RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ah ! Ah ! mais à part ça, tout va très bien, tout va très bien

La note de la France dégradée de AA+ à AA par Standard & Poor’s

Comme ils sont à pleurer il vaut mieux essayer d’en rire.

La France est encore sur le podium bien qu’il lui faille descendre de nouveau d’une marche, mais comme celle-ci est réputée stable, au moins dans l’avenir immédiat, tout ne va pas si mal.

Pourtant, la prochaine inversion de la courbe du chômage ne paraît pas évidente aux yeux de l’agence, et pour cause... c’est la politique qu’elle préconise qui conduit à ce résultat.

Elle a la cruauté d’ajouter au constat que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles et affecte les perspectives de croissance à plus long terme.

Ce qui est d’un autre point de vue un indice de bonne santé (AAA) de l’opinion, au moins une bonne nouvelle !

En fait de réformes structurelles et sectorielles, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a beau se débattre comme un beau diable en expliquant que l’agence n’a pas pris en compte toutes les réformes et notamment, last but not least, celle en cours d’adoption (mais rejetée au Sénat) des retraites, il ne fait qu’apporter au passage la confirmation que cette réforme est sensée satisfaire la sphère de la finance... qui fait donc preuve de beaucoup d’ingratitude.

C’est contre cette ingratitude que le travailleur fatigué qui caresse l’espoir de toucher une pension réduite devra sans doute se retourner quand il déposera ses prochains bulletins de vote dans les urnes...

Comme la circonstance permet à Jean-Marc Ayrault d’exercer sa verve il ajoute comme exemple la réforme du marché du travail ( l’ANI qui précarise l’emploi) en précisant bien avec l’accord des syndicats, c’est-à-dire de trois syndicats minoritaires, et le refus des deux syndicats majoritaires.

Et pour compléter le tableau de ce qui conduit le pédalo à prendre de la bande, il place une dernière touche avec la Banque publique d’investissement qui n’est qu’une évanescence, compte tenu du capital ridicule dont elle dispose.

Il voulait sans doute voler la vedette à son ministre de l’Économie Pierre Moscovici dans son numéro de comique involontaire qui fait valoir les réformes d’envergure pour redresser l’économie du pays, ses finances publiques, et sa compétitivité, envergure dont ses compatriotes n’ont pas encore apprécié tous les bienfaits : en particuliers ceux des cadeaux accordés au capital.

Pour un peu il volerait à son tour son mérite à son prédécesseur DSK en se présentant comme le meilleur étalon puisque, parmi les atouts reconnus de la France, il met en tête ses perspectives démographiques. Et il ajoute avec l’aplomb et l’air faux qui le caractérisent : la qualité de ses infrastructures, le haut niveau d’éducation et de productivité de sa main d’œuvre, le niveau d’épargne élevé du secteur privé et son statut d’émetteur de référence au sein de la zone euro. Toutes vertus de la France dont il se targue mais que la politique actuelle est en train de continuer à mettre à bas, et alors qu’il fournit lui-même la cause du mal :

La perspective "stable", écrit le ministre, "traduit, selon S&P, l’engagement du gouvernement à contenir la dette publique".

Et pour chapeauter la prestation de l’inspecteur Derrick-Ayrault et de son adjoint au blouson de daim... venue de là-haut, la promesse rassurante de Fanfan la Teinture :

"Je confirmerai la stratégie qui est la nôtre, le cap qui est le mien", a-t-il déclaré lors d’une visite au siège de la Banque mondiale à Paris.

Qui donc a prétendu que l’équipe gouvernementale faisait preuve d’incohérence ? En tout cas, pas son noyau dur, – dur avec le peuple.

Mauris Dwaabala

Illustration : http://www.chansons-net.com/class-O/BO121.htm


URL de cet article 23241
  

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.