Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Un discours et des menaces atterrants

L’arrogant et belliqueux discours prononcé par le président des Etats-Unis devant l’Assemblée générale des Nations unies a atterré la majorité de ceux qui l’ont écouté. De l’aveu d’observateurs qui suivent depuis longtemps les déroulements des assemblées générales onusiennes, jamais chef de l’Etat, même américain, n’a prononcé un discours de la sorte qui n’a été rien d’autre qu’une suite de digressions malvenues sur ce que devrait être l’ONU selon Donald Trump et de menaces à l’encontre des pays avec lesquels l’Amérique est en mauvais termes.

Les réactions à la prestation du président américain ont été de consternation chez ceux qui l’ont pensé acquis à la vision multilatérale de la gouvernance du monde dont l’ONU en est l’enceinte et de réprobation outrée chez ceux à qui ses menaces et violences verbales ont été destinées. Tous ont compris néanmoins que l’Amérique de Donald Trump est de « retour » non pas pour mettre sa puissance et son influence au service de la concorde et de la concertation entre les nations du monde mais en affichant sa volonté d’imposer son leadership mondial. Manichéen jusqu’à en être ridicule, Donald Trump a mis tous les Etats qui contestent l’hégémonisme américain aux conséquences désastreuses pour la paix dans la liste des Etats « voyous » et proféré à leur encontre d’abominables menaces. Même des alliés de l’Amérique n’ont pas été épargnés par le belliqueux orateur qui leur a intimé que le seul multilatéralisme dans la conduite des affaires du monde est celui qui reconnaît à son pays le droit d’agir en leader incontesté.

Le multilatéralisme, Donald Trump en a hypocritement loué les valeurs au début de son discours mais pour très vite donner à comprendre ensuite que ce n’est pas sa vision et que sous sa présidence la politique étrangère américaine ne s’y pliera pas. La force et encore la force. Voilà ce que s’annonce être l’arme que le président des EU entend mettre au service de sa politique étrangère. Venant d’un homme d’Etat qui est à la tête de la plus grande puissance mondiale, la violence des propos qu’il a tenus devant l’Assemblée générale a de quoi inquiéter et pas seulement les Etats à qui il s’en est pris ouvertement. Elle fait entrevoir en effet que le monde court le risque de confrontations apocalyptiques qui seront causées par les faux calculs que Donald Trump pourrait faire en exagérant l’impact dissuasif de ses menaces et de sa détermination à user de la force militaire des Etats-Unis.

Trump ne veut pas voir que la politique d’unilatéralisme qui a été celle de son pays depuis la disparition de l’Union soviétique n’est plus tolérable pour de plus en plus d’Etats qui s’estiment légitimement être des acteurs dont les intérêts, le poids et l’influence ne peuvent être ignorés et leur donnent droit à inférer sur la gouvernance mondiale. Au Moyen-Orient, la réalité de l’obsolescence de la politique unilatéraliste de l’Amérique s’est dramatiquement révélée et c’est ce qui peut-être a incité Donald Trump à faire étalage de la puissance américaine dans une tentative d’intimidation à l’endroit des Etats qui en ont fait la démonstration dans cette région et sont tout autant à le faire ailleurs là où l’Amérique s’aviserait d’entrer en confrontation avec eux.

URL de cet article 32339
   
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.