RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Arrêtez le feu !

Silence dans les rangs, Johnny est mort !

Pardon, vous avez parlé de qui ?

De Johnny Hallyday, tête de nœud.

Avec ce court dialogue, Aurore Berger, députée LRM, parlerait d’une ’rare indignité’. Fidèle petite soldate du chef-Président pour qui nous venons de perdre un héros français, vous avez bien lu, héros français, mais vous le savez déjà, non ? Car pas une seconde ne passe sans que la radio, la télévision, la presse écrite, les hauts-parleurs des rues ne nous imposent une lamentable litanie à la gloire d’un héros du show-biz, plus précisément d’un activateur de l’industrie du spectacle. Oui, un héros qui fait le fond des poches des Français et qui paye ses impôts en Suisse. Certes, je n’ai pas échappé au charme de certaines des chansons qu’il interprétait, mais de là à suivre le ban et l’arrière-ban de la puissance médiatique qui nous invite à une danse macabre au rythme des spots publicitaires requinqués, non, je n’en serai pas ! Johnny n’aimait pas la gauche, c’est son droit, ’je n’aime pas la médiocrité, je pense que la gauche pousse vers ça’ et tout naturellement il a appelé à voter Emmanuel Macron. Alors, rien d’étonnant lorsque le Président force la dose pour lui renvoyer l’ascenseur en le qualifiant de bad Boy et de héros français avec, à l’appui, la mise en œuvre d’un cortège que certains, sans aucune mesure, rapprochent de celui de Victor Hugo. Pendant ce temps-là, derrière cet écran de fumée, bébétrump continue de jouer avec le feu, la réforme du SMIC s’éveille et le régime des retraites frise la dévastation, sans oublier la réforme de l’éducation avec laquelle j’aurais quelques convergences, tiens, tiens, tiens !

C’est vrai, j’aime la langue française et je ne supporte plus, jusqu’à vomir, le sabir francoanglosaxon des gensdetélé. Aussi, une petite dictée pour commencer la journée ne devrait pas faire de mal, relayée, bien évidemment, par quelques lectures à haute voix, de nos classiques ou de nos contemporains, Aragon et Jean d’Ormesson par exemple. Ne riez pas, le mal est profond et se voit ou s’entend de plus en plus à la télévision tel ce Grand Soir 3’où, durant un sujet sérieux de plusieurs minutes sur l’illettrisme, la bande annonce du bas d’écran rappelait sans cesse ’Le gouvernement préconise la dictée contre l’illetrisme’, oui, l’illetrisme avec un seul t. Qui était aux commandes ce soir-là ? Qui a rédigé cette bourde ? Je ne réclame pas de nom, je m’interroge simplement sur le mode de recrutement des gensdetélé qui, à longueur de journée, ne cessent de nous donner des leçons de bonne conduite, de consommation, d’éducation, alors qu’ils sont eux-mêmes les fruits gâtés de la déconfiture.

D’où cela peut-il venir ? Je me garderai de simplifier la réponse, mais les bouchesdetélé ne cessent de se gargariser de formules et de titres francoanglosaxons, Boxing day, Late football club, prime-time qui témoignent d’une crise de notre langue dans des sphères où parler anglais présenterait la garantie d’un certain modernisme, d’une appartenance au savoir supérieur comme à l’époque où, pour faire savant, il fallait parler latin, surtout pour cacher la méconnaissance, des médecins en particulier. Ah, qu’il est bon de stigmatiser l’autre, la multitude ignorante (le vulgum pecus), qui ne parle qu’une étrange langue, le français !

URL de cet article 32674
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule façon de garder un secret, c’est de ne pas en avoir".

Julian Assange - Wikileaks

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.