RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Víctor Jara (28 septembre 1932 - 16 septembre 1973)

Le chanteur Victor Jara, de son vrai nom Victor Lidio Jara Martinez, a été assassiné dans le Stade Chili le 16 septembre 1973, après le sanglant coup d’État contre la démocratie chilienne.

Mené par Augusto Pinochet et fomenté par le gouvernement des États-Unis et les multinationales prédatrices du cuivre chilien, qui ne cessera de rappeler que le discours dominant sur les droits de l’Homme et les libertés n’a de sens que pour servir les intérêts bien compris des maîtres de l’économie mondiale. Il y a quarante ans c’était, rappelons le, la démocratie qui menaçait les profits des entreprises étatsuniennes. Une démocratie que le peuple chilien n’a pas su utiliser dans le bon sens. Il en a payé le prix et Victor Jara aussi, pour avoir chanté sur un tempo qui pouvait faire mal à l’oreille des criminels. Le stade Chili, converti en centre de torture à ciel ouvert de milliers de militants socialistes, vivra l’une des scènes les plus symboliques de la lutte entre la liberté et la tyrannie. Cette scène fera l’objet d’une chanson " Lettre à Kissinger ", le John Kerry du département d’État de l’époque, écrite par Julos Beaucarne en 1975. La lettre décrit le martyre de Jara : "On lui fit mettre la main gauche/ sur la table et un officier/ d’un seul coup avec une hache/ les doigts de la gauche a tranché/ d’un autre coup il sectionna/ les doigts de la dextre et Jara/ tomba…".

Ce n’était pas la stricte réalité, car les mains du chanteur ont été broyées, pour ce qu’elles avaient tiré des cordes d’une guitare insurgée, avant que son corps soit criblé de balles. " Regarde mes mains, regarde mes mains... ils me les ont écrasées, pour que je ne puisse plus jamais jouer de la guitare !" avait-il crié au journaliste Sergio Gutierrez, un codétenu, un miraculé du massacre. Trois mille de ses compagnons furent de même froidement exécutés, sans que la Maison-Blanche ou sa "communauté internationale" trouve à redire.

Ainsi est mort un homme dont la seule arme était sa voix. Un artiste sublime, un concentré de cette humanité qui n’est pas celle que défendent les " amis ", en vogue, des " peuples opprimés " par des " dictatures " et de " droitdelhommistes " triés sur le volet. Une voix qui continue de défier ses bourreaux, pas les exécutants de l’horrible forfait, mais ceux qui croient encore et toujours qu’ils finiront par réduire l’espèce humaine à admettre leur domination et à accepter la servitude. Et c’est trente-six ans après sa mort, que Jara a pu être enterré par le " pueblo " pour lequel il a composé et chanté. Le début décembre 2009, trois jours durant, ses obsèques vont marquer la capitale chilienne Santiago et drainer des milliers de Chiliens autour de l’événement et, enfin, sur le trajet du cimetière.

Aujourd’hui son souvenir et sa mémoire font encore vibrer tous les peuples d’Amérique latine. Le crime n’y a rien pu. On ne peut tuer l’idée de justice et le cri d’un poète. L’exemple de Victor Jara peut en témoigner, qui habite l’esprit de tous les hommes libres.

Ahmed Halfaoui

»» http://www.lesdebats.com/editions/150913/les%20debats.htm
URL de cet article 22565
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.