Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

24 

Zemmour, Naulleau, Onfray, ou le triptyque anti-populaire et anti-national à l’état pur.

Réunis tous les trois encore récemment dans l’émission de nos deux premiers protagonistes (Zemmour & Naulleau, sur Paris Première), comme à l’accoutumé le « débat » contradictoire entre trois prétendus « adversaires idéologiques » a vite tourné au front commun anti-communiste, anti-marxiste, anti-scientifique et anti-jacobin, bref au front « réactionnaire sur toute la ligne ».

Invité par Naulleau à s’exprimer sur sa vision du révisionnisme et sur sa vision de la gauche, Onfray s’en est donné à cœur joie, « osant démystifier l’histoire officielle », celle qui, comme chacun le sait, est largement favorable aux communistes français, à Lénine, Robespierre ou encore Marx. S’attaquant donc « sur toute la ligne » (on ne lui en voudra pas de se dévoiler définitivement comme un ennemi des intérêts du peuple travailleur) aux jacobins « centralisateurs », aux socialistes scientifiques allemands Marx et Engels qui ont « détruit » le socialisme, certes utopique, d’un Proudhon bien français, aux résistants communistes qui auraient collaboré avec les nazis jusqu’en 1941 (depuis les cellules dans lesquelles Daladier les y avait jetés très certainement), aux robespierristes, à la Commune de Paris, à 1917 et aux marxistes en général qui, en toutes époques, ont écrasé les « espoirs fédéralistes », le « communalisme libertaire » et la démocratie « de la base au sommet ». Ainsi, le sieur Onfray, premièrement, oppose bêtement les initiatives locales du peuple, c’est-à-dire le mouvement populaire, à la nécessité de coordonner efficacement ce mouvement grâce à une organisation centralisée travaillant dans l’intérêt du mouvement populaire, c’est-à-dire l’avant-garde de la révolution ; puis, deuxièmement, il démontre en quelques minute son incompréhension du socialisme scientifique qu’il résume ainsi : le socialisme scientifique, c’est la dictature du prolétariat, donc la dictature du parti sur le prolétariat et le reste de la population, donc « c’est les camps ». Voilà un argumentaire clé en main pour tout apprenti anti-communiste et polémiste qui souhaite passer toute les semaines à la télé pour balancer la dernière saloperie choc, afin de faire parler de lui et ainsi vendre un maximum de livres. Au diable la recherche historico-scientifique, au diable la raison voire même le bon sens puisque tout cela ne fait visiblement pas vendre dans ce monde tant décrié par notre philosophe « dissident » !

Bien évidemment, les deux animateurs de l’émission, Zemmour et Naulleau, ont abondé dans ce sens, à leur manière cependant, critiquant à peine l’immense fierté de leur invité de théoriser contre le marxisme et le jacobinisme, et contre tout ce qui a existé et porté des résultats historiques en termes de liberté, de progrès social, technique, scientifique, culturel et artistique, tout en se réclamant utopiste (mais puisque l’utopie « c’est la réalité de demain », nous attendrons patiemment le succès de ces révolutionnaires procrastinateurs...).
Sans rentrer dans un contre-argumentaire théorique contre le proudhonnisme, il y a là un point intéressant dans ce spectacle réactionnaire anti-communiste qui rassemble un Onfray, un Zemmour et un Naulleau, et qui dévoile maladroitement la tenaille idéologique quotidienne ET sa « troupe de réserve » embusquée. Représentant respectivement le libéralisme-libertaire, la réaction chauvine, et le centre-gauche libéral, tous trois ont en commun d’alimenter abondamment la division du peuple en particularismes (régionaux ou territoriaux, « ethniques », sexuels etc), la destruction de la nation républicaine « une, laïque, et indivisible », la remise en cause de la méthode scientifique, la remise en cause de l’histoire du peuple, et l’isolement de l’universalisme républicain et populaire afin d’empêcher toute politique faite par et pour le peuple travailleur, qui serait bien mal inspiré de se battre pour ses intérêts propre et commun en appelant à lutter « tous ensemble, en même temps » contre ses oppresseurs et exploiteurs capitalistes et impérialistes et contre leurs chiens de gardes médiatiques et idéologiques.

Voilà en somme ce que nous réserve l’avenir voulu par le grand capital français et européen : la division nationale encore une fois « sur toute la ligne » par l’appropriation du jeu politique entre, d’une part, le nouveau bloc de droite en formation (Marion Maréchal-Le Pen, Zemmour, Wauquiez, Ciotti, etc.) et le centre macroniste de plus en plus extrémiste dans sa façon de mettre le peuple au pas ; et, d’autre part, en embuscade donc, « l’extrême-gauchisme » de salons, anarchisant, libéral-libertaire et dissident d’un système qu’il prétend haïr mais qui lui offre tout de même l’argumentaire (révisionniste) nécessaire pour tirer à boulets bruns sur le communisme et l’internationalisme prolétarien.

C’est pourquoi, contre la sainte-alliance bourgeoise euro-réactionnaire, anti-communiste, anti-populaire et anti-nationale des destructeurs « enragés » de la véritable gauche jaurésienne et patriote, du pouvoir qui éborgne les courageux Gilets jaunes et des fascisants tenants du droit du sang et de la France colonialiste, il est du devoir de tous les militants sincèrement communistes de relever, en même temps, le drapeau tricolore de la patrie révolutionnaire, jacobine et indivisible et le drapeau rouge, flanqué de l’emblème ouvrier et paysan, du peuple travailleur et du Mouvement Communiste International.

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/zemmour-n...
URL de cet article 35372
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une de meilleures façons d’apporter la justice est de révéler l’injustice.

Julian Assange


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.