Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Altermondialisme : Face à la dictature des marchés financiers défendre l’humanité-classe.

Face à la dictature des marchés financiers défendre l’humanité-classe.

L’humanité-classe rassemble les peuples-classe de la planète qui subissent les politiques prédatrices de l’oligarchie financière mondiale et des ses managers.

Les grands ennemis de l’humanité-classe sont le G20, les forums économiques capitalistes (depuis Davos), les dirigeants des firmes transnationales, les institutions mondiales que sont le FMI, la Banque mondiale, l’OMC, l’OTAN et tous les syndicats patronaux de la planète tel le MEDEF pour la France. Nombre d’institutions continentales fonctionnent au profit du capital contre les travailleurs et les peuples-classe . Les partis de droite de tous les pays font le jeux du Capital contre le Travail. Les partis de gauche et les partis écologistes doivent faire l’objet d’une étude spécifique car la situation est plus contrastée. En Europe nombre de partis de gauche mènent des politiques de droite.

L’humanité-classe se compose de l’immense majorité du salariat ainsi que des paysans, des artisans et petits commerçants de la planète. Cette humanité-classe est très divisée . C’est contre cette division que se déploie une action d’unification relative. Elle agit grâce à des organisations collectives qui sont les syndicats de travailleurs salariés, les syndicats de travailleurs paysans avec Via Campésina, les associations altermondialistes comme ATTAC ou le CADTM, les partis politiques de la gauche de transformation sociale. Ces derniers sont cependant exclus des Forum Sociaux Mondiaux (FSM). Le statut de certaines ONG déclarant représenter la "société civile internationale" est parfois problématique dans la mesure ou elles représentent parfois des Etats ou défendent de fait les intérêts de firmes transnationales.

L’humanité-classe débat au sein des Forum altermondialistes (FSM) des perspectives pour fonder d’une part un monde soutenable socialement qui lutte contre la surexploitation et la misère et qui ce faisant contraint l’hyper-classe mondiale à la sobriété et à l’acceptation des taxes globales et d’autre part un monde soutenable écologiquement qui préserve la nature et l’environnement, ce qui ne se réduit pas à la question climatique. L’intégration d’une culture écologique par les peuples-classe de la planète ne peut être bien assimilée que si les très riches commencent d’abord à faire décroître leurs surconsommations nuisibles.

Le projet de donner conscience d’un intérêt commun à l’humanité-classe passe par une lutte opiniâtre et soutenue contre le racisme, le sexisme, et toutes les méthodes autoritaires voire fascistes qui renaissent périodiquement notamment lors des crises économiques, sociales et politiques. Outre les périodes de crise, il y a aussi la société du spectacle en lien avec la marchandisation du monde qui produit de l’abrutissement humain . Or ce dernier produit de l’isolement et de l’impuissance donc un effet de délégation de pouvoir à un leader plus prompt à mener des politiques de régressions sociales multiformes que des politiques de progrès social. Les jeunes, les femmes, les vieux, les étrangers en font toujours les frais surtout s’ils sont issus des couches sociales modestes.

Vouloir un monde socialement soutenable suppose de s’opposer tout à la fois aux guerres militaires et aux guerres économiques. Les unes complétant les autres pour détruire les peuples et la planète. On pourrait y ajouter les guerres culturelles qui poussent à l’uniformisation du monde sous les standards du mode de vie californien. Lutter contre les guerres économiques revient à lutter contre le capitalisme sous ses diverses formes. Trois grands processus sont agissants au temps du néolibéralisme : la financiarisation, la marchandisation, l’appropriation privée. Il faudrait y ajouter le concurrentialisme, une spécificité du néolibéralisme. Les alternatives à construire visent en contrepoint 1 les taxes globale et les mécanismes de contrôle politique et citoyen des flux monétaires et financiers, 2 la promotion de l’économie non marchande distributrice de valeur d’usage via les services publics nationaux et les biens publics mondiaux ; 3 l’appropriation publique au sein des Etats et la promotion des biens communs au niveau mondial. 4 Le concurrentialisme pousse aussi bien au travaillisme (travailler plus et plus vite) qu’à la perversion des logiques de service public.

Le souci de préserver l’humanité-classe au sein d’un altermonde écosocialiste ne signifie pas que les cadres nationaux sont à ce jour devenus inutiles. Le socialisme mondial n’étant pas pour demain on ne saurait nier l’importance des cadres nationaux pour forger des services publics utiles aux peuples-classe . Mais la nation sert aussi à des politiques néfastes notamment contre les migrants. Dès lors, il s’agit de bien comprendre que les ruptures nationales ne peuvent être porteuse de progrès pour tous que si la déconnexion porte sur les trois processus de la mondialisation capitaliste : financiarisation, marchandisation, appropriation privée.

Pour plus de développements sur l’altermondialisme lire G Massiah, JM Harribey, S Georges, B Cassen, P Khalfa, C Marty, F Houtard, etc...

Christian Delarue

Altermondialiste et antiraciste

URL de cet article 10554
   
We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ; elle se venge de chacune d’elles.

Friedrich Engels


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.