Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

"un officier militaire a pris la petite fille par les cheveux et lui a tranché la gorge avec une machette"...

La propagande et les droits humains en Colombie

Cela se répète immanquablement. Lorsque des paysans colombiens sont assassinés le gouvernement accuse immédiatement les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et les médias dominants, aussi bien en Colombie qu’aux États-Unis, font fidèlement écho à ces accusations. Le plus souvent des preuves apparaissent postérieurement qui montrent que les responsables du crime sont l’armée colombienne ou ses alliés paramilitaires. Cependant, les médias dominants ne rendent généralement pas compte des nouveaux éléments avec la même vigueur qu’ils avaient montrée pour rapporter la responsabilité des FARC dans l’information de départ - dans le meilleur des cas, c’est-à -dire s’ils rendent compte des nouveaux développements. En conséquence, la campagne de propagande du gouvernement colombien a réussi à créer l’impression dans bien des esprits que les FARC sont les responsables de la majorité des violations des droits humains alors que les chiffres publiés par les organisations de défense des droits humains sont en contradiction avec ce sentiment général.

L’abîme entre ce que les gens croient et la réalité de la situation des droits humains en Colombie est apparue avec évidence avec le récent mandat d’arrêt lancé contre les soldats colombiens responsables de l’assassinat de 8 paysans en février 2005 dans la communauté de paix de San José de Apartadó. Immédiatement après le massacre, des membres de la communauté avaient affirmé que l’armée colombienne opérait dans la zone au moment des faits. Le ministre colombien de la défense avait immédiatement démenti ces affirmations, assurant que l’armée n’était pas impliquée dans les crimes et qu’il n’y avait pas de militaires à moins de deux jours de marche du lieu du massacre.

Le vice-président Santos avait alors rapidement cherché à faire porter la responsabilité du massacre à la guérilla, déclarant : « Le gouvernement a des preuves qui établissent que les FARC sont coupables de cet horrible crime ». Selon ces dernières preuves, les victimes étaient des collaborateurs des FARC assassinés pour avoir tenté de quitter l’organisation insurgée. Puis, quelques semaines après le massacre, le président à lvaro Uribe Vélez a accusé les dirigeants de la communauté de paix de San José de Apartadó d’« aider les FARC » et de « vouloir utiliser la communauté de paix pour protéger cette organisation terroriste ». En assimilant les victimes aux guérilleros - stratégie habituelle du gouvernement colombien - le président tentait de détourner notre regard des probables coupables et de rendre les victimes responsables de leur propre mort.

Les médias dominants ont fidèlement rapporté toutes les accusations émises par le gouvernement, mais le fait que le massacre se fût produit dans la communauté de paix de San José de Apartadó allait se transformer en problème pour Uribe Vélez. Depuis une dizaine d’années la communauté de paix a suscité un mouvement de solidarité internationale et elle est accompagnée par des organisations de défense des droits humains. Du coup les médias dominants ont dû rapporter, dans ce cas précis, la version des membres de la communauté selon laquelle l’armée colombienne était impliquée dans le massacre.

Finalement la semaine dernière - plus de trois ans après le massacre - la Fiscalà­a general a émis un mandat d’arrêt contre 15 personnes accusées d’avoir commis ces assassinats. Le mandat a été émis à la suite du témoignage d’un paramilitaire démobilisé nommé Jorge Luis Salgado. Selon Salgado, lui et d’autres paramilitaires étaient les guides de la patrouille militaire qui a commis le massacre dans le hameau de Mulatos à San José de Apartadó.

Salgado a donné sa version du massacre : « Les enfants se cachaient sous les lits. La fille, cinq ou six ans, était très jolie et le garçon était mignon aussi. Nous avons suggéré aux officiers de les laisser dans une maison voisine, mais ils ont répondu que ces enfants représentaient une menace, qu’ils allaient devenir des guérilleros dans le futur ». Salgado a alors affirmé qu’un officier militaire, qui utilisait le nom de Cobra, « a pris la petite fille [de cinq ou six ans] par les cheveux et lui a tranché la gorge avec une machette ».

