RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Arbres massacrés, Camp Darby monte en puissance (Il Manifesto)

Les premiers sont déjà coupés, les autres marqués à la peinture : ce sont 937 arbres qu’on abat dans l’aire naturelle “protégée” du Parc Régional de San Rossore entre Pise et Livourne.

C’est le premier “dommage collatéral” de la massive réorganisation, commencée ces jours-ci, des infrastructures de Camp Darby, le plus grand arsenal étasunien dans le monde hors de la mère-patrie (cf. il manifesto, 11 septembre). Même si le commandement des EU promet de replanter plus d’arbres qu’il n’en a été coupé, la construction d’une voie ferrée et d’autres infrastructures, en fragmentant les habitats naturels, bouleversera un vaste écosystème.

Le projet prévoit la construction d’un nouveau tronc commun ferroviaire qui reliera la gare de Tombolo (sur la ligne Pise-Livourne) à un nouveau terminal de chargement/déchargement, en traversant le Canal des Navicelli sur un nouveau pont tournant métallique. Le terminal de chargement/déchargement, haut de presque 20 mètres, comprendra quatre voies de 175 mètres de long pouvant accueillir chacune neuf wagons pour un total de 36.

Le terminal sera relié à l’aire de stockage des munitions (Ammunition Storage Area) par de grands autocars. Au moyen de chariots cavaliers, les armes à l’arrivée seront transférées des wagons aux autocars et celles en partance des autocars aux wagons. Le terminal permettra le transit de deux convois ferroviaires par jour, qui relieront la base au port à travers les lignes normales des Ferrovie di Stato (Compagnie nationale des chemins de fer italiens).

Le plan de réorganisation des infrastructures, qui vient de commencer, est dû au fait que, à la suite de l’augmentation du transit d’armes de Camp Darby, est aujourd’hui insuffisante la liaison par canal et par route de la base avec le port de Livourne et l’aéroport de Pise. Dans les 125 bunkers de Camp Darby, continuellement approvisionnés par les États-Unis, sont stockés (selon des estimations approximatives) plus d’un million de projectiles d’artillerie, bombes aéroportées et missiles, auxquels s’ajoutent des milliers de chars, véhicules et autres matériels militaires.

Depuis mars 2017, d’énormes bateaux font chaque mois escale à Livourne, en déchargeant et chargeant des armes qui sont transportées en continu dans les ports d’Aqaba en Jordanie, Djeddah en Arabie Saoudite et autres escales moyen-orientales pour être utilisées par les forces étasuniennes et alliées dans les guerres en Syrie, Irak et Yémen.

Nul besoin d’être un technicien spécialiste pour comprendre quels sont les dangers pour la population toscane. Déplacer en continu des milliers de têtes explosives d’énorme puissance dans un territoire densément habité comporte des risques évidents. Même si les responsables du projet le qualifient de stratégique pour “la santé de l’homme et la sécurité publique”, on ne peut pas exclure un accident aux conséquences catastrophiques. Ni un sabotage ou une attaque terroriste pour provoquer l’explosion de tout un convoi ferroviaire chargé de bombes. Ce que confirme le fait qu’est prévue dans le plan la réalisation d’un second terminal qui sera affecté aux opérations de vérification et inspection des “wagons suspects”, c’est-à-dire de ceux sur lesquels pourrait être installée (par exemple à l’intérieur d’un container) une bombe qui, par une explosion commandée à distance, provoquerait une réaction en chaîne catastrophique.

Qu’ont fait les institutions face à tout cela ? Au lieu d’assumer leurs fonctions pour la protection des citoyens et du territoire, la Région Toscane, les Municipalités de Pise et Livourne et les autorités du Parc non seulement ont approuvé la montée en puissance de Camp Darby, mais ont contribué à sa réalisation. Les travaux publics réalisés ces dernières années pour des projets de développement économique véritables ou présumés (par exemple la construction navale de luxe) – en particulier les travaux pour améliorer la navigabilité du Canal des Navicelli et les liaisons ferroviaires du port de Livourne – sont exactement ceux que le commandement de Camp Darby a demandés depuis des années. Son plus haut représentant, le colonel Berdy, a été reçu ces derniers mois avec tous les honneurs par le président du Conseil régional toscan Giani (Pd), qui s’est engagé à promouvoir “l’intégration entre la base militaire étasunienne de Camp Darby et la communauté qui l’entoure” ; par le maire de Livourne Nogarin (Mouvement 5 Étoiles) et par celui de Pise Conti (Ligue) qui ont exprimé largement la même position.

Les arbres du Parc peuvent être coupés et les bombes de Camp Darby peuvent circuler sur notre territoire, grâce au consensus multi-partisan.

Manlio Dinucci

Édition de vendredi 21 septembre 2018 de il manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

22 septembre 2018

»» https://ilmanifesto.it/gli-usa-ampliano-camp-darby-piu-armi-e-mille-al...
URL de cet article 33840
  

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait que nous soyons martelés de propagande de manière si agressive 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 est une cause d’espoir, pas de désespoir. Le fait qu’ils doivent déployer tant d’efforts pour maintenir l’humanité à ce niveau de folie signifie que l’attraction gravitationnelle va vers la raison, et qu’ils luttent de plus en plus fort contre cette attraction.

Il faut beaucoup d’éducation pour nous rendre aussi stupides.

Caitlin Johnstone

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.