RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Ukraine : pourquoi le Pentagone et la CIA détestent Julian Assange. »

Comme presque tout le monde le sait, la haine que les responsables américains vouent à Julian Assange est sans limites. Pendant des années, ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour le détruire, l’isoler, le persécuter, le poursuivre, l’incarcérer, le torturer et le traquer jusqu’à la mort. Ils ont même envisagé de l’assassiner par le biais de leur pouvoir d’assassinat omnipotent et non révisable, un pouvoir que l’establishment de la sécurité nationale des États-Unis exerce régulièrement sans aucune interférence du pouvoir judiciaire fédéral ou du Congrès.

Pourquoi détestent-ils tant Assange ?

Parce qu’il a divulgué au peuple américain des secrets de la face cachée de l’establishment sur la sécurité nationale des États-Unis. Dans une structure gouvernementale de type État de sécurité nationale, c’est l’une des infractions les plus graves qu’une personne puisse commettre.

Prenons, par exemple, un certain câble (illustration : V.F) que l’organisation d’Assange, WikiLeaks, a révélé au monde. Le câble a été envoyé en 2009 - il y a 13 ans - par William J. Burns, l’ambassadeur américain en Russie.

Câble a été envoyé en 2009 - par William J. Burns, l’ambassadeur américain en Russie

Il a déclaré en partie :

L’élargissement de l’OTAN, en particulier à l’Ukraine, reste une question « émotionnelle et névralgique  » pour la Russie, mais des considérations de politique stratégique sous-tendent également une forte opposition à l’adhésion à l’OTAN pour l’Ukraine et la Géorgie. En Ukraine, il s’agit notamment des craintes que la question puisse potentiellement diviser le pays en deux, conduisant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, qui obligerait la Russie à décider d’intervenir ou non. De plus, le GOR et les experts continuent d’affirmer que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN aurait un impact majeur sur l’industrie de la défense russe, les relations familiales russo-ukrainiennes et les relations bilatérales en général…
...Lors de son examen annuel de la politique étrangère de la Russie les 22 et 23 janvier (réf. B), le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, a souligné que la Russie devait considérer l’expansion continue de l’OTAN vers l’est, en particulier vers l’Ukraine et la Géorgie, comme une menace militaire potentielle. Alors que la Russie pourrait croire les déclarations de l’Occident selon lesquelles l’OTAN n’est pas dirigée contre elle, lorsqu’on examine les récentes activités militaires dans les pays de l’OTAN (établissement de sites d’opérations avancées des États-Unis, etc.), il faut les évaluer non pas en fonction des intentions déclarées, mais en fonction du potentiel..... Si la Russie s’est fortement opposée à la première vague d’élargissement de l’OTAN au milieu des années 1990, elle se sent aujourd’hui capable de répondre plus fermement à ce qu’elle perçoit comme des actions contraires à ses intérêts nationaux.

Maintenant, gardez à l’esprit quelque chose d’important : l’ambassadeur américain Burns est devenu directeur de la CIA le 19 mars 2021. Pourquoi est-ce important ? Parce que Burns a été le directeur de la CIA pendant près d’un an avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

En d’autres termes, le câble de Burns constitue une preuve concluante que le Pentagone et la CIA savaient avec une certitude absolue quelle serait la réponse de la Russie s’ils menaçaient de faire absorber l’Ukraine par l’OTAN. Comme d’autres et moi-même l’avons souligné, en menaçant d’absorber l’OTAN, le Pentagone et la CIA ont sciemment, intentionnellement et délibérément acculé la Russie à faire un choix intenable : (1) permettre à l’Ukraine de rejoindre l’OTAN, ce qui permettrait au Pentagone et à la CIA d’installer des bases militaires, des missiles, des chars, des troupes et d’autres armements à la frontière de la Russie, ou (2) envahir l’Ukraine pour empêcher que cela ne se produise (Voir mes articles « Démanteler l’État de sécurité nationale des États-Unis, maintenant » et « Le mal et la malveillance de la brillante stratégie du Pentagone en Ukraine ». Voir également « Tout revient à l’OTAN » de Ron Paul. »)

Voyez-vous pourquoi ils détestent autant Assange ? Voyez-vous pourquoi ils l’ont poursuivi si violemment ? Si WikiLeaks n’avait pas révélé le câble de Burns, le Pentagone et la CIA auraient pu agir en toute innocence et qualifier quiconque décrivant leur stratégie de « théoricien du complot ». La divulgation du câble de Burn a exclu cette possibilité et a révélé comme une certitude absolue que le Pentagone et la CIA savaient que la Russie, une fois placée dans le coin où le Pentagone et la CIA la manœuvraient, choisirait d’envahir l’Ukraine plutôt que de permettre au Pentagone et la CIA pour installer leurs bases militaires, missiles, chars, troupes et autres armes à la frontière russe.

Je vous pose une question simple : Qu’est-ce qui est le plus maléfique : L’invasion de l’Ukraine par la Russie ou les manœuvres politiques du Pentagone et de la CIA qui ont entraîné l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? Après tout, au risque d’énoncer une évidence, le simple fait que l’invasion de l’Ukraine par la Russie est un mal ne transforme pas la stratégie du Pentagone et de la CIA pour inciter la Russie à envahir l’Ukraine en quelque chose de bien. Malgré le mal de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le jeu politique du Pentagone et de la CIA qui a produit l’invasion de l’Ukraine par la Russie reste également maléfique et est peut-être encore plus maléfique.