Le récit de Salgado non seulement confirme ce que disent les membres de la communauté depuis le début, mais de plus il signale la réalité de la collusion entre l’armée colombienne et les paramilitaires d’extrême droite près de trois ans après l’entrée en fonction du président Uribe Vélez. Malheureusement, la majorité des Colombiens tués par les militaires et les paramilitaires résidaient dans des communautés qui n’avaient pas le niveau d’exposition médiatique de San José de Apartadó. En conséquence, la stratégique propagandistique du gouvernement, qui consiste à accuser systématiquement les FARC, a souvent beaucoup plus de succès.

Autre exemple, cinq Indiens awa ont été massacrés tôt dans la matinée du 9 août 2006 dans le village d’Ataquer, dans le département de Nariño. Les tueurs, à moitié en tenue militaire, sont arrivés à 4 heures du matin le Jour international de l’Indigène ; ils ont tiré les dirigeants indigènes de leur lit et les ont tués.

Je suis allé jusqu’à la ville de Pasto le lendemain de ces assassinats. Dans ma chambre d’hôtel j’ai vu un général déclarer au téléjournal du soir que les FARC avaient commis le massacre. Tous les grands médias colombiens ont avec discipline répercuté ces accusations de l’armée colombienne. Quelques jours plus tard, le colonel Juan Pablo Amaya Kerguelen a déclaré : « Nous sommes ouverts à toutes les investigations, mais nous savons qu’il s’agissait d’une vengeance de la guérilla à l’encontre des Indigènes qui refusaient d’être des informateurs ».

Lorsque j’ai interrogé un porte-parole du bataillon Grupo Cabal - l’unité de l’armée dans la zone où s’est produit le massacre -, il m’a réitéré que la guérilla était responsable des assassinats. Et, comme c’est arrivé à la suite du massacre de San José de Apartadó, le gouvernement a émis une déclaration selon laquelle certaines des victimes pourraient avoir été des guérilleros, insinuant donc que c’était des terroristes qui avaient été tués.

Deux jours après le massacre, je suis allé de Pasto à Ataquer et je me suis alors rendu compte qu’aucun correspondant étranger n’avait fait le déplacement pour suivre l’affaire. Comme toujours, les journalistes étrangers rendaient compte du massacre à partir de la capitale du pays, Bogotá, et une fois de plus ils ne rendaient compte de la nouvelle que sur la base des sources officielles, lesquelles affirmaient que les FARC étaient responsables.

Vues les conditions - selon les gens du lieu, la forte présence militaire que j’ai constatée dans le village était identique au moment des assassinats -, il était clair pour moi que les guérilleros n’avaient pas pu commettre le massacre. J’ai su aussi que les Indiens awa et beaucoup d’habitants de la zone en étaient arrivés à la même conclusion que moi : l’armée était responsable du massacre. C’était également l’armée qui avait provoqué le Déplacement forcé de 1 700 Awa à peine un mois avant. J’avais fait connaître mes conclusions dans un article publié dans World Indigenous News. Les organisations indigènes nationales et internationales ont alors demandé à la Fiscalà­a general de réaliser une enquête pour établir les responsabilités de l’armée.

L’année suivante l’enquête de la Fiscalà­a general permettait d’identifier onze suspects du meurtre des cinq dirigeants awa. Six suspects étaient des officiers de l’armée, cinq étaient des civils. Étant donné que les Awas n’ont pas la projection internationale de San José de Apartadó les médias n’ont bien entendu pas rendu compte des nouvelles conclusions et ont continué de laisser penser que les guérilleros des FARC avaient commis le massacre.

Ces deux massacres illustrent la stratégie propagandistique quotidiennement utilisée par le gouvernement colombien. A chaque fois que se produit un massacre, les FARC sont immédiatement accusées de façon officielle et les médias dominants répercutent servilement ces accusations sans enquêter eux-mêmes sur les crimes. Et lorsque les preuves finissent par établir que c’était en fait l’armée colombienne et les paramilitaires qui avaient commis les assassinats, les médias dominants ne rendent généralement pas compte des nouvelles révélations, laissant donc l’impression que les FARC étaient les coupables.

Cette stratégie propagandistique utilisée par le gouvernement colombien -avec la bienveillance des médias dominants- fait que la perception générale du conflit est déconnectée de la réalité quant à la situation des droits humains sur le terrain. Les gens sont saturés d’articles racontant des assassinats soi-disant perpétrés par les guérilleros alors qu’il y beaucoup moins d’articles rapportant les crimes commis par les militaires colombiens et leurs alliés paramilitaires - quelques détails de crimes anciens révélés dans des témoignages de paramilitaires démobilisés sont certes parfois publiés.

