Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Une France qui n’a pas toujours aimé la guerre

Depuis les règnes de Sarkozy et de Hollande, la France est vouée à la guerre, à toutes les guerres, et peut-être à celle qui sera décidément belle et massacrante : elle ferait repartir le taux de croissance vers les sommets anciens... Qu'espérer d'autre de la vie en société capitaliste, colonialiste et impérialiste ?

La guerre sera donc fraîche, et belle à voir... à la télévision. Déjà que celle de 1914-1918 l’est bien devenue, à son tour, en cette année du centenaire de son déclenchement.

Dans son ouvrage, remarquable de finesse et de lucidité : Héroïsme politique et désir de pouvoir, publié en 2013 chez Colonna Edition, Francis Arzalier nous offre, par son travail d’analyse de sept destins militants parallèles et contrastés qui ont pour élément commun d’entretenir un rapport plus ou moins affirmé avec la diaspora corse, et de se déployer, pour l’essentiel, dans la première moitié du XXème siècle, une occasion rare de faire le point sur certaines des raisons qui ont conduit le peuple de France au marasme politique actuel.

Dans ce livre, tout se joue en liaison étroite avec l’histoire même du Parti communiste français... Or, nous allons découvrir, grâce à Francis Arzalier, ce que nous avions peut-être totalement perdu de vue, à moins que nous ne l’ayons jamais su.

Évoquant l’image de la révolution russe dans l’opinion française deux ans après la fin de la première guerre mondiale, Francis Arzalier écrit :

"Elle se résume aux quelques proclamations de Lénine qui entraînèrent indubitablement l’adhésion de la majorité des peuples de Russie en 1917 : « La terre aux paysans, les usines aux ouvriers, et la paix immédiate ». De ces trois annonces léninistes, mises en oeuvre sur le champ de bataille même à l’est, la dernière est la plus importante." (page 30)

Sans qu’il soit besoin de s’étendre longuement ici sur cette question, nous voyons que les deux premiers thèmes renvoient au travail de production et à l’appropriation collective ou privée des moyens de production. C’est donc la sphère de l’exploitation en temps de paix.

Le troisième thème réduit la même thématique de domination au seul temps de guerre.

En conséquence, voici, pour 1920, une phrase essentielle :

"Le PCF naît donc à Tours, de diverses mouvances, sur une base pacifiste plus que d’une adhésion absolue à toutes les thèses léninistes, comme la suite le prouvera." (page 31)

D’où il nous faut déduire que l’exploitation de l’être humain par l’être humain dans sa version "pacifiée" ne se présentait pas comme un problème à résoudre d’urgence et en y mettant les moyens.

Certains diraient qu’il s’agissait ici de la "douce France"... C’est sur ce terrain qu’est né le futur PCF. Qui oserait en vouloir à ses militantes et militants ?

Or, voici justement l’un de ces militants. Il est lycéen à Marseille et il participe, au tout début des années 20, à une distribution de tracts qui appellent les conscrits à ne jamais tirer sur les travailleurs en lutte pour leur pain. Il va être condamné à un mois de prison avec sursis... après avoir passé quarante jours à la prison Chave.

Francis Arzalier nous livre ce que pouvait être le contenu de la protestation répandue dans les rues par ce jeune homme qui devait être fusillé par les Allemands le 15 décembre 1941 au Mont Valérien, après avoir été remis à ceux-ci par les autorités françaises : il était communiste et s’appelait Gabriel Péri.

Lisons :

« Camarade conscrit ! Ouvrier ! Paysan !

Tu vas être appelé sous les drapeaux tricolores. Tu es un homme aujourd’hui. Demain tu seras une machine, un jouet entre les mains d’un chef, ton ennemi ! Après-demain, on te fera tuer sans que tu saches pourquoi. On t’a dit que c’était pour accomplir ton devoir envers la Patrie.

On t’a menti !

Pour défendre la Patrie, il te faudrait commencer par en avoir une. Les hommes qui volent le travail des autres leur ont volé leur Patrie. Par suite, sous le régime capitaliste, il n’y a pas de défense nationale pour les travailleurs.

Dans une nation de 37 millions d’hommes, la Patrie est la propriété exclusive de 200 000 privilégiés tout au plus. Ils la font défendre ou ils la trahissent, selon leur intérêt du moment. Banquiers, chefs d’industrie, actionnaires du rail, de la mine, se sont achetés des ministres, un Parlement et une diplomatie à eux. Maîtres de la paix ou de la guerre, trafiquants de la vie et de la mort des autres, ce sont eux qui, dans tous les pays du monde, ont été les vainqueurs de la grande guerre. » (pages 38-39)

Songeons à la France d’aujourd’hui, et encore à elle pour ce qui suit :

« Camarade de la classe 21 !

Au Maroc, en Syrie, une guerre de rapine t’appelle. » (page 39)

Quelques mois plus tard, Gabriel Péri prend lui-même la plume... Francis Arzalier nous raconte de quelle façon :

"Il publie dans le no 22 du Conscrit, un texte ravageur titré sans ambiguïté « Nous sommes antimilitaristes », qui lui vaut une inculpation devant la 2e chambre correctionnelle de Paris, avec Paul Vaillant-Couturier. Parallèlement, puisqu’il ne s’agit en rien d’un geste isolé, il multiplie les interventions à des meetings, à Montmartre, avec d’autres orateurs des JC [Jeunesses communistes], avec des dirigeants du PCF, Treint et Frossard, Pioch et Méric, et lors de manifestations dans les rues de Paris." (pages 42-43)

La France était-elle donc particulièrement accueillante à cette jeunesse frondeuse des lendemains de la grande boucherie qui avait fauché ses aînés à peine plus âgés qu’elle ? Ici Francis Arzelier nous dit le prix que la bourgeoisie sait faire payer au lendemain de folies meurtrières qui sont pourtant bien le fruit de son règne sur la population travailleuse :

"Son emprisonnement, le deuxième, à Paris, sera plus éprouvant que le séjour carcéral marseillais. Le 11 mai 1923, il entame une grève de la faim, avec ses co-détenus, l’Allemand Hoellein et cinq anarchistes accusés des mêmes méfaits antimilitaristes. Le dixième jour, il est transporté exsangue, à l’hôpital Cochin, et réalimenté de force. L’instruction se poursuit malgré la campagne de L’Humanité, et finalement Péri est condamné en correctionnelle, le 3 décembre 1923, à six mois de prison, dont il a fait une bonne partie en préventive." (page 43)

Et pourtant, rien, là, ne venait remettre en cause la domination économique de la bourgeoise.

De même qu’aujourd’hui, intervenir pour mettre un terme aux agissements criminels des présidents de la république française, ce ne serait pas toucher un cheveu du système capitaliste. Essayez donc, pour voir...

Le livre de Francis Arzalier peut être trouvé et acquis ici.

A lire également sur Gabriel Péri, dans Le Grand Soir [LGS]

»» http://www.cunypetitdemange.sitew.com
URL de cet article 27392
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.