Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe

Lorsque le gouvernement marocain s’est attaqué à l’Algérie, à ses symboles et à son peuple, nombreux ont été celles et ceux qui ne se sont fait pas priés pour le dénoncer, le dire et l’écrire convaincus qu’ils étaient et qu’ils sont toujours que ce pays qui continue de subir les incessants sévices que nous lui infligeons doit être toujours défendu. Mais beaucoup sont aussi convaincus que l’amitié entre les peuples et le respect mutuel entre les états sont immuables. Et dans ce contexte, la diplomatie est toujours ce qu’il reste lorsque la certitude que toutes les autres voies de recours pour espérer reconstruire et retisser des liens parfois ancestraux qui unissent sont épuisées.

Alors si certains prétendent que la guerre est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls militaires, la diplomatie elle aussi et dans son essence même ne peut assurer un rôle qui n’est pas le sien. Et il serait peut-être fairplay de concéder que sur le plan de la diplomatie régionale le Maroc a accompli de notables progrès et a même distancé l’Algérie dans des domaines où jadis nous excellions.

La conquête de la CAF, par exemple et pour ne citer que le domaine sportif, n’a pu se produire et à la surprise de nombreux observateurs pourtant avertis et des pronostics des spécialistes en la matière que par un énorme travail de fond et de lobbying de longue haleine qui a abouti à l’élection d’un nouveau président de cette instance footballistique africaine proche de la fédération royale marocaine du football.

La conquête du marché africain, notamment de l’ouest, n’est pas seulement une vue de l’esprit mais le résultat d’un intense activisme diplomatique. Et il est vrai que pendant ce temps là, nous nous faisions nous-mêmes hara kiri en sabordant l’embryon d’un forum économique algéro-africain qui aurait pu constituer une audacieuse passerelle vers ce continent qui n’est que le prolongement naturel de l’Algérie et qui était il ya quelques années de cela encore son incontournable zone d’influence.

L’Algérie a durant de nombreuses décennies payé rubis sur ongles un engagement fraternel vis-à-vis de l’Afrique, aides financières multiples, subventions, soutien aux mouvements de libération, formation des élites, etc., sans que nous en récoltions aujourd’hui les dividendes notamment sur le plan économique et qui profitent à d’autres. Et cela est hélas de bonne guerre.

La diplomatie tout comme l’armée et aussi la justice sont ces institutions piliers nobles qui comme cela se fait dans les pays développés et les pays émergents portent la république et se désarticulent toujours des enjeux de politique interne et des rapports de force qu’ils induisent. Cela participe de la préservation de leur crédibilité et de leurs statuts.
Si les crises lorsqu’elles surgissent constituent souvent comme le prétendent les stratèges des opportunités, elles sont aussi parfois lorsqu’elles sont provoquées peu fécondes et n’atteignent pas les objectifs qui leur sont assignées. Et cela est valable aussi des deux cotés de la relation algéro-marocaine.

Enfin si toutes les conditions pour que la relation algéro-marocaine revête la qualité qui lui échoit ne sont pas encore réunies, si les contentieux qu’il faut surmonter sont aussi nombreux et que la mémoire porte encore ses blessures, les liens qui unissent les sociétés civiles doivent plus que jamais s’affirmer car ce qui unit les peuples algérien et marocain est bien plus fort que tout le reste. Et seul cela compte.

Salim METREF

URL de cet article 32484
   
AGENDA
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.