Remarquez quelque chose d’important à propos de la presse américaine grand public. Ils se concentrent exclusivement sur le mal que représente l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ils ne mentionnent même pas le mal que représentent les jeux politiques du Pentagone et de la CIA qui ont entraîné l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Pourquoi cela ?

Le Pentagone et la CIA ont de nombreux atouts au sein de la presse grand public. Toute personne qui pense honnêtement que la CIA a abandonné son programme Operation Mockingbird après qu’il a été rendu public souffre d’une extrême naïveté. Pourquoi la CIA abandonnerait-elle un programme dans le cadre duquel les journalistes de la presse grand public sont disponibles pour débiter la propagande de l’establishment de la sécurité nationale chaque fois qu’ils sont sollicités ?

Mais qu’en est-il des étatistes américains, notamment ceux qui s’indignent de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? Pourquoi ne sont-ils pas aussi indignés par les manœuvres politiques du Pentagone et de la CIA que par l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? Eux aussi se concentrent exclusivement sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, sans s’attarder sur le rôle maléfique que le Pentagone et la CIA ont joué dans la production de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Après tout, la condamnation des deux événements ne s’exclut pas mutuellement. On peut facilement condamner les deux. Voir, par exemple, l’excellent article d’Andrew Bacevich, "Les États-Unis ne peuvent pas s’exonérer de leur responsabilité dans l’invasion de l’Ukraine par Poutine" (« US Can’t Absolve Itself of Responsibility for Putin’s Ukraine Invasion »).

La réponse réside dans l’extrême refus des étatistes américains de critiquer ou de condamner l’establishment de la sécurité nationale américaine. Le Pentagone, la CIA et la NSA, qui sont les trois principales composantes de l’establishment de la sécurité nationale des États-Unis, sont un dieu trinitaire pour les étatistes américains, pas différent du dieu trinitaire que les chrétiens américains adorent le dimanche. C’est pourquoi, par exemple, les étatistes américains ont applaudi lorsque le Pentagone et la CIA ont fait aux populations d’Irak et d’Afghanistan la même chose que la Russie fait maintenant aux populations d’Ukraine.

Après tout, au cours des dernières années, voire des derniers mois, les étatistes américains auraient pu protester massivement contre la façon dont le Pentagone et la CIA utilisaient l’OTAN pour provoquer intentionnellement, sciemment et délibérément l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ces protestations auraient pu faire pression sur le Pentagone et la CIA pour qu’ils demandent au président Biden de renoncer publiquement à l’absorption de l’Ukraine par l’OTAN. Si Biden avait fait cette simple annonce, il n’y aurait jamais eu d’invasion russe en Ukraine, et tous ces soldats russes et Ukrainiens morts seraient encore en vie aujourd’hui.

Mais comme nous le savons tous, aucune manifestation de ce genre n’a jamais eu lieu. Étant donné leur dévotion inébranlable à leur dieu politique trinitaire, les étatistes américains ne pouvaient même pas concevoir de s’engager dans une voie qui, pour eux, serait "antipatriotique" - une voie qui impliquerait une opposition ouverte à leur dieu politique trinitaire. C’est sans doute la raison principale du silence qui caractérise aujourd’hui les étatistes américains face à ce que les jeux politiques du Pentagone et de la CIA envers la Russie ont provoqué pour le peuple ukrainien.

Il convient de mentionner le résultat des jeux politiques du Pentagone et de la CIA. Mort et destruction massives en Ukraine : Un nouvel (et ancien) ennemi officiel des États-Unis qui suscite désormais l’ire du monde entier. Un ralliement massif au Pentagone et à la CIA, peut-être même plus que pendant la guerre froide ou après les attentats du 11 septembre. Des largesses illimitées financées par les impôts qui inondent les coffres du Pentagone, de la CIA, de la NSA et de leur armée toujours plus nombreuse d’entrepreneurs de la "défense". Un pouvoir omnipotent toujours plus grand de l’establishment de la sécurité nationale au sein de la structure gouvernementale fédérale américaine. Toujours plus de dépenses fédérales, de dettes et d’inflation. La destruction toujours plus grande des droits et des libertés du peuple américain. Une plus grande possibilité de guerre nucléaire totale entre la Russie et les États-Unis.

Mais au moins, les jeux mortels, vicieux et destructeurs du Pentagone et de la CIA sont là pour tous ceux qui veulent les voir. Faut-il se demander pourquoi ils détestent Julian Assange ?

Jacob G. Hornberger

Ce message a été écrit par : Jacob G. Hornberger, fondateur et président de la Fondation The Future of Freedom. Il est né et a grandi à Laredo, au Texas, et a obtenu une licence en économie au Virginia Military Institute et un diplôme de droit à l’Université du Texas. Il a été avocat pendant douze ans au Texas. Il a également été professeur adjoint à l’université de Dallas, où il a enseigné le droit et l’économie. En 1987, M. Hornberger a quitté la pratique du droit pour devenir directeur des programmes de la Foundation for Economic Education. Il a défendu la liberté et les marchés libres sur des stations de radio dans tout le pays, ainsi que dans les émissions de Neil Cavuto et de Greta van Susteren sur Fox News, et il est apparu comme commentateur régulier dans l’émission Freedom Watch du juge Andrew Napolitano. Vous pouvez consulter ces interviews sur LewRockwell.com et sur Full Context.

Rajout illustration du câble de William J. Burns : Unity4JFrance

Article d’origine : https://www.fff.org/2022/03/02/ukraine-why-the-pentagon-and-the-cia-hate-julian-assange/

Traduction : Unity4JFrance https://vk.com/@toutelafranceavecassange-ukraine-pourquoi-le-pentagone...

URL de cet article 37803
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.