RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Arrêtez le feu !

Silence dans les rangs, Johnny est mort !

Pardon, vous avez parlé de qui ?

De Johnny Hallyday, tête de nœud.

Avec ce court dialogue, Aurore Berger, députée LRM, parlerait d’une ’rare indignité’. Fidèle petite soldate du chef-Président pour qui nous venons de perdre un héros français, vous avez bien lu, héros français, mais vous le savez déjà, non ? Car pas une seconde ne passe sans que la radio, la télévision, la presse écrite, les hauts-parleurs des rues ne nous imposent une lamentable litanie à la gloire d’un héros du show-biz, plus précisément d’un activateur de l’industrie du spectacle. Oui, un héros qui fait le fond des poches des Français et qui paye ses impôts en Suisse. Certes, je n’ai pas échappé au charme de certaines des chansons qu’il interprétait, mais de là à suivre le ban et l’arrière-ban de la puissance médiatique qui nous invite à une danse macabre au rythme des spots publicitaires requinqués, non, je n’en serai pas ! Johnny n’aimait pas la gauche, c’est son droit, ’je n’aime pas la médiocrité, je pense que la gauche pousse vers ça’ et tout naturellement il a appelé à voter Emmanuel Macron. Alors, rien d’étonnant lorsque le Président force la dose pour lui renvoyer l’ascenseur en le qualifiant de bad Boy et de héros français avec, à l’appui, la mise en œuvre d’un cortège que certains, sans aucune mesure, rapprochent de celui de Victor Hugo. Pendant ce temps-là, derrière cet écran de fumée, bébétrump continue de jouer avec le feu, la réforme du SMIC s’éveille et le régime des retraites frise la dévastation, sans oublier la réforme de l’éducation avec laquelle j’aurais quelques convergences, tiens, tiens, tiens !

C’est vrai, j’aime la langue française et je ne supporte plus, jusqu’à vomir, le sabir francoanglosaxon des gensdetélé. Aussi, une petite dictée pour commencer la journée ne devrait pas faire de mal, relayée, bien évidemment, par quelques lectures à haute voix, de nos classiques ou de nos contemporains, Aragon et Jean d’Ormesson par exemple. Ne riez pas, le mal est profond et se voit ou s’entend de plus en plus à la télévision tel ce Grand Soir 3’où, durant un sujet sérieux de plusieurs minutes sur l’illettrisme, la bande annonce du bas d’écran rappelait sans cesse ’Le gouvernement préconise la dictée contre l’illetrisme’, oui, l’illetrisme avec un seul t. Qui était aux commandes ce soir-là ? Qui a rédigé cette bourde ? Je ne réclame pas de nom, je m’interroge simplement sur le mode de recrutement des gensdetélé qui, à longueur de journée, ne cessent de nous donner des leçons de bonne conduite, de consommation, d’éducation, alors qu’ils sont eux-mêmes les fruits gâtés de la déconfiture.

D’où cela peut-il venir ? Je me garderai de simplifier la réponse, mais les bouchesdetélé ne cessent de se gargariser de formules et de titres francoanglosaxons, Boxing day, Late football club, prime-time qui témoignent d’une crise de notre langue dans des sphères où parler anglais présenterait la garantie d’un certain modernisme, d’une appartenance au savoir supérieur comme à l’époque où, pour faire savant, il fallait parler latin, surtout pour cacher la méconnaissance, des médecins en particulier. Ah, qu’il est bon de stigmatiser l’autre, la multitude ignorante (le vulgum pecus), qui ne parle qu’une étrange langue, le français !

URL de cet article 32674
  

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.