est pas totalement fortuit que les deux grands drames footballistiques des années 1980 (Le Heysel et Sheffield, 140 morts en tout) impliquèrent des équipes anglaises. Le symptôme de maux très profonds.

Pour masquer les dégâts, en particulier ceux concernant les chômeurs, les services de Thatcher inventèrent quatorze (14 !) manières successives de les compter. Preuve que la fille d’épicier pouvait faire dire aux chiffres ce qu’elle voulait. Le nombre des Britanniques propriétaires de leurs maisons augmenta substantiellement, tandis que celui des actionnaires tripla. Tout comme le nombre des familles vivant en dessous du seuil de pauvreté. Les plus pauvres virent leurs revenus baisser de 10% en dix ans ; ceux des plus riches augmentèrent de 60% dans le même temps.

Thatcher citait son père à tout bout de champ, se servant de son enseignement dans ses discours sur la moralité, mais elle ne lui rendait jamais visite. Elle n’a jamais rien dit de sa mère, décédée en 1960, sauf pour mentionner qu’elle lui avait appris à repasser les chemises de son futur mari...

Lorsque son Alzheimer fut rendu public, je fis la proposition suivante dans les colonnes de je ne sais plus quel site de gauche : on prend la Maggie, on la plante toute seule à Piccadilly Circus et là , au nom du libéralisme, de la philosophie de Hayek, de sa propre philosophie, on la laisse se débrouiller.

Je reçus une bordée d’insultes.

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 20098
   
Même Auteur
Eric Hazan. Changement de propriétaire. La guerre civile continue. Le Seuil, 2007
Bernard GENSANE
Très incisif et très complet livre du directeur des éditions La Fabrique (qui publie Rancière, Depardon, Benjamin etc.), ce texte n’est pas près de perdre de son actualité. Tout y est sur les conséquences extrêmement néfastes de l’élection de Sarkozy. Je me contenterai d’en citer le sombrement lucide incipit, et l’excipit qui force l’espoir. « Dimanche 6 mai 2007. Au bureau de vote, la cabine dont on tire les rideaux derrière soi pour mettre son bulletin dans l’enveloppe s’appelle un isoloir. On voit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un socialiste est plus que jamais un charlatan social qui veut, à l’aide d’un tas de panacées et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit.

Friedrich Engels


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.