Les organisations de défense des droits humains, colombiennes et internationales, qui enregistrent de façon routinière les violations des droits humains, ont montré à de nombreuses reprises et pendant des années que les guérilleros ne sont responsables que d’une partie mineure des assassinats de civils. Par exemple, la Commission Colombienne des Juristes (CCJ) a rapporté l’an passé que durant le premier mandat du président Uribe Vélez (2002-2006) les guérilleros étaient responsables de 25% des assassinats de civils ; cependant que les paramilitaires étaient responsables de 61% des morts et les militaires de 14%.

Comme la majorité des gens ne lisent pas les rapports annuels des organisations de défense des droits humains, ce sont les articles de presse qui modèlent l’opinion générale. En conséquence, les accusations du président Uribe Vélez selon lesquelles les organisations de défense des droits humains sont des porte-parole des guérilleros apparaissent aux yeux de beaucoup comme vraisemblables parce que les chiffres qu’elles présentent sur la question des droits humains sont en contradiction avec la perception de la plupart des gens, perception selon laquelle les FARC sont les principales responsables des violations des droits humains.

La même stratégie propagandistique est à l’oeuvre pour d’autres questions, toujours en relation avec les droits humains en Colombie. Selon le Conseil pour les droits humains et le Déplacement (CODHES), par exemple, 305 966 personnes ont été victimes de Déplacement forcé en 2007 - une brutale augmentation de 38% par rapport à 2006. Cependant, comme les militaires colombiens et les paramilitaires sont responsables de la majorité des Déplacements forcés, et parce que les victimes sont des paysans pauvres de Colombie, il n’y a guère d’attention gouvernementale sur ces violations des droits humains - et par extension guère de suivi médiatique de cette crise humanitaire.

En contrepartie, on porte toute l’attention, aussi bien en Colombie qu’à l’échelle internationale, sur la question des enlèvements. Contrairement aux Déplacements de personnes, la plupart des victimes des enlèvements sont des membres des classes moyennes ou des classes supérieures ; et ce sont les guérilleros qui sont responsables. La couverture médiatique disproportionnée du calvaire subi par quelques centaines de victimes d’enlèvements permet au gouvernement de maintenir l’attention sur les violations des droits humains commises par les FARC. Cependant, plus d’un quart de millions de Colombiens sont déplacés tous les ans - la plupart par les forces de sécurité - et leur calvaire est quasiment ignoré.

La stratégie propagandistique du gouvernement colombien s’est révélée fort efficace pour cacher la véritable situation des droits humains dans le pays. Le personnel gouvernemental accusant les FARC quasi-quotidiennement pour les assassinats commis partout dans le pays et la forte attention portée sur la question des enlèvements ont convaincu la plupart des gens que les guérilleros sont les principaux responsables de la violence et des violations des droits humains. Le fait que la perception générale ne corresponde pas du tout à la réalité du terrain montre que la transformation de la question des droits humains en thème de propagande a parfaitement réussi au gouvernement colombien.

Finalement les médias dominants, aussi bien en Colombie qu’aux États-Unis, se font complices de cette guerre psychologique quand ils continuent de diffuser les accusations du gouvernement alors que les journalistes savent parfaitement que ces accusations sont souvent fausses. Ce gouvernement a déjà souventefois manipulé la presse ; ni les rédactions ni les reporters ne semblent être dérangés à l’idée de continuer d’être manipulés. Les représentants des médias dominants soutiennent que dans ces cas ils ne font que rendre compte de ce qu’a dit tel ou tel membre du gouvernement, et que les accusations de cet officiel sont en elles-mêmes des nouvelles. Or, quand ils rapportent loyalement et sans questionnement toute déclaration émise par des officiels gouvernementaux les médias dominants se muent en appareils de propagandes de l’État.

Par Garry Leech
Le 31 mars 2008

Source : ColombiaJournal

http://www.colombiajournal.org/colombia280.htm

Traduction : Numancia Martà­nez Poggi

URL de cet article 6675
   
Même Thème
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le conservatisme moderne est engagé dans un des exercices philosophiques les plus anciens qui soient : à savoir, la recherche d’une justification morale à l’égoïsme.

John Kenneth Galbraith

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.