RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 

A Versailles, Macron exhibe des avantages affriolants

En route pour Davos, 140 « leaders globaux » ont été invités sous les ors de Versailles par le président français qui se met en quatre pour séduire les « investisseurs » internationaux.

Les 42 personnes les plus riches de la Terre possèdent autant que la moitié la moins nantie de l’humanité. Ce rappel fait partie des informations livrées, comme à l’accoutumée, à la veille de l’ouverture du « sommet économique mondial » qui se tient à Davos du 23 au 26 janvier. Cette année cependant, tout change : lors de leur austère rencontre monacale prévue dans la modeste station helvète, les élites mondialisées, économiques et politiques, l’ont promis : ils vont mettre cette petite anomalie – ce qu’on nomme généralement « les inégalités » – au centre de leurs travaux.

140 parmi les plus nécessiteux de ces gueux de la planète en route pour la Suisse ont eu de la chance : ils ont été invités au passage par le président français sous les ors du Château de Versailles pour un dîner d’apparat. Ces damnés de la terre ont ainsi pu bénéficier, lundi 22 au soir, d’un moment pour oublier l’enfer de leur quotidien. Un dîner « Grand siècle », selon les gazettes. Tenue de soirée et langue anglaise de rigueur. On n’en voudra pas au gardien des institutions de faire ainsi une petite entorse à l’article II de la Constitution : on ne va tout de même pas exiger de la brochette des « leadeurs globaux » les plus puissants de la planète de parler le dialecte local. Parmi les heureux élus : les PDG, pardon, les CEO de Goldman Sachs, de JP Morgan, de Bank of America, de McKinsey, de Coca-Cola, de Manpower, de Facebook, de Google, de Cisco, de McDonald (dont la chronique ne précise pas s’il avait amené son propre casse-croûte maison).

Le maître de l’Elysée était aux anges, et renouait ainsi avec ses copains de son job précédent. Chacun comprend qu’il faut courtiser ces héros modernes, ceux-là même qui peuvent distribuer leurs investissements dans l’Hexagone, et gratifier ainsi notre malheureux pays de milliers d’emplois. Car, c’est une chose entendue : avec la libre circulation des capitaux – ce commandement suprême sur lequel est fondée l’Union européenne – ces hommes (et ces femmes, car ces gens-là sont des progressistes) ont un pouvoir quasi-magique : ils créent des emplois. Et les répandent, tel le père Noël, sur notre contrée. A condition, bien sûr, de rendre celle-ci plus attrayante que ses voisines. En faisant valoir ses « atouts » – au Grand siècle, on disait ses « appâts ».

Bref, la République – et son président – font le trottoir. Parmi les dessous affriolants suggestivement exhibés, le maître de cérémonie a promis un dégrèvement fiscal sur les « impatriés ». Comprendre : ceux qui acceptent de sacrifier leur vie en s’établissant dans l’Hexagone.

Moyennant ces petites douceurs, on peut raisonnablement compter sur une pluie de bienfaits octroyés par les philanthropes multinationales. Comme le disent les communicants de la Cour (sans toujours bien comprendre leur propre propos), il faut bien « vendre » le pays. Du reste, Emmanuel Macron a trouvé lui-même le slogan du jour dans la langue de Shakespeare, ou plutôt de Disney, inscrit virtuellement au fronton du Palais du Roi-soleil : « Choose France »
Il a probablement mis un "o" en trop.

Pierre LEVY
rédacteur en chef du mensuel Ruptures

Qui décide, qui influence ? Qu’en est-il de la « souveraineté européenne » vantée par l’homme qui se compare à Jupiter ? Telles sont quelques questions au menu des Rencontres que Ruptures organise le 9 février à l’ENS, avec des invités de choix.

Il est vivement conseillé de s’inscrire dès maintenant :
rencontres@ruptures-presse.fr

URL de cet article 32861
  

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.