Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Alice Guy, la première vraie cinéaste au monde

C’est en voulant me documenter de nouveau sur Louis Le Prince, chimiste français émigré en Grande-Bretagne et auteur du premier film cinématographique que je suis tombé sur la Française Alice Guy, réalisatrice (pardon : réalisateure) du second film de fiction de l’histoire du cinéma.

Je connaissais l’existence de Le Prince depuis très longtemps car cet inventeur de génie s’était installé dans le West Riding du Yorkshire, à deux pas d’un endroit où j’ai beaucoup séjourné. Le 14 octobre 1888, Le Prince filma ses beaux-parents et son fils pendant deux secondes et demi. Après une brève et féconde carrière, Le Prince disparaîtra de manière très mystérieuse dans le train Bourges-Paris. On évoquera un possible assassinat ou un suicide.

Enfoncés, les frères Lumière ! Inventeurs de génie – et, accessoirement, ardents soutiens de Mussolini et Pétain – ils tournèrent leur premier film le 19 mars 1895 en plantant leur caméra devant leur usine avant de tourner, quelques mois plus tard, L’arroseur arrosé, premier film de fiction de l’histoire du cinéma. Les frères Lumière innovèrent par ailleurs en inventant le principe de séances publiques, la première ayant lieu à Paris le 28 décembre 1895. Pour 1 franc, 33 spectateurs virent 10 films, dont L’arroseur arrosé, mais pas la très spectaculaire Arrivée d’un train en gare de La Ciotat.

Alice Guy naquit le 1erjuillet 1873 à Saint-Mandé. Cette réalisatrice restera dans l’histoire du cinéma comme la première scénariste et productrice de cinéma. Elle tourna son film La Fée aux choux en 1896 pour aider à la vente de caméras Gaumont. Ce film fut refait au moins deux fois (en 1900 et 1902) car, ayant remporté un énorme succès, les copies d’origines avaient été très abimées.

Sténographe, Alice Guy est nommée secrétaire de direction à 21 ans au Comptoir général de la photographie. Elle y a pour collègue Léon Gaumont. La société fait faillite. Gaumont la rachète. Alice suit des cours de photographies, s’initie au trucage et aux rayons X. En mars 1895, elle assiste à une projection privée des frères Lumière. Elle réalise alors La Fée aux choux en se désignant comme “directrice de prise de vues ”. Elle devient productrice et fait tourner Ferdinand Zecca (auteur de la première analepse de l’histoire du cinéma en 1901) et Louis Feuillade, futur adaptateur du roman Fantomas. En 1898, Alice Guy coréalise La Passion de Jésus Christ, le premier peplum de l’histoire du cinéma. Entre 1902 et 1906, elle filme et enregistre Dranem et Félix Mayol. Elle tourne également des films sociétaux comme Les Résultats du féminisme (les hommes à la cuisine et les femmes allongées sur des sofas, fumant et morigénant les hommes) et Madame a des envies.

En 1910, Alice et son mari s’installent aux États-Unis. Elle fonde, près de New York, sa première société de production, la Solax Film où elle accueille d’autres sociétés comme la Goldwyn, Pathé ou la Metro. Elle tourne des mélodrames, des westerns, des films historiques, des films sur le racisme (Across the Mexican Line). Elle réalise le premier film joué par des acteurs noirs (A Fool and his Money).

Divorcée et ruinée, Alice décide de rentrer en France en 1922 avec ses deux enfants. Elle souhaite retravailler pour la Gaumont mais cela ne peut se faire. Elle retourne aux Etats-Unis, vit avec sa fille secrétaire d’ambassade et écrit des livres pour enfants sous le pseudonyme de Guy Alix.

En 1957, à l’initiative de Louis Gaumont, elle reçoit un hommage de la Cinémathèque française. Elle meurt aux Etats-Unis en 1968 à l’âge de 94 ans sans avoir pu récupérer les films qu’elle avait produits.

En avril 2019, un documentaire de Pamela Green intitulé Be Natural : The Untold Story of Alice Guy-Blaché, lui est consacré et sort en salles aux États-Unis.

Alice Guy a réalisé ou produit des centaines de films. Il m’a été donné de voir The Pit and The Pendulum (“ Le Puits et le pendule ”) d’après la terrifiante nouvelle d’Edgar Poe. Tourné en 1913, ce film fut la première adaptation en langue anglaise d’une œuvre littéraire.

De cette femme qui fréquenta Eiffel ou Émile Zola, Martin Scorsese déclara en 2011 : « Alice Guy était une réalisatrice exceptionnelle, d’une sensibilité rare, au regard incroyablement poétique et à l’instinct formidable. Elle a écrit, dirigé et produit plus de mille films. Et pourtant, elle a été oubliée par l’industrie qu’elle a contribué à créer ».

Bernard Gensane

URL de cet article 34957
   
Même Auteur
La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.