Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Arsenic ou cyanure ?

À l’issue du premier tour des élections présidentielles deux candidats restent en lice : Emmanuel Macron et Marine Le Pen, deux marionnettes manipulées par l’État profond.

Marine, l’épouvantail
Marine, nouvelle gérante de la SARL Le Pen, n’est présente sur la scène politique que pour un rôle de faire-valoir. À l’instar de son père Jean-Marie en 2002, elle va susciter la levée d’un « front républicain » qui fera plébisciter son adversaire du second tour de l’élection. Dans le cas très improbable où elle serait élue, comme Donald Trump elle rentrerait rapidement dans le rang pour imposer une politique conforme aux désirs de ses sponsors liés à l’État profond.

Emmanuel, Lélio
Emmanuel Macron est la « pochette surprise » de cette élection. Lui aussi est une marionnette de la Commedia dell’arte (Lélio, par exemple) manipulée par l’État profond. Son élection, quasiment assurée, ouvrira la voie à un néolibéralisme décomplexé car officiellement plébiscité par le peuple.

En fait, le choix au second tour de l’élection présidentielle se résume entre ingérer de l’arsenic ou du cyanure. Les souffrances seront voisines et l’issue sera fatale dans les deux cas.

Menu restreint
Pour ma part, ce menu concocté par l’État profond ne me convient pas et je l’estime très dangereux pour l’immense majorité d’entre nous. Dans ces conditions, j’exercerai mon droit de retrait et j’irai à la pêche le 7 mai et mon choix se fera entre la pêche à la ligne ou la pêche à pied.
Je n’irai même pas voter blanc car mon vote serait compté dans la participation. Je ne culpabilise pas non plus car le choix des candidats n’est pas démocratique, ils sont tous cooptés (500 signatures) et les candidats majeurs sont imposés par l’État profond. Ce n’est qu’un simulacre de démocratie, une pseudo-démocratie. (voir :La démocratie de connivence et l’anéantissement de la France.

Comment changer les choses ?
Les candidats sont des produits du Système qui nous les vend comme il le fait pour n’importe quel bien ou service. Pour changer les choses, il faut s’attaquer directement au Système. C’est une machine sophistiquée dont les rouages sont bien huilés et protégés mais tout système possède des failles qui peuvent être exploitées.
En effet, pour asseoir et perpétuer leur domination, les 0,1% ont besoin d’un soutien, sous diverses formes, du reste de la population. Réduire et même supprimer ce soutien paralyseraient le système. Fragilisée, puis à l’agonie, la structure de domination s’effondrera alors d’elle-même.
La suppression du soutien passe par des moyens qui ne sortent pas de la légalité comprenant l’arrêt du bénévolat et des dons, l’utilisation de la consommation comme une arme et la désobéissance civile.

Le boycott du bénévolat
Le bénévolat concerne plus de 20 millions de personnes et s’exerce dans de nombreux domaines [social caritatif (27%), sport (24%), loisirs (21%), jeunesse éducation populaire (18%), culture (17%), environnement (9%) santé, recherche médicale, aide aux malades (8%), solidarité internationale (7%), formation, emploi, insertion économique (7%), autres (16%)]. Un arrêt de ces activités désorganiserait le fonctionnement de nombreux secteurs de la vie sociale.

Le boycott des dons

En 2015, 1,2704 milliard d’euros ont été collectés par 145 associations majeures. Les églises (catholique et protestante) ont collecté environ 0,5 milliard tandis que les partis politiques ont officiellement reçu 94 millions d’euros. Les dons représentent un montant non négligeable et ils permettent le fonctionnement effectif de nombreux dispositifs.
Tarir une source de financement des activités sociales et politiques que les gouvernements devraient financer, mais ne le font pas pour ne pas amputer les profits de leur sponsors, est en mesure d’insérer des grains de sable dans les rouages bien huilés de l’appareil d’exploitation et de contrainte au service du capitalisme de connivence qui gère la démocratie des copains et des coquins.

Le boycott de la consommation

Dans le domaine de la consommation, le boycott est l’expression non violente du pouvoir du consommateur. Les profits naissent de la vente de biens et de services. Décider de ne pas acheter constitue une menace pour le chiffre d’affaires, les bénéfices de l’entreprise visée et par suite pour les dividendes des actionnaires.
Se poser la question de ce que l’on cautionne à travers son acte d’achat permet de devenir acteur de sa consommation. A partir de la traçabilité de la production les consommateurs peuvent cibler leurs actions de boycott et mettre au pas les acteurs du capitalisme des copains.

La désobéissance civile

L’arsenal précédent peut être complété par des actions de désobéissance civile. Il s’agit en fait d’actions de boycott dans d’autres domaines que le bénévolat, les dons et la consommation.
Par exemple, l’abstention de vote est un acte de désobéissance civile car le vote est un droit en non un devoir. Et ne pas voter est un acte de désobéissance au système si l’on considère qu’il n’est pas démocratique. « Faire l’amour tous les 5 ans, est-ce une vie sexuelle ? Alors voter tous les 5 ans, est-ce une démocratie ? ».
De même, ne plus faire le tri sélectif des déchets, privilégier les circuits courts, acheter des produits d’occasion (sans TVA)... sont aussi des actions de désobéissance.
Par contre, des actes de désobéissance civile comme le non-paiement de l’impôt sont à proscrire car le système réagirait par la contrainte car la loi l’y autorise.

Boycott et reconstruction de la démocratie

Le boycott du bénévolat au service du Système pourrait « frustrer » de nombreux bénévoles et donateurs. Le processus de reconstruction de la démocratie pourrait faire appel aux bénévoles désœuvrés ainsi qu’aux donateurs dépourvus.
En effet, bâtir un nouveau système démocratique implique une démarche de la base vers le haut afin de recueillir les aspirations des populations dont l’issue pourrait se traduire par une nouvelle Constitution. Dans ce cadre, les « ex-bénévoles » auraient un rôle primordial à jouer dans l’ensemble du processus allant de la collecte des « doléances » au niveau local jusqu’à la synthèse finale. Ce nouveau type d’engagement serait enfin profitable à la population et au lieu de servir le Système.

Il est vrai que le boycott du bénévolat et des dons produira des effets collatéraux indésirables notamment sur des populations vulnérables. Néanmoins, depuis des décennies, la mise en œuvre de politiques néolibérales de casse sociale, de destruction des services publics... a eu des effets autrement plus néfastes sur l’ensemble de la société. Pour changer le système, il faut d’abord faire table rase, se débarrasser de tout poison et dépolluer la démocratie pour construire ensemble un projet à long terme en vue du bien commun.

»» http://blog-conte.blogspot.fr/2017/04/ni-arsenic-ni-cyanure.html
URL de cet article 31827
   
Même Thème
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude.

Aldous Huxley


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.