RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela : Le coup d’Etat de Chávez, Pascual Serrano.




Chavez dans le Bronx, septembre 2005. Jennifer Szymaszek / AP






Rebelión, 17 août 2007.


Je vous parle d’un pays européen qui a pour Chef d’Etat, à vie et avec un caractère héréditaire, un citoyen qui n’a jamais été élu par personne. Dans ce pays, tous les medias, la grande presse, les chaînes de télévision ainsi que leurs éditorialistes, sont hautement indignés et fortement préoccupés parce que dans un lointain pays d’Amérique les habitants s’apprêtent à voter par référendum pour décider s’ils veulent, oui ou non, pouvoir réélire une personne comme Président autant de fois qu’ils le jugeront bon. Cette disposition est déjà en vigueur, notez bien, dans ce pays européen dont je vous parle et dans tous les autres pays qui l’entourent. Je suis en train de vous parler des médias espagnols et de la reforme constitutionnelle au Venezuela.

Au Venezuela, exactement comme il l’avait promis dans son programme électoral avant d’être élu en décembre 2006, le Président a présenté devant le Parlement un projet de réforme constitutionnelle dont les législateurs vont débattre, qui sera ensuite porté à la connaissance de la population des villes et des « barrios » pour être discuté et qui sera soumis à référendum. Le journal El Paà­s a titré : « Chávez présente la reforme constitutionnelle qui va lui permettre de gouverner indéfiniment » sans se soucier le moins du monde de répéter son titre de la veille qui était le même : « Chávez présente devant le Parlement sa proposition de réélection indéfinie ». De son côté, El Mundo titre : « Chávez présente comme « socialiste » sa réélection indéfinie » et le journal ABC titre : « Hugo Chávez présente son plan pour rester perpétuellement à la Présidence ». Pourtant aucun de ces médias n’a recueilli une autre reforme législative annoncée se même jour, celle-là aux Etats Unis dont le Département de la Justice est en train de mettre au point les modifications légales nécessaires pour raccourcir les délais dont disposent les condamnés à mort pour faire appel de leur sentence et donc pour procéder aux exécutions plus rapidement.

Il semble que ce qui, en Espagne, cause une véritable angoisse c’est une reforme faite au Venezuela, réforme qui est déjà en vigueur ici, en Espagne, à savoir l’absence d’une limite dans le nombre de mandats présidentiels. Pourtant jamais nous n’entendons ces mêmes médias critiquer cette mesure dans notre pays ; ce qui les dérange c’est qu’un président gouverne plus de deux législatures uniquement si ce président s’appelle Chávez et si les vénézuéliens votent pour lui. En outre ils n’ont pas trouvé le moindre intérêt à souligner quelques autres changements proposés dans la nouvelle constitution, par exemple la traduction, dans le nouveau texte, de « l’interdiction de l’exploitation des travailleurs », la création de « conseils communaux, ouvriers, étudiants, paysans » comme un moyen « d’approfondir la démocratie participative et active », la création d’un « fonds de stabilité sociale » qui garantira aux travailleurs « des droits fondamentaux tels que la retraite, les pensions, les vacances, les congés prénataux et postnataux et ceux que les lois décideront », réduire à « six heures par jour » la durée légale du travail et interdire aux patrons de pouvoir obliger leurs salariés à faire des heures supplémentaires. On y envisage également « l’interdiction expressément écrite des latifundia, et d’étendre cette interdiction à l’exploitation privée des hydrocarbures liquides, solides ou gazeux ainsi qu’aux entreprises, services et biens d’intérêt public et de caractère stratégique ». A écouter les analystes politiques européens, on comprend que ce sont ces mesures approuvées par référendum qui définissent une dictature.

L’opposition vénézuélienne, avec cette lucidité qui la caractérise, a fait savoir, selon des déclarations déjà recueillies dans le premier paragraphe de l’information rapportée par El Paà­s, que cela n’est qu’un rideau de fumée destiné à détourner l’attention de cette autre information : l’arrestation d’un patron vénézuélien en partance pour l’Argentine avec 574.000 euros non déclarés en poche. Cela veut dire que devant un cas caractérisé d’évasion de capitaux, le Président du Venezuela organise une reforme constitutionnelle pour détourner l’attention... Je lis aussi, dans d’autres dépêches d’agence, que l’opposition qualifie la reforme de « coup d’Etat » qui « viole des principes constitutionnels ». Etrange coup d’Etat qui est présenté devant le Parlement, qui est débattu, qui est soumis au vote des députés et soumis à référendum dans tout le pays ! Jusqu’à il ya peu, l’opposition vénézuélienne et européenne dénonçaient le fait que Chávez avait imposé une constitution « à sa mesure ». Aujourd’hui il la change et ils s’indignent parce « qu’il la viole ». Résumons : s’il ne la touche pas, c’est mal ; s’il la modifie, c’est pire.

Alors qu’il serait tellement plus simple d’accepter la décision finale des vénézuéliens !.

Pascual Serrano

www.pascualserrano.net


- Source : Rebelión www.rebelion.org

- Traduction : Manuel Colinas




Petit manuel critique d’ un Venezuela galvaudé : à l’usage des curieux, des néophytes et des citoyens... par Romain Migus et Albert Mondovi.


Venezuela - Reporters sans frontières et RCTV : Désinformation et mensonges, par Salim Lamrani.






- Photo : Chavez dans le Bronx (USA), septembre 2005. Jennifer Szymaszek / AP


URL de cet article 5360
  

Même Thème
Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait que nous soyons martelés de propagande de manière si agressive 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 est une cause d’espoir, pas de désespoir. Le fait qu’ils doivent déployer tant d’efforts pour maintenir l’humanité à ce niveau de folie signifie que l’attraction gravitationnelle va vers la raison, et qu’ils luttent de plus en plus fort contre cette attraction.

Il faut beaucoup d’éducation pour nous rendre aussi stupides.

Caitlin Johnstone

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.