RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un discours et des menaces atterrants

L’arrogant et belliqueux discours prononcé par le président des Etats-Unis devant l’Assemblée générale des Nations unies a atterré la majorité de ceux qui l’ont écouté. De l’aveu d’observateurs qui suivent depuis longtemps les déroulements des assemblées générales onusiennes, jamais chef de l’Etat, même américain, n’a prononcé un discours de la sorte qui n’a été rien d’autre qu’une suite de digressions malvenues sur ce que devrait être l’ONU selon Donald Trump et de menaces à l’encontre des pays avec lesquels l’Amérique est en mauvais termes.

Les réactions à la prestation du président américain ont été de consternation chez ceux qui l’ont pensé acquis à la vision multilatérale de la gouvernance du monde dont l’ONU en est l’enceinte et de réprobation outrée chez ceux à qui ses menaces et violences verbales ont été destinées. Tous ont compris néanmoins que l’Amérique de Donald Trump est de « retour » non pas pour mettre sa puissance et son influence au service de la concorde et de la concertation entre les nations du monde mais en affichant sa volonté d’imposer son leadership mondial. Manichéen jusqu’à en être ridicule, Donald Trump a mis tous les Etats qui contestent l’hégémonisme américain aux conséquences désastreuses pour la paix dans la liste des Etats « voyous » et proféré à leur encontre d’abominables menaces. Même des alliés de l’Amérique n’ont pas été épargnés par le belliqueux orateur qui leur a intimé que le seul multilatéralisme dans la conduite des affaires du monde est celui qui reconnaît à son pays le droit d’agir en leader incontesté.

Le multilatéralisme, Donald Trump en a hypocritement loué les valeurs au début de son discours mais pour très vite donner à comprendre ensuite que ce n’est pas sa vision et que sous sa présidence la politique étrangère américaine ne s’y pliera pas. La force et encore la force. Voilà ce que s’annonce être l’arme que le président des EU entend mettre au service de sa politique étrangère. Venant d’un homme d’Etat qui est à la tête de la plus grande puissance mondiale, la violence des propos qu’il a tenus devant l’Assemblée générale a de quoi inquiéter et pas seulement les Etats à qui il s’en est pris ouvertement. Elle fait entrevoir en effet que le monde court le risque de confrontations apocalyptiques qui seront causées par les faux calculs que Donald Trump pourrait faire en exagérant l’impact dissuasif de ses menaces et de sa détermination à user de la force militaire des Etats-Unis.

Trump ne veut pas voir que la politique d’unilatéralisme qui a été celle de son pays depuis la disparition de l’Union soviétique n’est plus tolérable pour de plus en plus d’Etats qui s’estiment légitimement être des acteurs dont les intérêts, le poids et l’influence ne peuvent être ignorés et leur donnent droit à inférer sur la gouvernance mondiale. Au Moyen-Orient, la réalité de l’obsolescence de la politique unilatéraliste de l’Amérique s’est dramatiquement révélée et c’est ce qui peut-être a incité Donald Trump à faire étalage de la puissance américaine dans une tentative d’intimidation à l’endroit des Etats qui en ont fait la démonstration dans cette région et sont tout autant à le faire ailleurs là où l’Amérique s’aviserait d’entrer en confrontation avec eux.

URL de cet article 32339
  

Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.