RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Argentine : L’affaire de l’avion vénézolano-iranien et la perte de souveraineté

Un avion de la compagnie aérienne nationale vénézuelienne CONVIASA est retenu en Argentine. Cela s’est produit à quelques jours du discours du président Fernandez au Sommet des Amérique dans lequel il protestait parce que les États-Unis s’attribuaient la faculté de décider au nom d’autres pays. Dans son propre pays, il se produit un fait d’importance internationale qui démontre que l’ambassade des États-Unis peut imposer sa politique de sanctions contre le Venezuela et organiser une persécution juridique en accusant de favoriser le terrorisme ceux qui ont des relations ou font du commerce avec le Gouvernement de l’Iran.

L’affaire de l’avion de CONVIASA qui a été retenu à Ezeiza est devenu un scandale agité par l’opposition dont le Gouvernement va difficilement se sortir.

L’entreprise Consorcio Venezolano de Industrias Aeronáuticas y Servicios Aéreos S.A- CONVIASA est une compagnie aérienne vénézuélienne qui a des vols périodiques vers différents pays comme l’Espagne, Cuba, le Mexique, l’Équateur, la Russie, Saint-Vincent et les Grenadines, le Panama, la Bolivie et le Nicaragua.

Dans le cadre des sanctions du Gouvernement des États-Unis contre le Venezuela, ce pays a restreint le passage de cette compagnie aérienne sur son territoire. Cette restriction ne pèse pas sur l’Union Européenne ni sur la majorité des pays, y compris l’Argentine. L’avion de CONVIASA a été retenu à Ezeiza parce que la compagnie pétrolière Shell a refusé de lui faire le plein de combustible et qu’Action et l’entreprise Y. P. F. ont fait la même chose. Le refus d’Y.P. F. est particulièrement grave parce que c’est soi-disant notre compagnie pétrolière phare et que le Gouvernement y a un paquet d’actions majoritaires.

L’avion transportait des pièces détachées en provenance du Mexique, toutes les démarches pour réaliser l’opération avaient été accomplies. C’est ce qu’a assuré l’entreprise argentine de navigation aérienne (E.A. N.A), l’entité d’État qui réalise la planification, la direction, la coordination et l’administration du transport aérien. C’est l’entreprise mexicaine Faurecia SAS qui fabrique les pièces et tous les instruments pour le modèle Taos de production nationale de Volkswagen Argentine SAS qui avait organisé le voyage. Ces pièces sont arrivées à destination sans aucune illégalité.

Des médias d’opposition de droite, la DAIA, Patricia Bullrich et d’autres dirigeants d’Ensemble pour le Changement qui sont toujours alignés sur les politiques des États-Unis ont attribué la présence de cinq Iraniens dans l’avion à des activités de renseignements à de soi-disant fins terroristes. La présence de ces membres d’équipage iraniens dans l’avion a été expliquée par l’entreprise vénézuélienne par le fait que l’avion avait été récemment acheté à l’entreprise iranienne Mahan Air et et qu’ils voyageaient sur son premier vol en tant qu’instructeurs. Il n’y a pas pour le moment de mandat d’arrêt international contre les citoyens iraniens et aucune autre donnée ne permet de suspecter qu’ils voyageaient pour des raisons différentes que celles qu’ils ont données.

Quand on cherche à préciser ce que ce voyage a à voir avec les accusations de terrorisme, on peut seulement alléguer la présence de Vénézuéliens et d’Iraniens dans le même équipage aérien. On ajoute à cette stupidité juridique qui aura des répercussions internationales certaines actions pour lesquelles quelqu’un devra rendre des comptes.

Cela crée un précédent sur le fait que ce sont les lois et l’ambassade des États-Unis qui déterminent qui peut faire le plein de combustible en Argentine et quel avion peut décoller ou non d’Ezeiza.

Le ministre de la sécurité Anibal Fernandez, auteur de la fable disant que le 26 juin 2002, « les piqueteros se sont entre-tués, » revient nous surprendre en accusant sans preuve l’un des pilotes iranien d’être membre de la Garde Révolutionnaire Iranienne que les États-Unis accusent d’être un groupe terroriste. C’est-à-dire qu’il répète les livrets qui attisent la haine des services de renseignement étrangers.

Le juge Federico Villena, connu pour ses interventions ratées dans l’affaire de Alessio et l’opération Puff et qui à aucun moment n’a été accusé de blanchiment d’argent, prend les choses en mains dans cette affaire en se faisant l’écho de la dénonciation disant qu’ils pourraient faire partie d’un plan terroriste et décide de garder les passeports de tous les membres de l’équipage. Cela s’est produit à quelques jours du discours du président Fernandez au Sommet des Amérique dans lequel il protestait parce que les États-Unis s’attribuaient la faculté de décider au nom d’autres pays. Dans son propre pays, il se produit un fait d’importance internationale qui démontre que l’ambassade des États-Unis peut imposer sa politique de sanctions contre le Venezuela et organiser une persécution juridique en accusant de favoriser le terrorisme ceux qui ont des relations ou font du commerce avec le Gouvernement de l’Iran.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar infos

»» https://www.resumenlatinoamericano.org/2022/06/15/argentina-el-caso-de...
URL de cet article 38072
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération. »

phrase prononcée par De Gaulle à Moscou en 1966.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.