Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Cotiser selon ses moyens. Recevoir selon ses besoins »

Avis de décès anticipé

Nous avons l’immense douleur de vous faire part de la disparition prochaine, programmée de notre tendre et généreuse « amie du genre humain ». Malgré ses 71 ans, elle est encore dynamique, fringante, encore jeune d’esprit. Mais ses jours sont comptés.

Ô guerre [économique] ! Ô sacrifices ! Ô privatisation !
N’a-t-elle donc tant vécu que pour cette régression ?
À vouloir s’endormir sur les « acquis sociaux »,
On devient oublieux de nos « conquis sociaux ».

Comme beaucoup, elle souffre de ce que l’on appelle, par pudeur, une longue maladie. Il est à parier que cette dernière ne sera pas reconnue comme une maladie professionnelle à l’instar de tant d’autres. Patriarcat oblige, c’est l’État qui décide arbitrairement au nom du père, au nom du Capitalisme.

On l’a accusée de tous les maux, d’être trop coûteuse, trop dépensière (un mensonge répété finit par devenir une « vérité » admise). Mais c’est oublier un peu vite tous les services qu’elle a rendus à tous, sans exclusive (contrairement à ce qui se passe ailleurs et pour bien plus cher). C’est oublier un peu vite Socrate, l’accoucheur d’esprits, fils de sage-femme, qui demanda : « Existe-t-il pour l’homme un bien plus précieux que la santé ? »

Comme tant d’anonymes, elle succombera sur l’autel du profit, avec l’inconséquence comme complice.

Adieu « compte pénibilité ». Adieu prévention. Adieu égalité de soins. Bienvenue dans le monde merveilleux où tout n’est que marchandise. Bienvenue à la régression sociale. Place aux soins de classes dont les dépassements d’honoraires ne sont que les prodromes.

Illettrés, alcooliques, jaloux, fainéants (mot du « registre soutenu »), fouteurs de bordel, curieux, feignants (mot du registre familier), sherpas, surnuméraires, miséreux, « sans-costards » et autres assistés sociaux, en résumé, tous « ceux qui ne sont rien » : il vous faudra être patients, très patients. Mais sachez bien qu’au « bout de la patience, il y a le ciel ». N’oubliez pas que la santé est un capital que chacun doit avoir le talent de faire fructifier.

Malgré l’échéance fatale, notre amie est encore lucide et elle conserve le charme de l’Idéal originel quand d’Aucuns l’ont imaginée, avant que de la créer, de la faire naître.

Elle est lucide et elle ne peut que déplorer l’indifférence, l’inconscience de tous ceux qui devraient veiller sur elle, la chérir et qui regretteront amèrement sa disparition, avant que de jouer les pleureuses inutiles.

Même si elle sait que toute entreprise humaine est mortelle, elle redoute, la mort dans l’âme, que son héritage soit vendu à la découpe.

Selon ses dernières volontés, ses cendres seront dispersées : qui sait si les générations suivantes n’auront pas l’intelligence, la sagesse de la faire renaître ?

Sécurité Sociale, repose en paix. Amie, n’aie aucun regret.

Dans les « eaux glacées du calcul égoïste », les Français se complaisent allégrement : ils ne te méritent pas.

Les Belles Idées ne vivent que par les Belles Gens.

« Personne »

URL de cet article 32462
   
La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.